Nous suivre

NBA 2021/2022

NBA Free Agency 2021: Le récap’ de la première journée

Joris Schamberger

Publié le

NBA Free Agency 2021: Le récap' de la première journée
Photo Icon Sport

NBA 2021-2022 – La Free Agency 2021 a commencé hier soir à minuit. A l’entame de la phase dite de moratoire, dans laquelle les accords sont encore oraux, les premiers mouvements commencent déjà. Retour sur ce début de marché de l’été.

Nombreuses sont les équipes qui étaient attendues dès ce premier jour. Des équipes comme Washington et Portland devaient convaincre leurs stars de rester au bercail. Certains contenders devaient également se renforcer pour passer un cap. Pourtant, ce sont des franchises de milieu de tableau qui semblent s’être le plus renforcées.

Les Bulls et les Pelicans veulent passer un cap

Deux équipes apparaissent comme grandes gagnantes. Tout d’abord les Bulls, qui ont rempli leur principal objectif de l’été, à savoir trouver un meneur compétent. Mission doublement accomplie. Déjà, Alex Caruso vient apporter toute son intensité défensive aux taureaux, qui en manquaient un peu depuis le départ de Kris Dunn. Mais surtout, Lonzo Ball signe un contrat de 85 millions sur 4 ans à Chicago. En contrepartie, la Nouvelle-Orléans reçoit Thomas Satoransky et Garett Temple. Si le premier sort de deux saisons assez difficiles, Garett Temple peut être une très bonne option en sortie de banc derrière Ingram.

L’occasion de parler des Pelicans, autres grands vainqueurs de ce début de free agency. Malgré la perte du jeune meneur, un autre arrive pour le remplacer : Devonte Graham, en provenance de Charlotte. Aux côtés de Nickeil Alexander-Walker et Kira Lewis, le pyromane va assurer un backcourt jeune et explosif aux Pels. Avec le recrutement récent de Valanciunas au poste de pivot, cette équipe a fière allure et devrait enfin pouvoir envisager les playoffs, ou au moins le playin. 

Miami fait péter la banque

Du coté de South Beach, les ambitions sont claires : reproduire l’exploit de la Bulle 2020. Pour ce faire, Pat Riley a décidé de prolonger tout joueur ayant un contrat expirant, et ne s’appelant pas Kendrick Nunn. Ainsi Jimmy Butler, Duncan Robinson, ou même Gabe Vincent sont prolongés à Miami. Petit bémol, le tarif du sniper Robinson, qui a imité Davis Bertans. 90 millions sur 5 ans pour l’ailier, c’est cher, mais c’est apparemment le tarif pour avoir un bon sniper dans son équipe. Du coté de Butler, on n’a pas hésité: le max sur 5 ans. Au moins, on ne prend pas de risques et on s’assure les services de Jimmy Bucket  pour les prochaines années.

La grosse arrivée de l’été à Miami, c’est Kyle Lowry. La légende de Toronto quitte le grand nord pour la Floride, dans le but de faire passer un cap au Heat. Avec l’activation de la team option de Dragic, il est probable qu’il s’agisse d’un sign and trade envoyant le Slovène à Toronto en compagnie de Precious Achiuwa ou tout autre jeune de talent.

Des prolongations attendues

D’autres joueurs ont décidé de prolonger l’aventure avec leurs équipes respectives. Ainsi, Will Barton, le pote de Nikola Jokic, est prolongé à Denver pour 30 millions sur 2 ans. Du côté de Portland, Powell est également prolongé pour 5 ans, le minimum à faire pour convaincre Damian Lillard. Tim Hardaway Jr va continuer à épauler Doncic à Dallas pendant 4 ans. Enfin, les vieux meneurs ont également pris leur chèque. Chris Paul prend 120 millions sur 4 ans à Phoenix, à 36 ans, tandis que Conley prolonge à Utah pour 68 millions sur 3 ans.

Enfin, les premiers contrats max ont été distribués pour la draft 2018. Ainsi, Trae Young a pris ses 200 millions sur 5 ans. Une première source de soulagement pour Atlanta, en attendant des nouvelles de John Collins, dont les négociations commencent à avoir du plomb dans l’aile. Concernant Shai Gilgeous-Alexander, ce sont 170 millions de dollars qui arriveront sur son livret A pendant les 5 prochaines années.

Beaucoup d’équipes se sont renforcées en ce début de free agency, mais des dossiers sont toujours en cours. Quid de DeRozan, principale attraction de cette année?  Des trades sont-ils en chantier?  Nous ne sommes probablement pas au bout de nos surprises.


Rédacteur depuis juin 2021 - Spécialisé dans le basket américain, et amoureux des Cleveland Cavaliers. Celui qui ne s'est pas levé à 2h du matin pour un Cavs-Knicks ne connait pas la vraie fatigue.

Clique pour commenter
S'abonner
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Fil Info

Actus à la une