Nous suivre

NBA 2021/2022

NBA Playoffs 2022 : Les Suns autoritaires, les Grizzlies sauvés au finish, les Hawks éliminés

Joris Schamberger

Publié le

NBA Playoffs 2022 Les Suns autoritaires, les Grizzlies sauvés au finish, les Hawks éliminés
Photo Icon Sport

NBA PLAYOFFS 2021/2022 – C’est la 11e nuit de playoffs en NBA. Plusieurs matchs à fort enjeu au programme. Les Hawks jouaient leur survie face au Heat. Pendant ce temps, les Pelicans et les Wolves devaient retourner respectivement à Phoenix et Memphis pour tenter de mener 3-2, et surprendre leurs adversaires pourtant favoris.

Heat 97 – 94 Hawks

Pas de Jimmy Butler, ni de Kyle Lowry à Miami ce soir. On aurait pu penser que cela permettrait à Atlanta de se relancer dans une série bien mal embarquée. Mais le collectif du Heat est resté uni et a complètement asphyxié les Hawks. Le début de match est pourtant assez serré et à l’avantage des faucons. Kevin Huerter, fait un bon démarrage, et les Hawks profitent de l’adresse catastrophique des deux équipes à 3 points. Cependant, en fin de deuxième quart-temps, les tirs du Heat commencent à rentrer et Atlanta subit un run de 16-0. En l’absence de Butler, Miami a pu compter sur un Max Struss de feu et un Victor Oladipo ambiance Indiana 2018 pour porter l’attaque et provoquer ce genre de run.

En face, l’attaque d’Atlanta a pâti d’un nouveau match catastrophique de Trae Young. Il termine le match à 2/12 au shoot avec seulement 11 points au compteur. Dans la raquette, les Hawks ont aussi pris l’eau puisque Capela et Okongwu ont totalement été dominé au rebond par Adebayo. Néanmoins, les Hawks vont revenir à une seule possession d’écart lors du dernier quart-temps. Ils peuvent dire merci à la fin de match tonitruante de De’Andre Hunter qui score 16 points pendant la dernière période. Il est d’ailleurs le meilleur scoreur du match avec 35 points et permet à Atlanta d’obtenir une dernière possession pour ramener le score à 97 partout. Malheureusement, la défense parfaite de Miami, couplée à un système… discutable de Nate McMillan suffisent à envoyer Atlanta en vacances.

Grizzlies 111 – 109 Timberwolves

Elle était là l’attraction de la soirée. Cette série entre Wolves et Grizzlies, à défaut de proposer du beau basket académique, est très fun à regarder depuis le match 1. Et encore une fois, on a eu droit à du spectacle. Après une très bonne entame de Memphis, les Wolves ont rapidement repris le dessus et ont réussi à se maintenir devant jusqu’aux dernières secondes du dernier quart-temps. L’artisan principal de la reprise de l’équipe après un début compliqué est une nouvelle fois Anthony Edwards. Malgré une fin de match en dents de scie, il finit avec 22 points. De son côté, Karl-Anthony Towns a fait son travail avec 28 points et 10 rebonds. Et ce n’est pas Jaren Jackson Jr. qui dira le contraire, puisque malgré quelques bonnes séquences défensives, il a rapidement eu des problèmes de faute et s’est fait exclure en début de 4e quart-temps.

Et il n’est pas le seul à passer à côté de son match à Memphis. Ja Morant est relativement discret la majorité de la rencontre et n’arrive pas à peser. Bon, ça ne l’empêche pas d’assassiner Malik Beasley d’un dunk à couper le souffle. Les véritables héros qui ont permis d’éviter le pire sont Desmond Bane et Brandon Clarke. Le premier a planté 25 points et est le seul Grizzli à avoir un pourcentage correct de loin. Le second a sonné la révolte grâce à son énergie et son apport proche du cercle des deux cotés du terrain

Le réveil de Ja Morant par les provocations de Patrick Beverley, et le money time catastrophique des Timberwolves permettent à Memphis de prendre la tête à quelques secondes du dénouement, avec un 3 points de Ja Morant obtenu suite à un superbe rebond offensif de Clarke. Un tir improbable d’Anthony Edwards remet les deux équipes à égalité avec 5 secondes à jouer. Cependant, c’est Morant qui aura le dernier mot avec un lay-up tout en toucher quasiment sur le buzzer. Minnesota peut vraiment se mordre les doigts sur ce coup-là.

Suns 112 – 97 Pelicans

Les Pelicans étaient en confiance en abordant ce match 5. Toujours pas de Booker à l’horizon, le match 4 avait été remporté après une série d’exploits défensifs en fin de match… on commençait à y croire à la Nouvelle-Orléans. Phoenix avait donc à cœur de calmer leurs ardeurs d’entrée. Et c’est chose faite avec un gros run en fin de premier quart-temps. Tout y passe : grosse défense, espaces ouverts en attaque, et adresse indécente à 3 pts. Chris Paul et Mikal Bridges notamment sont les grands artisans de ce début de match en trombe. L’écart va même passer les 15 points avant la mi-temps. Un vrai match de patron qui s’annonce donc.

Mais ces Pelicans ont du cœur et ne se laissent pas faire. Derrière Brandon Ingram et CJ McCollum, et leurs 43 points cumulés, les soldats de New Orleans ne baissent pas les bras. On pense ici particulièrement à Jose Alvarado, qui a encore une fois été grandiose en défense. Tout semble d’ailleurs possible, puisqu’ils reviennent à 7 petits points dans le 3e quart-temps, bien aidés par les problèmes de faute de Jae Crowder et Cameron Payne. Néanmoins, c’était sans compter sur Mikal Bridges. L’ailier sort peut-être ici son meilleur match en carrière en playoffs. Avec ses 31 points et sa défense toujours aussi étouffante, il a totalement mis fin aux espoirs des Pelicans dans les dernières minutes du match. Phoenix a n’a jamais été mené de la rencontre et a confirmé son statut de favori de la série sur ce match.


Rédacteur depuis juin 2021 - Spécialisé dans le basket américain, et amoureux des Cleveland Cavaliers. Celui qui ne s'est pas levé à 2h du matin pour un Cavs-Knicks ne connait pas la vraie fatigue.

Clique pour commenter
S'abonner
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Fil Info

Actus à la une