Nous suivre

Actualités

Liège-Bastogne-Liège : Alaphilippe pour le doublé

Publié

le

Suite et fin de la trilogie « Ardennaise » ce dimanche avec la Doyenne des Classiques, Liège-Bastogne-Liège. Après la magnifique victoire du Français Julian Alaphilippe en milieu de semaine en haut du Mur de Huy, tous les regards sont tournés vers lui. Aura-t-il la même force pour s’imposer 38 ans après Bernard Hinault ?

Alaphilippe en quête d’un mythique doublé

Et oui car la dernière victoire française à Ans, ville d’arrivée depuis 1992, dans la banlieue de Liège, remonte à 1980. Cette année-là, Bernard Hinault remportait son deuxième Liège-Bastogne-Liège. Julian Alaphilippe veut entrer dans la cour des grands. Après sa démonstration mercredi lors de la Flèche Wallonne, le jeune français rêve de devenir le cinquième tricolore à inscrire son nom à ce prestigieux palmarès. Dauphin d’Alejandro Valverde en 2015, il sera l’un des principaux favoris pour réaliser le doublé « Flèche-Liège » comme l’Espagnol en 2006, 2015 et 2017, l’Italien Davide Rebellin en 2004 ou encore le Belge Philippe Gilbert en 2011. Ce dernier, absent lors des deux dernières éditions, sera d’ailleurs le lieutenant du Français, dans une équipe Quick Step Floors qui compte déjà dix succès dans les courses d’un-jour en 2018. 

Valverde pour égaler le record 

La 104ème édition de la « Doyenne » comportera 258,5 kilomètres. Avec les principales difficultés dans les quarante derniers, la bataille s’annonce rude pour déjouer les pronostics qui donnent le Français et l’Espagnol grandissimes favoris. L’enchaînement des côtes de la Redoute, de la Roche aux faucons et de Saint-Nicolas sera encore une fois déterminant dans le final de l’épreuve. La dernière « bosse » étant placée à moins de dix bornes de l’arrivée, le vainqueur sera forcement parmi les premiers à effectuer la bascule vers Ans. Si Valverde, qui n’a jamais réussi à s’imposer deux fois de suite, souhaite rejoindre le grand Eddy Merckx avec une cinquième victoire, il lui faudra conserver suffisamment d’explosivité pour réaliser cet exploit à trois jours de son trente-huitième anniversaire.

Des outsiders aux dents longues

Le tenant du titre devra se méfier de l’Italien Vincenzo Nibali qui rêve de remporter cette course si difficile. Il devra également surveiller l’Australien Michael Matthews qui a prouvé, en terminant cinquième en haut de Huy, qu’il avait la capacité de briller dans les classiques ardennaises, mais aussi les Belges Tim Wellens et Tiesj Benoot. Les Français auront deux autres cartes à jouer : Romain Bardet, neuvième mercredi et très à l’aise sur ce parcours comme le confirme sa sixième place de l’année dernière, et Warren Barguil qui avait tiré son épingle du jeu en 2016 en terminant, lui aussi, à la sixième place. Son début de saison avec sa nouvelle équipe Fortuneo-Samsic et son retour en France n’a pour l’instant pas porté ses fruits mais avec ce qu’il a réalisé sur le dernier Tour de France, nul doute qu’il est capable de faire la différence lorsque les pourcentages seront les plus élevés. 

Alexandre Toussaint


Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une