Nous suivre

Nos champions

Nautic Club Angerien, la nouvelle vague #20 : interview de Damien Belon

Publié

le

Nautic Club Angerien jeune

Grâce à Mickaël Pouillou, retrouvez chaque semaine tous les résultats, l’actualité et les déclarations dans la chronique Nautic Club Angérien, la nouvelle vague. Pour ce nouveau volet, il nous propose une interview de Damien Belon, joueur et responsable du pôle d’entrainement régional. 

Cette semaine, nous allons vous parler des jeunes du club, des sections sportives et surtout d’un des 6 pôles d’entraînements régionaux existant en France que nous possédons et qui est le seul de la façade Atlantique.

Damien Belon, joueur de l’équipe garçon et responsable du pôle d’entrainement régional a accepté de répondre à une interview :

Peux-tu nous parler de toi, de ton parcours personnel et sportif ?

Je suis natif de Blois (41), je suis arrivé à Saint-Jean d’Angély à l’âge de 16 ans par le biais du Pôle espoir et de Philippe Barrière (DTR Nouvelle-Aquitaine). Après le Baccalauréat je suis rentré par contrat aidé au sein du NCA. Grâce au club, j’ai passé les diplômes du BP JEPS AAN et DE JEPS Water-polo tout en jouant en National 1.

En 2015, je suis devenu entraineur du pôle d’entrainement régional (PER), des catégories 15 ans, 17 ans et National 3.
Aujourd’hui, salarié au sein du club et joueur en National 1, j’entraine et je contrôle, au niveau scolaire, la section sportive et le PER avec Brandon SABEAU, le responsable de ce pôle.

Parle-nous du Pôle d’entrainement régional de Saint-Jean d’Angély ?

Ce PER concerne les quatrièmes et troisièmes du collège Georges Texier et les secondes et premières du lycée Louis Audouin Dubreuil de Saint-Jean d’Angely. Les jeunes joueurs ont en moyenne 12h de bassin par semaine et 4h de Préparation Physique Générale. Ils ont ensuite les tournois le week-end suivant leur catégorie d’âge. Nous assurons aussi le niveau scolaire car je vais rencontrer et faire un point avec les professeurs une fois par semaine, nous participons à tous les conseils de classes. 1h30 d’étude surveillée est aussi dédiée ainsi que du soutien pour les différentes difficultés rencontrées par les élèves, assurés par des professeurs.
Depuis peu, nous avons inséré un nouveau cursus pour ces jeunes qui est le passage du diplôme d’assistant club et les brevets fédéraux. Cela leur permet de s’intégrer dans le club, de réfléchir sur la pratique et de leur donner des responsabilités. Et bien d’autres bienfaits !

Quel est l’objectif de ce Pôle ?

L’objectif est de créer un vivier de futurs joueurs de water-polo de haut-niveau pour la Fédération Française de Natation notamment pour les équipes de France et le club support qui est le Nautic Club Angérien. Il y a aussi plusieurs objectifs sociaux et éducatifs pour le territoire de la communauté de communes et la jeune génération.

Comment se passe le quotidien d’un joueur ?

Le quotidien d’un joueur est difficile physiquement et mentalement. Je vais vous prendre la journée du mercredi, la plus chargée, pour comprendre :
– 8h00 – 11h00 : cours au collège
– 11h15 – 12h45 : entrainement de water-polo
– 13h00 – 15h00 : École de Natation Française (pour ceux qui sont dans le cursus Assistant club ou Brevets Fédéraux)
– 15h30 – 17h00 : devoirs à la maison du water-polo
– 17h30 – 19h00 : Préparation Physique Générale
– 19h00 – 20h45 : entrainement de water-polo
La journée d’un joueur de water-polo est pleine de sacrifices mais la satisfaction des victoires lors des matchs et des résultats scolaires positifs font oublier toutes ces contraintes naissantes lors de la semaine.

C’est le seul pôle de la façade Atlantique, pourquoi si peu de jeunes l’intègrent et surtout en majorité des Angériens ?

La raison majeure est que ne nous n’avons pas de logements pour accueillir les jeunes le week-end mais nous y travaillons activement avec l’aide de la municipalité. La seconde raison est que nous sommes isolés et c’est difficile de quitter son cocon familial de plus de 100 km. Mais nous avons plusieurs pistes pour la saison prochaine.

Penses-tu que des partenariats avec des clubs seraient envisageables, un peu comme les clubs de foot pour recruter de nouveaux jeunes ?

Oui c’est envisageable nous l’avons déjà fait, mais c’est difficile de trouver un terrain d’entente car chaque club veut garder ses joueurs mais le but n’est pas de les licencier avec le NCA mais bien de leur donner des conditions d’entrainement et de travail optimales afin qu’ils s‘épanouissent et deviennent des joueurs de haut niveau.

Pour finir, les JO à Paris en 2024 sont dans toutes les têtes, est-ce qu’il y aura des Angériens ?

C’est notre objectif, comme tout club et PER je pense. Maintenant il reste du chemin et plusieurs centaines d’heures d’entrainement. Mais je suis persuadé que chacun en a les compétences physiques et après c’est le mental qui fera la différence. Merci Mickaël pour cet entretien.

Mickaël Pouillou


Passionné de sport et entrepreneur depuis mes 18 ans, la création de Dicodusport m'a semblé évidente pour participer à la médiatisation d'un plus grand nombre de sports. Le chemin est long mais avec une équipe des plus motivées et les Jeux Olympiques de Paris 2024 en point de mire, nous y arriverons ! Journaliste dans le monde du sport depuis plus de 5 ans, je traite aussi bien de football, de rugby, de biathlon et de cyclisme.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une