Nous suivre

Rugby à XV

Matthis Lebel, le crack rouge et noir

Publié

le

Matthis Lebel, le crack rouge et noir
Photo Icon Sport

Encore peu connu du grand public il y a un an, l’ailier Matthis Lebel s’est fait une place de choix dans l’effectif du Stade Toulousain. Portrait de cette pépite du rugby français.

Le rugby, c’est une affaire de famille chez les Lebel. Mickaël Lebel, le père de Matthis, a lui aussi été professionnel au FC Auch. Biberonné au ballon ovale, il ne ratait pas un match de son père à Auch, puis au sein du petit club de Lombez-Samattan. C’est dans ce club familial du Gers, où papa était capitaine de l’équipe première, que Matthis Lebel a touché ses premiers ballons.

Puis à 13 ans, Matthis Lebel a quitté son Gers pour rejoindre le club phare de la région : le Stade Toulousain. Formé aux côtés de Romain Ntamack, Lucas Tauzin et Guillaume Marchand, Lebel progresse chez les jeunes et fait partie des références à son poste. Il a connu les équipes de France jeunes et a même été double champion du monde juniors avec les Bleuets en 2018 et 2019. Mais c’est cette année que Lebel a réellement montré l’étendue de son potentiel.

Décollage réussi pour la fusée Lebel

Aligné à 15 reprises en championnat, Matthis Lebel a inscrit 11 essais. Actuel meilleur marqueur d’essais du Top 14, le jeune Toulousain s’est également révélé à la face de l’Europe le week-end dernier face au Munster. D’abord, en marquant son premier essai en coupe d’Europe en début de match. Puis en réalisant l’action de ce week-end européen : un cadrage débordement qui a mis JJ Hanrahan sur les fesses. Après cet exploit, Lebel a offert sur un plateau le ballon à Antoine Dupont, qui n’avait plus qu’à aplatir.

Un futur international ?

En octobre, le coach du Stade Toulousain Ugo Mola avait déclaré que « Matthis Lebel sera international dans pas longtemps, et sera international longtemps. ». Depuis, l’ailier toulousain a été appelé deux fois dans des groupes élargis. Mais il n’a pas encore connu la joie de porter le maillot bleu. S’il continue sur cette lancée, nul doute que les paroles d’Ugo Mola deviendront rapidement prémonitoires. À 21 ans, Matthis Lebel a encore le temps de devenir un très grand.

Idriss Ahamada


Passionné de sport depuis toujours, c’est tout naturellement qu’après avoir compris que je n’avais pas le niveau pour jouer à Manchester United, et pas la force nécessaire pour combattre à l’UFC que je me suis tourné vers le journalisme pour raconter les exploits et les histoires de ceux qui en sont capables. Le football, surtout quand il est joué en Angleterre, reste mon premier amour. Mais j’aime aussi veiller la nuit pour vous parler de KO et de victoires unanimes à l’UFC ou sur les rings de boxe. Mon côté fan de Wayne Rooney m’a également poussé à devenir polyvalent et à parler aussi de rugby (à XIII comme à XV) et occasionnellement de cyclisme. C’est donc logiquement que j’ai rejoint Dicodusport, pour pouvoir parler de l’actualité, sur tous les terrains.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une