Nous suivre

Tennis

Masters 1000 de Paris-Bercy : Sixième trophée pour Novak Djokovic

Publié le

Masters 1000 de Paris-Bercy Sixième trophée pour Novak Djokovic
Photo Icon Sport

TENNIS – MASTERS 1000 DE PARIS-BERCY – C’était la finale rêvée pour le dernier grand rendez-vous du circuit avant les ATP Finals de Turin. Novak Djokovic en a profité pour rajouter une nouvelle ligne à son incroyable palmarès, s’imposant 4-6, 6-3, 6-3 face à Daniil Medvedev, et confortant ainsi son statut de n°1 mondial.

On savait déjà que ce match sentait la poudre. C’est en effet Daniil Medvedev qui avait mis fin aux rêves de Novak Djokovic de grand chelem calendaire, voilà deux mois en finale à Flushing Meadows. Le Serbe avait cependant l’avantage à 5-4 dans les confrontations directes, et le public était impatient de voir les deux meilleur joueurs mondiaux en découdre. De plus, le Russe était le tenant du titre, alors que le n°1 mondial avait inscrit à cinq reprises son nom au palmarès du tournoi.

Un bras de fer entre les deux meilleurs joueurs du monde

C’est le Russe qui s’est mis le premier en action dans cette finale, prenant d’entrée le service du n°1 mondial. Rien n’est facile pour les deux joueurs en ce début de match cependant, les échanges sont longs, rythmés, et le Serbe doit patienter trois jeux avant de récupérer son service. Ce débreak est néanmoins trompeur, car Medvedev semble prendre l’ascendant et le prouve lors du septième jeu, où il breake à nouveau Djokovic à sa troisième occasion. Ce dernier tente de récupérer son bien mais le Russe reste solide sous la pression, un de ses principaux traits de caractère, et conclut la première manche 6-4.

Piqué au vif, Novak Djokovic entame la deuxième manche tambour battant, prenant le service de son adversaire lors du quatrième jeu. Le quintuple lauréat du tournoi semble hausser fortement son niveau de jeu, face à un Medvedev pourtant loin de faire de la figuration. Mais le Serbe est solide sur sa mise en jeu, et sert pour le set à 5-3. Le Russe fait alors trembler son adversaire grâce à une défense de fer, obligeant Djokovic a toujours jouer un coup supplémentaire. Les deux joueurs haranguent la foule, cherchent la faille, et le match devient subitement d’un très haut niveau. Mais de façon surprenante, Djokovic trouve son salut au filet, réalisant plusieurs enchainements service-volée pour aller chercher la seconde manche 6-3, après avoir écarté pas moins de trois balles de break dans un dernier jeu long de 11 minutes.

Djokovic plus résistant

Le bras de fer reprend de plus belle dans la dernière manche. Les deux joueurs commettent peu de fautes directes, et aucun ne veut céder sa mise en jeu. Tout le monde joue son meilleur tennis, mais Medvedev a l’avantage de servir en premier pour faire la course en tête, et en profite pour mettre  plus de pression sur son rival, qui plie mais ne rompt pas. Et c’est le Russe qui cède le premier, lâchant son engagement à 2-2.

Ce jeu semble être le tournant du match. Medvedev parait considérablement émoussé physiquement, en plus de lâcher sur le plan mental. Il cède une deuxième fois consécutivement et permet à Djokovic de servir pour le match à 5-2. Mais contre toute attente, alors qu’il a toutes les cartes en main, le Serbe craque et rend un break au Russe, passant totalement à côté de son jeu. Une alerte sans conséquence puisque Novak Djokovic plie l’affaire au jeu suivant, s’imposant 4-6, 6-3, 6-3 dès sa première balle de match.

6ème titre à Paris-Bercy et 37ème succès en Masters 1000 pour Novak Djokovic, qui devient le seul recordman de titres dans cette catégorie devant Rafael Nadal, absent de ce tournoi. Le Serbe n’est pas prêt de laisser la place à la nouvelle génération, et est désormais assuré de terminer l’année en tant que n°1 mondial pour la septième fois de sa carrière, il peut désormais se projeter vers les ATP Finals avec sérénité.


John Stockton, Gianni Bugno, Zinedine Zidane, Steffi Graf, Frode Andresen, Stéphane Stoecklin, Davis Kamoga, Primoz Peterka, Werner Schlager et Aurélien Rougerie. Point commun entre ces sportifs? Ils m'ont fait rêver et ont bercé mon adolescence. Je suis un fondu de sports et j'essaie de retranscrire ma passion à travers mes articles. Originaire du Périgord, ma passion pour les Girondins, les Jaunards et les Jazzmen transpire dans mes écrits.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une