Nous suivre

Handball

Match de préparation au Mondial : Deux sur deux pour les Bleues face à la Hongrie

Publié

le

Match de préparation au Mondial Deux sur deux pour les Bleues face à la Hongrie
Photo Icon Sport

HANDBALL – Dernier match de préparation pour les Bleues en vue des championnats du monde à venir. Les championnes olympiques ont décroché un deuxième succès consécutif face à la Hongrie (29-28), mais avec bien plus de difficultés que vendredi. Avertissement sans frais pour les filles d’Olivier Krumbholz. 

Après leur succès facile 33-28 vendredi soir face à la Hongrie, les championnes olympiques retrouvaient le même adversaire pour leur dernier match avant les championnats du monde à venir. Le même résultat était attendu pour les filles d’Olivier Krumbholz, mais les Bleues souhaitaient également se servir de ce match pour peaufiner leurs combinaisons avant de se rendre en Espagne. L’entraîneur historique des filles du hand devait également trancher pour les dernières places disponibles dans sa sélection concernant la compétition à venir.

Des Françaises pas en rythme

D’entrée de jeu, les Bleues sont efficaces en contre-attaque par Pauline Coatanea et Estelle Nze Minko. Les Hongroises semblent déterminées à ne pas laisser filer rapidement les Françaises comme vendredi et s’accrochent, menées par Simoneta Planeta et Laura Szabo. Les Magyares exploitent la moindre opportunité, et dans les cages Françaises, Laura Glauser est beaucoup moins efficace qu’il y a deux jours. Les Hongroises prennent deux buts d’avance, car les Françaises sont frustes en attaque, jouant un peu trop facile. Heureusement, une interception bien sentie de la capitaine Coralie Lassource maintient les Bleues dans le match (7-8, 15ème).

On sent les Tricolores quelque peu empruntées, perdant plusieurs balles facilement. Les Hongroises bonifient ces erreurs en contre-attaque pour garder la tête. Le match prend alors un faux rythme, ce qui provoque l’ire d’Olivier Krumbholz, car les Hongroises prennent jusqu’à quatre buts d’avance. La colère du coach réveille les Françaises, qui deviennent plus incisives en attaque. Mais leurs errements défensifs les empêchent de boucher le trou avant la pause (mi-temps : 14-18).

Un réveil salvateur des Bleues

Le passage aux vestiaires fait du bien aux Bleues, qui sont agressives et poussent les Hongroises à la faute. Tamara Horacek récompense parfaitement le travail de ses coéquipières sur jets de sept mètres (100% de réussite), et les Françaises infligent d’entrée un 3-0 à leurs adversaires. Les Hongroises multiplient les exclusions de deux minutes, et leur coach doit prendre un temps mort rapide pour stopper l’hémorragie. En vain, car les Françaises passent devant sur un numéro de Méline Nocandy. Accrocheuses, les Hongroises restent toutefois dans le coup à l’orée du dernier quart d’heure (23-23, 45ème).

Les deux équipes poursuivent leur mano à mano, mais ce sont deux buts consécutifs de Lucie Granier, couplés à une parade monstrueuse de Catherine Gabriel, qui créent un premier écart. Tout à leur bonheur, les Bleues se déconcentrent et laissent leurs adversaires dans le match. Heureusement, Laura Glauser sort quelques parades de qualité au bon moment. Les Françaises s’accrochent à leur écart de deux buts, grâce à une Tamara Horacek absolument parfaite, et font tourner le chrono astucieusement pour conserver un court avantage (fin du match : 29-28).

Victoire dans la douleur pour les championnes olympiques, peu inspirées mais qui ont pu s’appuyer sur leurs cadres pour forcer la décision. Tout n’est pas encore en place pour les Bleues cependant, mais l’on peut être rassurés sur le mental des Françaises avant de voyager vers l’Espagne, avec pour objectif un nouveau titre de championnes du monde.


John Stockton, Gianni Bugno, Zinedine Zidane, Steffi Graf, Frode Andresen, Stéphane Stoecklin, Davis Kamoga, Primoz Peterka, Werner Schlager et Aurélien Rougerie. Point commun entre ces sportifs? Ils m'ont fait rêver et ont bercé mon adolescence. Je suis un fondu de sports et j'essaie de retranscrire ma passion à travers mes articles. Originaire du Périgord, ma passion pour les Girondins, les Jaunards et les Jazzmen transpire dans mes écrits.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une