Nous suivre

Escrime

Mondiaux d’escrime 2023 : Romain Cannone décroche le bronze à l’épée

Maxime Cazenave

Publié le

Mondiaux d'escrime 2023 Romain Cannone décroche le bronze à l'épée
Photo Icon Sport

CHAMPIONNATS DU MONDE D’ESCRIME 2023 – Champion du monde en titre, Romain Cannone a de nouveau décroché un podium mondial à Milan (Italie), ce mercredi. Auteur d’une grande journée, le tireur tricolore s’est hissé jusqu’en demi-finales avant de céder logiquement face à Davide Di Veroli.

C’est définitivement l’homme des grands rendez-vous ! Arrivé sur la pointe des pieds à Milan après une saison sans relief, où il n’a jamais décroché mieux qu’une 3ᵉ place en Coupe du monde, Romain Cannone s’est sublimé. S’il s’est fait peur lors des deux premiers tours en se qualifiant d’un souffle, il a assuré le gain d’une médaille en dominant largement le Finlandais Niko Vuorinen en quarts de finale.

Une deuxième médaille mondiale de rang

Une médaille déjà en poche, il était alors ensuite opposé à Davide Di Veroli, numéro 2 mondial, pour une place en finale. Face au local de l’étape, les deux hommes se livrent un duel très offensif. Plus entreprenant, l’Italien prend un léger avantage dans la première reprise. Mais la rencontre va ensuite être interrompue. Le Français demande l’assistance médicale après un gros contact à la tête, et reste sonné plusieurs minutes. Alors mené 7-3, il ne va pas parvenir à combler l’écart. Concentré et appliqué, Davide De Veroli ne lâche aucun point et se montre d’une précision chirurgicale. Largement dominé sur cette demi-finale, Romain Cannone s’incline en toute logique sur le score sans appel de 15-5. Malgré tout, le Boulonnais décroche une superbe médaille de bronze, la deuxième breloque mondiale consécutive après celle décrochée en 2022.



En ce qui concerne les autres épéistes tricolores, Yannick Borel a échoué dès les huitièmes de finale tandis qu’Alexandre Bardenet et Gaëtan Billa ont eux été éliminés prématurément en début de journée. Ces derniers tenteront de réctifier le tir en équipes ce weekend.

 

Journaliste/Rédacteur depuis 2012 - Bercé par l’amour des Girondins de Bordeaux, les échecs de Christophe Moreau sur le Tour de France sous l'ère Lance Armstrong et le fade-away létal de Dirk Nowitzki, ma passion dévorante pour le sport a toujours été un pan incontournable de ma vie. Transmettre ma passion à l’écrit a été une transition naturelle. Suiveur assidu de basket et de hockey sur glace, je garde toujours un peu de place pour suivre le cyclisme, le football et le maximum de performances françaises.

Clique pour commenter

Laisser un commentaire

Vos commentaires sont pris en compte mais ne s'affichent pas actuellement suite à un souci technique.


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *