Nous suivre

Football

Ligue des Champions féminine : le PSG dompte Lyon et file en demi-finales

Christophe Beaumont

Publié

le

Ligue des Champions féminine - Le PSG dompte Lyon et file en demi-finales
Photo Twitter PSG Féminines

UEFA Women’s Champions League – Les Lyonnaises avaient fait un premier pas vers les demies en l’emportant 0-1 lors du quart de finale aller face aux Parisiennes. Une légère avance qui n’était bien sûr pas suffisante pour aborder sereinement le match retour qui se jouait ce dimanche après-midi. Malgré une entame parfaite, Lyon a subi la domination de Paris qui s’offre une place en demi-finales de la compétition grâce à un but contre son camp de Wendie Renard. Score final : 1-2.

Ce sont, sans le moindre doute, les deux meilleures formations françaises et peut-être européennes qui s’affrontaient pour une place en demi-finale de la Ligue des Champions féminine. Bien que l’ogre lyonnais l’a plus amplement prouvé en écrasant tout sur son passage depuis plusieurs années, le Paris Saint-Germain démontre depuis quelques temps qu’il est capable d’embêter cette équipe au palmarès impressionnant. Outre l’enjeu de la qualification pour le dernier carré, ce match en était une opportunité supplémentaire.

Paris fait souffrir Lyon

C’est à 14h qu’était donné le coup d’envoi de la rencontre au Groupama Stadium. Très concentrées dès l’entame de la rencontre, les joueuses de Jean-Luc Vasseur démarraient la partie de la meilleure des manières. En effet, elles ouvraient le score dès la quatrième minute par l’intermédiaire de Catarina Macario. L’Américaine était à l’affût, à hauteur des six mètres, pour reprendre un ballon repoussé par la gardienne adverse, suite à une action bien emmenée par Delphine Cascarino (1-0).

On pouvait alors penser que cette ouverture du score rapide pouvait mettre un coup sur la tête des Parisiennes. Au contraire, elles ne se décourageaient pas et se montraient les plus dangereuses dans le premier quart d’heure. En plus d’une frappe de Sara Däbritz sur le poteau (7′), l’équipe dirigée par Olivier Echouafni était tout proche de trouver le cadre à plusieurs reprises. C’est donc logiquement qu’elles étaient récompensées de leurs efforts par le biais de Grace Geyoro d’un coup de canon excentré côté droit, depuis l’intérieur de la surface (25′, 1-1). Après une première période dominée de bout en bout par le PSG, le score était toujours de 1-1 à la pause.

Un CSC qui coûte cher

Nous n’avions pas reconnu l’OL Féminin mis à mal par le Paris Saint-Germain dans le premier acte. On attendait donc autre chose de cette équipe dans le second. Malgré cela, ce sont les visiteuses qui se montraient encore les plus entreprenantes. Également plus agressives, les Parisiennes tenaient aussi un peu mieux le ballon. Une tendance qui tendait à s’inverser au fur et à mesure que l’on approchait de l’heure de jeu.

Pourtant, Paris prenait l’avantage à la marque. Malheureuse sur l’action, Wendie Renard déviait dans son propre but, un centre de Kadidiatou Diani (61′, 1-2). La capitaine emblématique de l’OL savait l’importance de cette bévue qui permettait, à ce moment-là, au PSG de se qualifier au nombre de buts à l’extérieur. Il n’y avait ainsi plus de calculs à faire pour les locales qui devaient impérativement marquer pour éviter l’élimination.

La demi-heure restante ne suffisait pas aux Lyonnaises qui butaient à chaque fois sur une défense parisienne très solide. De cette façon, les joueuses de la capitale se qualifiaient pour le dernier carré de la compétition où elles affronteront le FC Barcelone. Avant de, on l’espère, affronter le vainqueur des deux matchs opposant Chelsea au Bayern Munich dans l’autre demi-finale.

Les buteuses :

Catarina Macario (4′) pour l’Olympique Lyonnais, Grace Geyoro (25′) et Wendie Renard (61′, csc) pour le Paris Saint-Germain.


C'était à 13h15, le 24 mai 1994, qu'était donné le coup d'envoi de ma vie. Emmené très tôt dans le mythique Stade Nungesser de Valenciennes par mon père et mon grand-père, ma passion pour le Football ne pouvait pas mieux démarrer. Tandis que je jouais derrière la tribune de fer pendant la quasi totalité des rencontres, ce n'est qu'au moment où Steve Savidan écrivait les plus heures de VA que je commençais à m'intéresser à ce qui se passait sur le rectangle vert. C'est alors par hasard que je me suis mis à jouer au Billard durant l'adolescence. Aujourd'hui, mon amour pour ces deux sports est intacte, et Dicodusport me permet de vous conter les histoires de toutes celles et ceux qui les font. En toute humilité, pour vous les passionnés, et ce jusqu'au coup de sifflet final.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une

Nous suivre sur Facebook

Sondage

Peter Sagan, une bonne pioche pour la Deceuninck-Quick Step ?