Nous suivre

Handisport

Mieux comprendre le handisport : le triathlon

Publié

le

Mieux comprendre le handisport le triathlon
Photo Icon Sport

HANDISPORT – À un peu plus de 15 jours de l’ouverture des Jeux Paralympiques, continuons nos révisions. Si certaines disciplines sont inconnues, les catégories peuvent être aussi difficiles à assimiler. Voici ce qu’il faut savoir pour mieux comprendre et ainsi profiter des exploits des sportifs. Zoom sur le triathlon.

Les règles

Comme pour les athlètes valides, le paratriathlon est un enchaînement de trois disciplines, seules les distances varient. Une course complète est composée de 750 mètres de natation en eau libre, 20 kilomètres de cyclisme et 5 kilomètres de course à pied, pour une durée de une heure à une heure trente selon les handicaps. Les athlètes qui ne peuvent pas courir effectuent le parcours cycliste en handbike et le parcours de course en fauteuil roulant d’athlétisme. Les déficients visuels ont obligation de faire l’intégralité de la course avec le même guide, la partie cyclisme se fait en tandem. Certaines catégories de triathlètes peuvent bénéficier d’une aide extérieure lors des transitions afin de se changer, mettre une prothèse ou monter sur leur vélo.

Les types de handicap

  • Handicap orthopédiques
  • Handicap neurologique évolutif
  • Paralysie cérébrale
  • Déficience visuelle
  • Handicap neurologique d’origine

Les catégories

Il existe 6 grandes catégories en compétitions officielles.

PTWC : dans cette catégories, les triathlètes utilisent un fauteuil roulant pendant la course.

PTS2 à PTS5 : ici, les athlètes ont un handicap relativement important dans les trois disciplines. Par exemple, les double amputés inférieurs concourent en PTS2. Plus le chiffre est grand, plus le handicap est léger. En PTS5, on retrouve des triathlètes ayant des capacités limitées dans seulement deux disciplines, comme une amputation d’un membre supérieur.

PTVI : sont regroupés dans cette catégorie les athlètes déficients visuels, qui sont eux-mêmes répartis dans trois sous-catégories. B1 (non voyant), B2 (perception de la lumière), B3 (handicap visuel plus léger mais qui reste important).

Et la France dans tout ça ?

La France est une des grandes nations du paratriathlon mondial. Lors de son introduction aux Jeux Paralympiques en 2016, Gwladys Lemoussu a remporté la première médaille tricolore de la discipline.

  • Gwladys Lemoussu : médaillée de bronze paralympique, double médaillée mondiale et européenne.
  • Alexis Hanquinquant : triple champion d’Europe et triple champion du monde.
  • Yannick Bourseaux : 7 médailles mondiales (4 titres), quadruple médaillé européen.

Journaliste/rédacteur depuis octobre 2020 - Si mon plus vieux souvenir de sport aurait pu m'en dégoûter, la finale de la Coupe du monde 2006 a été tout le contraire. Véritable déclencheur d'une passion qui aujourd'hui ne fait que grandir avec le temps, mon leitmotiv est la France qui brille ! Je relate les exploits passés et présents du sport bleu-blanc-rouge sans ménagement depuis octobre 2020. Sport valide ou handisport, aucune différence, il n'y a que du sport et plusieurs façons de le pratiquer.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une