Nautic Club Angerien, la nouvelle vague #13 : une étude sur les liens entre la fatigue induite et le water-polo


Grâce à Mickaël Pouillou, retrouvez chaque semaine tous les résultats, l’actualité et les déclarations dans la chronique « Nautic Club Angérien, la nouvelle vague ». Pour ce treizième volet, Mickaël revient sur les résultats du week-end et sur une étude qui mêle fatigue et water-polo.

Les résultats du week-end

Ce week-end fut chargé pour le water-polo angérien. Samedi, les hommes de Brandon Sabeau se sont déplacés à Marseille pour affronter l’équipe B en Nationale 1 avec un manque d’efficacité en attaque, ils se sont inclinés sur le score de 12 à 7. Dimanche, plusieurs catégories étaient sur le pont : les U15 garçons et filles, et U11 mixte, ont participé à leur tournoi respectivement à La Rochelle, Loudun (86) et Bordeaux. Très bon dimanche pour ces jeunes, qui prouvent à nouveau, que la formation angérienne, est de qualité en région Nouvelle-Aquitaine. Ce samedi, la PRO A Fille se déplacera à Bordeaux en amical, avant de recevoir le week-end du 9 et 10 décembre, le deuxième Tournoi de Brassage de la PRO A .

L’actualité du club

Cette semaine, 10 poloïstes évoluant en N1 Garçons, sont testés sur leurs capacités physiques et sur le mouvement en crawl polo par des médecins du sport du CHU de Rennes et des chercheurs du laboratoire du mouvement et du sport santé.

Description de l’étude réalisée par le laboratoire de Rennes : Influence de la fatigue induite par une séquence de nage sur l’organisation fonctionnelle du mouvement du joueur de water-polo

En quoi consiste l’étude ? La pratique intense du water-polo est pourvoyeuse de blessures notamment à l’épaule. La nature répétitive des actions combinées de phases de nage et de tirs prédispose les joueurs aux pathologies traumatiques et micro traumatiques. Les études scientifiques se sont principalement intéressées aux mouvements de tirs et de rétropédalage et ont montré que les lancers répétés en water-polo constituent un facteur important de survenue de traumatismes. Toutefois, peu d’études se sont focalisées sur la nage. Or, cette activité représente entre 45 et 55 % du temps de jeu.

L’objectif principal de cette thèse est de comprendre l’influence de la fatigue induite par une séquence de nage sur l’organisation fonctionnelle du mouvement du joueur de water-polo. Les principaux verrous scientifiques sont associés au développement et à la mise en place de méthodes permettant l’identification des critères de dégradation de la gestuelle du joueur induite par la fatigue. Un des challenges consiste également à réaliser ces évaluations avec précision dans un environnement fortement contraint (milieu aquatique). Les résultats attendus de ce travail de thèse doivent permettre à l’encadrement technique d’améliorer la formation des joueurs au travers d’une meilleure conceptualisation du geste. Cela permettrait également de réduire le risque traumatique ou micro-traumatique avec la correction d’un mouvement délétère ainsi que la mise en place de protocole de prévention adapté si des critères de dégradation de la gestuelle étaient identifiés.

Pour plus d’informations, le site du service médecine du sport du CHU de Rennes.

Mickaël Pouillou

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar
  S'abonner  
Me notifier des