Nous suivre

NBA 2021/2022

NBA Preview : La dernière chance pour les Trail Blazers de Portland

Publié

le

NBA Preview : La dernière chance pour les Trail Blazers de Portland
Photo Icon Sport / Visuel Dicodusport

NBA 2021-2022 : À l’aube de cette nouvelle saison de NBA, la rédaction de Dicodusport vous prépare durant un mois tout ce qu’il faut savoir sur l’intersaison des 30 franchises de la grande ligue américaine. Il est l’heure d’attaquer les Portland Trail Blazers !

Un ascenseur émotionnel

Cette saison, Portland a connu des hauts et des bas. Tout le problème étant que les hauts n’étaient finalement pas si hauts que ça, mais les bas, excessivement profonds. Les hauts, c’est par exemple quand Damian Lillard a enfin un bras droit qui évolue à un niveau de all-star, en l’occurrence CJ McCollum. Problème, l’arrière s’est blessé après moins de 15 matchs, laissant Lillard seul leader d’une équipe qui serait complètement perdue sans lui. D’ailleurs, Dame Dolla est l’auteur d’une nouvelle saison régulière stratosphérique. Auteur de 29 points avec plus de 7 passes par match, il été une nouvelle fois exemplaire en tant que leader.

Ces hauts et ces bas sont également collectifs. L’attaque est la 5ème meilleure de la ligue, mais la défense est une des 8 pires. Pourtant, le recrutement avait plutôt mis l’accent sur ce problème récurant des Blazers depuis pas mal d’années. Covington a déçu à ce niveau-là. Avec la saison moyenne qui se profilait à l’horizon, Neil Olshey a été obligé de faire bouger son effectif, et l’arrivée de Norman Powell a fait beaucoup de bien. Bilan de la saison régulière : 42 victoires, et une 6ème place permettant d’éviter le playin d’un cheveu. Arrivée en playoffs, la bande de Lillard se retrouve face à des Nuggets privés de Jamal Murray. Face à une équipe sans son meneur et avec McCollum de retour, on se dit que les Blazers ont toutes leurs chances.

CJ McCollum

CJ McCollum – Photo Icon Sport

Lillard bien trop seul

Sauf que cette série de playoffs va être aussi un véritable ascenseur émotionnel. La meilleure allégorie de cette saison des Blazers est le match 5. Lillard, comme à son habitude, clutch comme cela devrait être interdit, maintient son équipe en vie et arrache une prolongation dans les dernières secondes. Rebelote à la fin de la première prolongation. Lors de la seconde, alors que Dame redescend parmi les mortels, ses coéquipiers montrent à quel point on peut leur faire confiance. Ou pas. Erreurs défensives, balles perdues bêtement, grosses briques précédées de mauvais choix tactiques, c’en est trop pour Lillard qui ne peut empêcher son équipe de couler, et qui apparaît alors abattu en conférence d’après-match.

Le match 6 est également remporté par les Nuggets, et là, c’en est définitivement trop pour le meneur. Lui qui a toujours été fidèle à son équipe en conférence de presse, commence à mettre la pression à son management. Le message est très clair : bougez-vous, parce que ma patience a ses limites. Tout l’été, les rumeurs autour de McCollum, Powell ou même Lillard himself se sont multipliées. Et pourtant, ce marché de l’été s’est avéré… décevant.


Les mouvements à l’intersaison

Les départs

Zach Collins (libre), Enes Kanter (libre), Derrick Jones Jr. (transféré à Chicago)

Les prolongations

Norman Powell (4ans)

Les arrivées

Larry Nance Jr. (transféré par Cleveland), Ben McLemore (1 an), Cody Zeller (1 an), Tony Snell (1 an), Greg Brown III (3 ans), Keljin Blevins (Two-way), Trendon Watford (two-way) Dennis Smith Jr. (non garanti)


Le 5 majeur des Portland Trailblazers

Damian Lillard – C.J. McCollum – Norman Powell – Robert Covington – Jusuf Nurkic

NBA Preview - 5 Majeur des Trail Blazers de Portland

NBA Preview – 5 Majeur des Trail Blazers de Portland

La rotation sur le banc

Meneurs : Anfernee Simons, Dennis Smith Jr (?)

Arrières : Ben McLemore, Tony Snell, Keljin Blevins

Ailiers : Nassir Little, CJ Elleby

Ailiers-forts : Larry Nance, Greg Brown III

Pivots : Cody Zeller


Les points faibles/points forts

Points faiblesToujours pas de mouvements forts

Avec cette intersaison, et même si pas mal de mouvements ont été effectués cet été, aucun d’entre eux ne devrait profondément bouleverser le jeu des Blazers. Exception faite du changement de coach, qui pourrait nous réserver des surprises. Il est assez simple d’anticiper les forces et faiblesses de Portland la saison prochaine. D’abord, une forte attaque, poussée par un Lillard stratosphérique. Puis une défense parmi les pires de la ligue, malgré l’ajout de Larry Nance Jr. Une nouvelle saison de milieu de tableau suffira-t-elle à convaincre Dame Dolla ? Probablement pas, et il va falloir que le management se pose de vraies questions pour mieux entourer sa star.

Points fortsLillard, encore et toujours

Ne nous faites pas dire ce que l’on n’a pas dit. L’effectif de Portland a de vraies qualités. McCollum peut jouer à un niveau de all-star, Nurkic et Powell sont de très bons joueurs. Cependant, sans Lillard, cette équipe n’a pas la moindre chance. Le meneur est aujourd’hui sans contestation l’un des meilleurs joueurs de la ligue. La saison dernière, il culminait à presque 29 points par match. Nul doute qu’il va continuer dans ces standards, et on pourrait très bien se retrouver avec une saison entière de dame time. Cette année, de toute façon, il va devoir se surpasser, notamment en défense, et prouver à tous qu’il est bien l’un des deux meilleurs meneurs de la ligue, et qu’il peut regarder dans les yeux un certain chef. Il faudra au moins ça pour être à la hauteur de ses ambitions.


Pronostic en fin de saison : 7èmes de l’Ouest

On prend les mêmes et on recommence. Cet effectif n’a que très peu progressé, et les quelques recrues ne laissent pas vraiment présager une révolution. Le plus grand facteur X est finalement Chauncey Billups, le nouveau coach. Selon ses décisions et la culture qu’il va instaurer, nous pourrions avoir des surprises, en bien, comme en mal. Une chose est sûre en tout cas, la franchise ne peut plus se permettre de rester au milieu du tableau.


Rédacteur depuis juin 2021 - Spécialisé dans le basket américain, et amoureux des Cleveland Cavaliers. Celui qui ne s'est pas levé à 2h du matin pour un Cavs-Knicks ne connait pas la vraie fatigue.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une