Nous suivre

Football

Ligue 1 : Quand l’OL et le PSG nous livraient un match d’anthologie en 2012

Julien Correia

Publié

le

Ligue 1 - Quand l'OL et le PSG nous livraient un match d'anthologie en 2012
Photo Icon Sport

FOOTBALL – Ce dimanche à 21h, l’Olympique Lyonnais et le Paris Saint-Germain s’affrontent pour le choc de cette 30ème journée de Ligue 1. Cette affiche est devenue depuis une dizaine d’années l’une des plus attendues de la saison. Nous revenons sur l’une d’entre elle. Qui restera sans doute dans les mémoires.

Ce choc en question a eu lieu il y a 9 ans. On joue la 25ème journée de cette saison 2011-2012. D’un côté l’Olympique Lyonnais, l’équipe phare des années 2000. De l’autre le Paris Saint-Germain, porté par des nouveaux investisseurs qui va par la suite mettre en place une certaine hégémonie. Cette rencontre qui se disputait au stade Gerland, voyait s’opposer le leader du championnat, le PSG, qui court après un titre de champion depuis 1994, et le 6ème en la personne de Lyon. Les Rhodaniens n’étaient pas franchement au mieux avant de recevoir les hommes d‘Ancelotti, débarqué dans la capitale deux mois plus tôt.

Mais on sait que ce genre de match sublime une équipe. De plus, le PSG n’avait de son côté pu faire mieux qu’un match nul (2-2) face à Montpellier la semaine précédente au Parc des Princes. Une équipe montpelliéraine qui mène également un train d’enfer. L’enjeu est simple pour les Parisiens, garder leur place de leader. Sur le terrain, la mission s’annonce tout de même un peu plus compliquée.

Une rencontre à rebondissements et riche en buts

Vainqueurs au match aller sur le score de 2 buts à 0 grâce à des réalisations de Christophe Jallet et Javier Pastore, les Rouge et Bleu entrent parfaitement dans cette rencontre. Guillaume Hoarau, titulaire pour la deuxième fois seulement à la pointe de l’attaque, lançait ses coéquipiers sur la voie du succès. Après un service parfait de Jérémy Ménez, l’avant-centre trompait Hugo Lloris de l’intérieur du pied droit à la 21ème minute de jeu. Cependant, 8 minutes plus tard, la réussite fuyait l’attaquant parisien qui perdait son duel face au futur capitaine des Bleus. Un premier tournant dans cette rencontre. Car à 2 buts à rien, le scénario du match aurait peut-être été différent.

Cris vs Ménez - Photo AFP

Cris vs Ménez – Photo AFP

En effet, c’est un véritable raz-de-marée qui s’est ensuite abattu sur les Parisiens ! 6 minutes de folie où les hommes de Rémi Garde ont inscrit la bagatelle de 3 buts ! Dans l’ordre, Bafétimbi Gomis d’une reprise croisée à la 34ème. Puis, Lisandro Lopez à la 36ème trompait Salvatore Sirigu. Cela avant le chef d’œuvre de Michel Bastos. Une reprise de volée limpide du Brésilien terminait sa course dans la lucarne du portier italien. Groggys, les Parisiens ? Abattus ? On pouvait le penser. Mais un autre gaucher brésilien redonna espoirs aux coéquipiers de Mamadou Sakho. Nene dans le temps additionnel, sur pénalty, permettait aux siens de rejoindre les vestiaires avec un but de retard seulement.

Un point et deux malheureux en fin de saison

Une première mi-temps à couper le souffle. L’équipe lyonnaise dont l’attaque était pourtant grippée en cette soirée d’hiver, a tout simplement enrhumé la défense parisienne. La seconde mi-temps promettait encore un beau duel. Et nous n’allions pas être déçus. A la 58ème minute de jeu, Jimmy Briand d’une tête sous la barre semblait enfoncer pour de bon le PSG. Mais un joueur sorti du banc allait changer la donne. Un Brésilien, encore. Mais pas forcément le plus attendu. Il s’agit de Marcos Ceara. Entré en jeu à la 71ème minute, il n’aura fallu que 120 secondes au latéral pour inscrire son nom au tableau des buteurs du soir. D’une frappe sèche, il trompa lui aussi Hugo Lloris. 20 minutes étaient encore à disputer. Pour le plus grand plaisir des amoureux de ballon rond. Après un arrêt incroyable de Lloris devant Nene (82ème) et un raté de Bodmer 5 minutes plus tard, la victoire semblait se dessiner pour les Gones.

Mais ce match n’était décidément pas comme les autres. Et aucune équipe ne devait sortir triomphante de ce duel mémorable. Ouvrant le score en première mi-temps, c’est encore une fois Guillaume Hoarau qui allait permettre à son équipe de ramener un point de ce déplacement. Un match qui aura fait naître de nombreuses sueurs froides aux supporters des deux équipes. Pour un scénario, que là aussi, Alfred Hitchcock aurait pu écrire.

Malgré cette rencontre magnifique, les deux équipes allaient déchanter en fin de saison. Côté Lyonnais, le club allait terminer hors du podium avec une 4ème place. Une première depuis 1998. Côté Parisiens, les hommes d’Ancelotti allaient céder face à une vaillante et surprenante équipe de Montpellier dans l’obtention du titre. Mais à cette heure-ci, ils ne savaient pas encore, que c’est également du côté de Gerland, un an plus tard, que Jérémy Ménez allait offrir le 3ème titre de l’histoire du club.

Julien Correia


Journaliste/rédacteur depuis janvier 2019 - Tombé dans le monde du ballon rond étant petit, j’aurais pu devenir pro sans ces foutus ligaments croisés. Défilant sur les champs (mais pas Elysées) en 98, j’ai été bercé par les exploits de Mister George, piqué par la technique du Snake, grandi avec Captain Rai et Ronnie, mûri avec Pauleta et Edi. Mais Ibracadabra, je suis désormais reconverti en runner/traileur. Moins rapide que Bolt et moins endurant que Jornet, c’est donc plume à la main que je partage les exploits de ces athlètes !

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des
Euro 2020

Fil Info

Actus à la une