Nous suivre

NBA 2020-2021

NBA Playoffs : Trae Young et les Hawks climatisent le Madison Square Garden

Publié le

NBA Playoffs : Trae Young et les Hawks climatise le Madison Square Garden
Photo Atlanta Hawks

NBA 2020 – 2021 : Les Knicks, quatrièmes à l’Est, avaient a<l’vantage du terrain. Pourtant légèrement favoris, les Knicks viennent de le perdre. Dans un match où l’adresse n’était pas spécialement au rendez-vous, Trae Young a climatisé le Madison Square Garden dans lequel 15 000 personnes avaient pu faire le déplacement. Les Hawks prennent, eux, une sérieuse option pour la suite des playoffs.

Les Knicks, déjà dos au mur

Tout a bien mal commencé pour les Knicks. Si les coéquipiers de Trae Young ont eu besoin de quelques instants pour régler la mire, il a fallu aux joueurs de Tom Thibodeau plus d’un quart temps. A la fin du premier, la franchise new-yorkaise ne s’en sortait pourtant pas trop mal avec un différentiel de -8 seulement, malgré leur 7/26 au tir. Dans le second quart-temps, Alec Burks remettait les Knicks dans le droit chemin. Avec l’aide de Quickley, il faisait monter la température au Madison Square Garden. Grâce à eux, New York revenait à deux petits points avant la pause 50-52.

Le retour des vestiaires a laissé penser un instant que les coéquipiers de Derrick Rose avaient repris leurs esprits. R. J. Barrett a tenté de garder ses coéquipiers dans le match avec 9 points dans le troisième quart. Derrick Rose a fait ce qu’il a pu au milieu des échecs de ses partenaires. De leur côté, après avoir mené toute la rencontre, les Hawks perdaient la première fois le lead après 4 minutes de reprise. S’en suivait alors un chassé-croisé menant les Knicks en tête avant les douze dernières minutes 73-71, cette avance ne cessant d’augmenter. En début de quatrième quart, New York allait même mener de sept points. Le tout grâce à un Alec Burks intenable comme décrit sa shooting chart (ci-dessous) de cette période et ses 18 points. Meilleur marqueur de sa franchise avec 27 unités, ce dernier a porté les Knicks sur son dos un bon moment.

Mais en face, les snipers Gallinari et Bogdanovic répondaient immédiatement, parfaitement suivis par Lou Williams. A moins d’une minute du terme, les deux équipes se tenaient 103 partout. Trae Young se plaçait alors sur la ligne des lancers, + 2 Hawks. 28 dixièmes à jouer, D Rose égalisait. Restaient alors 9.8 secondes, on pensait se diriger vers une prolongation. Cependant, le meneur d’Atlanta (32 points à 11/23) s’y est fortement opposé. SO CLUTCH ! On vous laisse savourer.

La soirée cauchemardesque de Julius Randle

Si vous n’avez pas vu le nom de Julius Randle dans cette première partie, c’est bien normal. Sérieux, il a joué Julius ? On attendait de lui confirmation après sa belle saison régulière. Mais ce premier match de playoffs ne s’est pas passé comme prévu pour Randle. Auteur d’un pauvre 3/10 au tir en début de match, il a rapidement été mis sur le banc après les douze premières minutes. On était loin du 58% de réussite ce soir pour lui. Loin également des 37,3 points de moyenne offerts cette année. Avec seulement 15 points à 6/23 au tir, le probable futur MIP 2021 n’a eu de cesse d’arroser, menant son équipe sur une pente bien glissante. Heureusement que le banc était là. Avec 64 pions de sa part -sur les 105 inscrits quand même- il a porté New York et l’a empêché de sombrer. Mais revenons à Randle.

Si un des ses shoots longue distance permettait aux Knicks de reprendre l’avantage dans le quatrième quart, le réveil s’est fait bien trop tard. Surtout qu’après ce tir, il s’est aussitôt rendormi. C’était juste une lueur au bout d’un tunnel bien sombre pour Julius Randle qui devra vite reprendre ses esprits si New York veut encore espérer. Malheureusement avec cette défaite à domicile pour le premier match des playoffs, les Knicks n’ont déjà plus le droit à l’erreur.


Journaliste/rédactrice depuis janvier 2016 - Passionnée de sport depuis toujours, j’en ai pratiqué quelques-uns. Judo, football, handball ou encore tennis, je n’ai jamais pu me mettre d’accord sur un en particulier. Mais ça, c’était avant de découvrir le basket, devenu mon sport de prédilection. Les actions NBA, le All-Star Week-end, la fureur des Game 7 pendant les playoffs ou mieux, lors des Finals, this is why we play. Team Spurs T.P, je m’accroche encore à Gregg Popovich (don’t leave !). Team chef Curry, je souhaite qu’il finisse aux Warriors (staaaay !). Non, il n’y a pas qu’eux, des petits nouveaux -et des petites nouvelles évidemment- arrivent chaque jour dans toutes les disciplines et créent de nouveaux exploits. Alors pour les grands événements et compétitions internationales, vive les pulsations 240/minutes et le défibrillateur pas loin, et allez les Bleu(e)s ! C’est sûr, j’aurai plus vu ma vie sur un terrain de sport, mais à défaut d’en faire en haut niveau, partageons-le.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une