Nous suivre

NBA

NBA Replay : retour sur le Game 6 des Finales 2013 entre Spurs et Heat

Avatar

Publié

le

NBA Finals
Getty Images

Pour s’occuper pendant le confinement, quoi de mieux que de revivre en replay des matchs NBA d’anthologie ? On ressort donc la machine à remonter dans le temps, direction 2013 ! Champion en titre, le Miami Heat est opposé aux Spurs de San Antonio dans les Finales NBA 2013. Le match de cette série qui restera gravé dans les mémoires sera le Game 6, un fameux 18 juin 2013.

Deux équipes à leur apogée

D’un côté le Heat, vainqueur de la NBA en 2012 face au Thunder, qui remet son titre en jeu. Qualifié en Playoffs suite à une saison régulière terminée avec le meilleur bilan de la Ligue (66 victoires pour 16 défaites), Miami a idéalement démarré ses Playoffs : victoire 4-0 face aux Bucks et 4-1 face aux Bulls. Même si les Pacers les ont accrochés en finale de conférence, la franchise floridienne arrache le Game 7 et rejoint les Spurs en finale.

Chez les Spurs, l’équipe est habituée aux finales NBA mais surtout a pour habitude de les gagner (4 titres en 4 finales). En 2012-2013, San Antonio a remporté 58 victoires pour 24 défaites, suivies de 3 séries de Playoffs remportées face aux Lakers, aux Warriors et aux Grizzlies.

Lors des 5 premiers matchs de ces Finales 2013 entre Spurs et Heat, c’est d’abord Tony Parker qui s’illustre avec un Game 1 de folie, conclu par un panier de la gagne incroyable. Miami égalise à 1-1, perd le match 3 et égalise ensuite à 2 matchs partout. Manu Ginobili sort une grosse performance pour les Spurs lors du Game 5 et ces derniers prennent l’avantage 3-2 dans ces finales.

Game 6 : défaite interdite pour Miami

Le Heat reçoit donc San Antonio à l’American Airlines Arena de Miami ce 13 juin 2013, avec la victoire comme seul impératif. Au coup d’envoi, les deux cinq majeurs sont alléchants :

NBA Finals

Mario Chalmers à la mène, Dwyane Wade et Mike Miller sur les ailes, LeBron James et Chris Bosh dans la raquette.

NBA Finals

Un Big Three aussi côté Spurs, avec Tony Parker, Manu Ginobili et Tim Duncan. Ils sont accompagnés de Danny Green et du jeune Kawhi Leonard.

Le match

1er quart-temps :

Un début de partie très intense, et c’est Tim Duncan qui marque son territoire dans la raquette : 12 points en 10 minutes à 6/6 au tir. Miami n’est pas en reste, LeBron James guide les siens (5 passes sur ce 1er quart) et permet à Mario Chalmers de marquer 10 points d’entrée. Les remplaçants commencent progressivement à faire leur entrée : Ray Allen rate ses 3 premiers paniers pour le Heat, l’écorché-vif Chris Andersen et Shane Battier sont également sur le terrain pour Miami.

Boris Diaw, Gary Neal et Tiago Splitter sortent du banc des Spurs, sans apporter assez pour le moment. Résultat, Miami prend l’avantage 27-25 à la fin des 12 premières minutes.

2ème quart-temps :

On reste donc sur les mêmes rotations qu’en fin de 1er quart, sauf que les tendances s’inversent. Greg Popovich motive ses troupes à chaque temps mort et le verrou texan s’installe : seulement 17 points encaissés pour les Spurs sur les 12 minutes avant la pause. Sur la lancée de son Game 5 impressionnant en défense, Boris Diaw (bien épaulé sur quelques possessions par Kawhi Leonard) ne lâche pas LeBron James et le limite à 4 petits points à 1/6 au tir.

De retour sur le terrain, Tim Duncan continue son festival en ajoutant 13 points à son escarcelle et marquant la moitié des points de son équipe à la mi-temps. En véritable locomotive, il ramène le train Spurs aux vestiaires avec 6 points d’avance (44-50) à la pause.

NBA Finals

LeBron, Wade et Bosh bien à la peine sur ce match. (@NBA)

3ème quart-temps :

En sortie des vestiaires, le Big Three du Heat est toujours à la peine : Chris Bosh et D-Wade ne dépassent pas les 50% de réussite au tir, et LeBron est juste catastrophique au tir avec un 3/12 à la fin du 3ème quart. Chalmers, Battier et Mike Miller apportent leur contribution malgré tout et permettent de compenser la faible adresse au tir de leurs 3 leaders.

Collectivement et défensivement, les Spurs sont supérieurs sur ces 36 premières minutes. Avec 10 points d’écart à la fin du 3ème quart-temps, il reste 12 minutes à Miami pour créer l’exploit…

4ème quart-temps :

Changement de stratégie et de mentalité pour Miami. Ray Allen va jouer l’intégralité du dernier quart, une marque de confiance de la part de son coach Erik Spoelstra alors que « Jesus » n’a pas rentré un seul panier en 23 minutes sur le parquet. Chris Andersen débute aussi sur le terrain pour apporter son énergie et sa défense, neutralisant enfin Tim Duncan qui ratera ses 4 prochains paniers tentés. Le pari culotté de Spoelstra, en ne faisant que peu jouer Wade et Bosh, commence à prendre forme. Chalmers et Miller inscrivent deux paniers à 3 points importants, « BANG ! » s’exclame le commentateur Mike Breen, et Miami revient à 4 petits points de San Antonio !

L’occasion pour LeBron de se réveiller ? Sur un tir manqué de Chalmers, LeBron réalise un putback-dunk agressif qui lui fait perdre son légendaire headband.

Cela lui réussira plutôt bien avec 16 points marqués (64% au tir) par la suite, marquant définitivement le retour de Miami dans le match. Après un run de 22-7 pour Miami, portant le score à 85-83 pour ces derniers, San Antonio reprend l’avantage grâce à deux paniers consécutifs de Tony Parker, et deux lancers francs de Manu Ginobili.

93-89, 37 secondes à jouer. LeBron perd la balle, Ray Allen fait faute mais Ginobili rate un de ses deux lancers francs obtenus, laissant Miami espérer.

28,2 secondes au compteur, balle Miami. James rate son tir à 3 points mais le ballon revient dans ses mains : « It’s good, James knocks it down !« , 2 points d’écart ! Sur la remise en jeu, le Heat envoie Kawhi Leonard sur la ligne des lancers francs : aïe, encore un lancer raté pour les Spurs, même si le jeune ailier de 21 ans réussit le second.

19,4 secondes sur l’horloge, le Heat n’a plus de temps mort et est mené de 3 points. LeBron tente sa chance mais rate, et le reste, commenté par Mike Breen, appartient à l’histoire : « Rebound Bosh, back out to Allen, his three-pointer… BAAAAAAAANG » !

Quel panier énorme de Ray Allen qui égalise à cinq secondes de la fin du temps réglementaire ! Tony Parker ne rentre pas le dernier tir, et c’est donc parti pour une prolongation miraculeuse pour le Heat !

Prolongations :

5 minutes supplémentaires à jouer pour les deux équipes. Kawhi se rattrape de son lancer raté en scorant rapidement 4 points, Bosh lui répondra en face mais rate son lancer pour le and-one. C’est alors que Tony Parker va enchaîner les mauvais choix offensifs : 0/4 au tir sur la prolongation, 1/2 aux lancers, le Français est sorti de son match et finit avec un triste 6/23 au tir sur l’ensemble de la rencontre.

Miami en profite, avec l’aide de l’arbitre qui ne siffle pas une faute sur Ginobili à 100-101. À l’inverse, Ray Allen part mettre ses lancers de l’autre côté du terrain afin de donner 3 points d’avance à Miami. 1,9 seconde à jouer, et l’on se demande qui va prendre le dernier shoot pour les Spurs. Avec 3 points de retard, c’est Danny Green qui semble être la seule solution en l’absence d’un autre shooteur fiable à distance. La défense de Miami le sait et ne va pas le lâcher, et c’est Chris Bosh qui va contrer l’arrière texan. Miami remporte ce Game 6 !

Ce match est clairement le tournant de cette série de Playoffs. Les Spurs avaient le match en main mais deux événements les ont pénalisé : les lancers ratés de Ginobili et Kawhi, ainsi que ce tir ultra-clutch de Ray Allen qui restera dans la légende. Au Game 7, Miami s’imposera 95-88 et réalisera un back-to-back en remportant un second titre d’affilée après 2012.

La rivalité continuera, et Kawhi notamment prendra sa revanche en finissant MVP des Finales 2014, ces dernières étant largement remportées par les Spurs à nouveau face au Heat, 4 matchs à 1 cette fois-ci pour les Texans. La fin d’un cycle pour le Heat, LeBron James repartant alors à Cleveland pour créer une nouvelle rivalité, face aux Warriors désormais…

Mathieu Veillon


Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

NBA

Violences policières : le sport US vent debout après la mort de George Floyd

Avatar

Publié

le

Par

Media News Group / Los Angeles Dail

SPORT US – Les États-Unis sont sous le choc après le décès à Minneapolis de George Floyd, un Afro-Américain de 46 ans, suite à une arrestation violente. Sur place, les sportifs réagissent après cette énième violence policière sur la communauté afro-américaine.

Le décès de George Floyd provoque l’émoi aux USA. Cet Afro-Américain de 46 ans est décédé à Minneapolis, après une arrestation des plus brutales de la part de policiers américains. L’un d’entre eux, genou sur le cou de la victime durant de longues minutes, symbolise à lui seul les bavures policières bien trop récurrentes outre-Atlantique.

Les sportifs montent au créneau

La mort de Floyd a provoqué une vague de réactions sur les réseaux sociaux, et notamment celle de LeBron James. Le joueur des Lakers a notamment publié un montage sur Instagram. D’un côté, le policier américain sur le cou de George Floyd. De l’autre côté, Colin Kaepernick, ex quaterback des 49ers de San Francisco, l’une des plus grandes franchises de la NFL. Kaepernick avait, à l’époque, mis un genou à terre lors de l’hymne américain, refusant de mettre la main sur le cœur, en signe de protestation contre les violences policières à l’encontre des Noirs.

Toujours d’actualité donc, cette image a inspiré LeBron James. Au-dessus du montage, un bout de phrase : « This… …is why » (voilà… …pourquoi). En-dessous, la colère du King : « Est-ce que vous comprenez maintenant !! ?? !! ?? Ou est-ce encore flou ? ». Tout un symbole.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Do you understand NOW!!??!!?? Or is it still blurred to you?? 🤦🏾‍♂️ #StayWoke👁

Une publication partagée par LeBron James (@kingjames) le

« C’est un meurtre. Écoeurant. Sérieusement, qu’est-ce qui ne va pas avec nous ? »

Autre personnalité du sport US à montrer son dégoût, Steve Kerr, le boss des Warriors de Golden State. L’octuple vainqueur de la NBA a fait part de son incompréhension sur Twitter. « C’est un meurtre. Écoeurant. Sérieusement, qu’est-ce qui ne va pas avec nous ? », a-t-il déclaré.

Mais outre la colère et l’incompréhension, la douleur est également présente dans les réactions aux États-Unis. En tête, celle de Stephen Jackson, proche de la victime. Retraité depuis 2014, l’ancien joueurs des Warriors, des Spurs et des Cavaliers a réagi sur Instagram. Floyd était mon frère. On s’appelait ‘les jumeaux’. Mon frère était au Minnesota parce qu’il changeait de vie, il conduisait des camions (…) et vous l’avez tué. Je suis en route pour le Minnesota. Justice sera faite a-t-il dit. Aujourd’hui et plus que jamais, les violences policières sur les Afro-Américains persistent. Sans que rien ne soit fait par les autorités pour enrayer cette brutalité. Et ce n’est sans doute pas sous le mandat de Donald Trump que les lignes ont bougé.

Dicodusport


Lire la suite

NBA

Composez votre 5 majeur de légende des Chicago Bulls

Avatar

Publié

le

Par

AP / AP / Getty Images

BASKET-BALL – En pleine période de (dé)confinement, toutes les compétitions sportives sont à l’arrêt. L’occasion de faire un tour des franchises NBA, et de vous demander votre 5 majeur de légende pour chaque équipe. Avec la série-documentaire The Last Dance qui touche à sa fin, l’occasion était parfaite pour s’occuper du 5 majeur des Chicago Bulls.

Fondée en 1966, cette franchise a dû attendre près de 30 ans pour enfin débloquer son palmarès, et de quelle manière ! Michael Jordan a fait des Chicago Bulls une des franchises les plus mythiques de l’histoire de la NBA, et c’est donc l’occasion de voter pour les meilleurs joueurs ayant évolué dans l’Illinois.


Postes 1 à 3 (meneur, arrière, ailier) : choisissez vos extérieurs

Qui sont les meilleurs extérieurs de l'histoire des Bulls ? (3 choix possibles)

Postes 4 et 5 (ailier-fort, pivot) : composez votre raquette intérieure

Qui sont les meilleurs intérieurs de l'histoire des Bulls ? (2 choix possibles)

Mathieu Veillon


Lire la suite

NBA

Composez votre 5 majeur de légende du Utah Jazz

Avatar

Publié

le

Par

Getty Images / AP / Getty Images

BASKET-BALL – En pleine période de confinement, toutes les compétitions sportives sont à l’arrêt. L’occasion de faire un tour des franchises NBA, et de vous demander votre 5 majeur de légende pour chaque équipe. Direction l’ouest des États-Unis pour aller dans l’Utah, afin de choisir les 5 joueurs qui vont représenter l’équipe du Jazz.

Si le Jazz était situé à l’origine à la Nouvelle-Orléans, ce qui est logique d’un point de vue musical, la franchise déménage après 5 ans en NBA pour aller à Salt Lake City, dans l’Utah. Un duo mythique a marqué l’histoire des Utah Jazz et devrait logiquement se retrouver dans votre 5 majeur, pour le reste c’est à vous de jouer !


Postes 1 à 3 (meneur, arrière, ailier) : choisissez vos extérieurs

Qui sont les meilleurs extérieurs de l'histoire du Jazz ? (3 choix possibles)
  • John Stockton (10 fois All-Star, 5 fois All-Defensive Team, meilleur intercepteur et passeur de toute l'histoire de la NBA, 2 fois Finaliste NBA) 34%, 255 voix
    255 voix 34%
    255 voix - 34% des votes
  • Pete Maravich (3 fois All-Star avec le Jazz, 7ème scoreur et passeur de l'histoire de la franchise) 17%, 126 voix
    126 voix 17%
    126 voix - 17% des votes
  • Adrian Dantley (6 fois All-Star en 7 saisons à Utah avec 29,6 points de moyenne par match, ce qui en fait leur 3ème scoreur all-time) 13%, 97 voix
    97 voix 13%
    97 voix - 13% des votes
  • Andrei Kirilenko (All-Star en 2004, 3 fois All-Defensive, 10 saisons à Utah en devenant le 2ème contreur, 4ème intercepteur et 6ème scoreur) 11%, 85 voix
    85 voix 11%
    85 voix - 11% des votes
  • Donovan Mitchell (All-Star en 2020, 22,7 points de moyenne en 3 saisons à Utah pour l'instant) 11%, 81 voix
    81 voix 11%
    81 voix - 11% des votes
  • Jeff Hornacek (7 saisons, 477 matchs, 6ème passeur et 7ème intercepteur all-time à Utah) 6%, 42 voix
    42 voix 6%
    42 voix - 6% des votes
  • Gordon Hayward (All-Star en 2017 avec Utah, 8ème meilleur scoreur et passeur de la franchise) 4%, 29 voix
    29 voix 4%
    29 voix - 4% des votes
  • Deron Williams (2 fois All-Star à Utah, 4ème meilleur passeur de leur histoire et 9ème scoreur en 6 saisons) 3%, 24 voix
    24 voix 3%
    24 voix - 3% des votes
  • Joe Ingles (470 matchs à Utah, 10ème passeur all-time du Jazz) 1%, 8 voix
    8 voix 1%
    8 voix - 1% des votes
  • Bryon Russell (9 saisons et 628 matchs à Utah, 6ème meilleur intercepteur de leur histoire) 1%, 7 voix
    7 voix 1%
    7 voix - 1% des votes
  • Rickey Green (All-Star en 1984 au Jazz, 3ème meilleur passeur et intercepteur de leur histoire) 0%, 3 voix
    3 voix
    3 voix - 0% des votes
  • Darrell Griffith (ROY en 1981 au Jazz, 4ème scoreur et 5ème intercepteur de l'histoire de la franchise) 0%, 2 voix
    2 voix
    2 voix - 0% des votes
Total des votes : 759
Voters: 266
14 mai 2020 - 30 mai 2020
Les votes sont clos

Postes 4 et 5 (ailier-fort, pivot) : composez votre raquette intérieure

Qui sont les meilleurs intérieurs de l'histoire du Jazz ? (2 choix possibles)
  • Karl Malone (Meilleur scoreur, rebondeur et contreur de l'histoire du Jazz, 2 fois Finaliste, 14 fois All-Star, 2 fois MVP, 2ème meilleur scoreur de l'histoire de la NBA) 49%, 264 voix
    264 voix 49%
    264 voix - 49% des votes
  • Rudy Gobert (2 fois Défenseur de l'année, 3 fois All-Defensive Team, All-Star en 2020, 3ème rebondeur et 5ème contreur de l'histoire du Jazz) 42%, 226 voix
    226 voix 42%
    226 voix - 42% des votes
  • Mark Eaton (2 fois Défenseur de l'année, 3 fois All-Defensive Team, All-Star en 1989, 2ème rebondeur et 1er contreur de l'histoire du Jazz) 7%, 36 voix
    36 voix 7%
    36 voix - 7% des votes
  • Carlos Boozer (All-Star en 2007 et 2008 avec le Jazz, 19,3 points et 10,5 rebonds de moyenne en 6 saisons) 1%, 4 voix
    4 voix 1%
    4 voix - 1% des votes
  • Paul Millsap (8ème intercepteur et contreur all-time du Jazz, 10ème rebondeur) 0%, 2 voix
    2 voix
    2 voix - 0% des votes
  • Mehmet Okur (All-Star en 2007 avec Utah, 10ème marqueur all-time de leur histoire) 0%, 2 voix
    2 voix
    2 voix - 0% des votes
  • Greg Ostertag (3ème contreur et 6ème rebondeur de l'histoire de la franchise) 0%, 0 voix
    0 voix
    0 voix - 0% des votes
  • Thurl Bailey (10 saisons à Utah, 5ème scoreur de leur histoire, 6ème contreur et 8ème rebondeur) 0%, 0 voix
    0 voix
    0 voix - 0% des votes
  • Derrick Favors (9 saisons chez les mormons, 4ème rebondeur et 7ème contreur all-time à Utah) 0%, 0 voix
    0 voix
    0 voix - 0% des votes
  • Rich Kelley (7ème rebondeur de l'histoire du Jazz en 7 saisons) 0%, 0 voix
    0 voix
    0 voix - 0% des votes
Total des votes : 534
Voters: 269
14 mai 2020 - 30 mai 2020
Les votes sont clos

Mathieu Veillon


Lire la suite

Culture

The Last Dance : 6 choses à retenir de ce documentaire inédit

Avatar

Publié

le

Par

Netflix / Europa Press

BASKET-BALL – Véritable phénomène sur la planète basket en ce moment, The Last Dance a su nous faire oublier qu’il n’y avait plus de matchs NBA depuis plus de deux mois maintenant. Récit de l’épopée des Bulls de Michael Jordan depuis 1984, jusqu’à leur dernière danse en 1998, cette série-documentaire de Netflix a passionné les fans de basket mais aussi les curieux désirant en savoir plus sur une idole du sport mondial. Et justement, The Last Dance nous a offert des anecdotes et infos inédites que nous avons récapitulé en six titres, comme le nombre de bagues de champions des Bulls.


1 – Ne jamais provoquer Air Jordan

The Last Dance

« From that point on, he’s been on my list, it became personnal with me » (À partir de ce moment il est passé sur ma liste, c’est devenu une affaire personnelle pour moi)

Cette phrase, on a l’impression de l’avoir entendue à chaque épisode de The Last Dance, mais personne n’a retenu la leçon au sein de la grande ligue américaine. Bryon Russell, Reggie Miller, George Karl, B.J. Armstrong, Karl Malone et même le pauvre LaBradford Smith qui n’avait pourtant rien demandé à personne : quand tu es sur la liste de Jordan, tu sais que tu vas passer une sale soirée. Qui aurait cru qu’Arya Stark et Michael Jordan avaient un si grand point commun, celui de faire une liste avec des ennemis à abattre ?


2 – Dennis Rodman n’est définitivement pas tout seul dans sa tête

Dans The Last Dance, nous avons eu le droit à un véritable best-of du génie capillaire de Chicago : entre ses sorties nocturnes (« It’s Kamikaze Time »), ses relations particulières avec Madonna et Carmen Electra ou encore ses combats de catch entre deux matchs de Playoffs, la série nous a montré à quel point Dennis Rodman est un personnage inoubliable dans l’histoire de la NBA.

Mais côté basket, Rodman est aussi un des rebondeurs les plus talentueux de l’histoire. Dans l’épisode 3, « The Worm » nous explique sa technique pour attraper le plus de rebonds sur le parquet, et ses explications se sont vite transformées en mème Internet :


3 – Une bande-son de toute beauté

Dès les premiers épisodes, la bande-son colle parfaitement avec l’ambiance des Bulls, notamment grâce à la musique d’intro du United Center, « Sirius » de The Alan Parsons Project.

Ensuite, chaque musique illustre ce que veut montrer la série : Quand Jordan débute en NBA, il doit faire ses preuves et montrer que « I Ain’t No Joke » (titre de Eric B. & Rakim). Quand Jordan devient le patron, c’est « Down With The King » de Run-D.M.C. qui résonne dans nos oreilles. Les titres des autres musiques présentes dans la bande-son sont évocateurs sans même les écouter : « I’m Bad », « Vengeance », « If I Ruled The World », « Be Like Mike » etc.


4 – Ne confiez jamais votre négociation de contrat à l’agent de Scottie Pippen

The Last Dance

Photo : Andrew D. Bernstein/NBAE/Getty Images

Durant quasi toute l’intégralité de son passage aux Bulls, Scottie Pippen était probablement le joueur le plus mal payé de la Ligue au vu de son niveau. Si son contrat rookie était plutôt honnête, il signe en 1991 une extension de 5 ans, qui prendra effet en 1993, d’un total de 18 millions de dollars. Sauf qu’entre temps, et notamment grâce à l’impact médiatique de Jordan et de la dynastie des Bulls, les revenus des droits télés et du merchandising vont exploser.

Tous les joueurs en NBA vont avoir leur part du gâteau, sauf Scottie Pippen qui est bloqué avec son contrat jusqu’en 1998. Cette année-là, Scottie touche 2,775 millions de dollars, ce qui en fait seulement le 6ème joueur le mieux payé des Bulls, et le 122ème joueur en NBA. Dérisoire pour un des dix meilleurs joueurs de la Ligue à cette époque. Comme on l’a vu dans The Last Dance, Scottie avait toutes les raisons du monde d’être fâché contre son management et cela entraînera notamment son départ après le 6ème titre des Bulls.


5 – Michael Jordan est le meilleur pour créer des « mèmes » malgré lui

On connaissait déjà le « Crying Jordan« , ce mème (image détournée reprise en masse sur Internet) qui est devenu légendaire, accueillons maintenant le « Jordan Laugh ».

The Last Dance

Interrogé par les réalisateurs de la série, l’ancien meneur des Sonics Gary Payton pense qu’il avait trouvé un moyen de défendre sur MJ en l’épuisant. Michael, qui regarde cet extrait sur sa tablette, ne peut s’empêcher d’éclater de rire en entendant ces propos, une manière de dire que personne ne pouvait défendre sur lui.


6 – Jerry Krause est un génie incompris

The Last Dance

Photo : BILL KOSTROUN/Associated Press

Véritable bouc émissaire de Michael Jordan durant l’intégralité de The Last Dance, Jerry Krause est dépeint comme une personne peu appréciable humainement et qui ne respecte pas ses joueurs. Mais, si on peut débattre sur l’objectivité du documentaire, qui donne surtout le point de vue de Mike, on ne peut pas débattre sur l’immense talent de General Manager de Jerry Krause.

Ce dernier a rassemblé au sein d’une même équipe le meilleur joueur de l’histoire, Michael Jordan avec celui qui est devenu le meilleur coach de l’époque, Phil Jackson. Il a eu du flair pour drafter Scottie Pippen, qui est devenu le meilleur lieutenant dans une équipe NBA de l’histoire, et a assemblé un sacré roster autour de ces 3 hommes. Horace Grant, John Paxson, B.J. Armstrong, Bill Cartwright pour les 3 premiers titres, Dennis Rodman, Toni Kukoc, Steve Kerr ou encore Luc Longley pour le deuxième three-peat. Un assemblage parfait de la part de Jerry Krause et pas assez mis en valeur dans la série, surtout que Krause, décédé en 2017, n’a malheureusement pas pu s’exprimer dans The Last Dance.


The Last Dance nous aura apporté de nombreuses anecdotes et témoignages inédits sur la dynastie des Chicago Bulls, nous aura fait revivre les grands moments de la carrière de Michael Jordan et nous aura offert des images d’archives de qualité. Un plaisir pour les yeux, n’hésitez pas à voir ou revoir cette série/documentaire qui saura ravir aussi bien les geeks du basket que ceux qui souhaitent découvrir pour la première fois cette partie de l’histoire du basket.

Mathieu Veillon


Lire la suite

NBA

Votre 5 majeur de légende des Détroit Pistons

Avatar

Publié

le

Par

Dicodusport

BASKET-BALL – Il y a quelques jours, nous vous avons proposé de voter pour désigner votre 5 majeur des Detroit Pistons. Voici vos résultats pour cette franchise qui a remporté 3 fois les Finales NBA.

Votre 5 majeur de légende des Pistons

Votre 5 majeur de légende des Detroit Pistons – Dicodusport


Les extérieurs

Isiah Thomas : 33%

Joe Dumars : 21%

Dennis Rodman : 18%

Chauncey Billups : 16%

Grant Hill : 7%

Richard Hamilton : 3%

Mark Aguirre, Tayshaun Prince, Jerry Stackhouse : >1%

Votre meneur de jeu : Isiah Thomas

Votre arrière : Joe Dumars

Votre ailier : Dennis Rodman


Les intérieurs

Ben Wallace : 39%

Bill Laimbeer : 30%

Rasheed Wallace : 16%

Bob Lanier : 6%

Andre Drummond : 3%

Blake Griffin : 3%

John Salley : 2%

Rick Mahorn : 1%

Votre ailier-fort : Bill Laimbeer

Votre pivot : Ben Wallace

Mathieu Veillon


Lire la suite

Fil Info

CyclismeIl y a 3 heures

Tour de France : le programme de la semaine sur La Chaîne L’Équipe

CYCLISME - Du 1er au 7 juin, La Chaîne L'Équipe va rediffuser les grandes étapes du Tour de France version...

FootballIl y a 4 heures

Football – Bundesliga : notre pronostic pour Cologne – RB Leipzig

BUNDESLIGA - Pour clôturer la 29ème journée du championnat allemand, Leipzig se déplace à Cologne. Notre pronostic.

GymnastiqueIl y a 4 heures

Quiz : Êtes-vous incollable sur Mélanie De Jesus Dos Santos ?

QUIZ – Chaque jour, testez-vous sur un(e) grand(e) sportif(-ve) tricolore. Aujourd’hui, place à Mélanie De Jesus Dos Santos, la pépite...

FootballIl y a 6 heures

Les demi-finales de la Coupe d’Allemagne diffusées sur La Chaîne L’Équipe

FOOTBALL - La Chaîne L'Équipe profite de la reprise des compétitions en Allemagne pour diffuser les deux demi-finales de la...

HistoireIl y a 6 heures

[Vidéo] En 2000, Mary Pierce remportait Roland-Garros

TENNIS - En 2000, Mary Pierce atteignait le sommet de sa carrière avec sa victoire à Roland-Garros face à Conchita...

Rugby à XVIl y a 7 heures

Top 14 – XV type de la saison 2019-2020 : Élisez le meilleur demi de mêlée

RUGBY - Le 21 mai dernier, Dicodusport lançait sa consultation concernant l'élection du XV type de Top 14 version 2019/2020....

CyclismeIl y a 9 heures

Quiz cyclisme : Thibaut Pinot, Romain Bardet ou les deux ?

QUIZ CYCLISME - Thibaut Pinot et Romain Bardet, deux coureurs qui symbolisent le renouveau du cyclisme tricolore en haute-montagne depuis...

FootballIl y a 12 heures

Football – Bundesliga : notre pronostic pour Paderborn – Borussia Dortmund

BUNDESLIGA - Pour le compte de la 29ème journée du championnat allemand, le Borussia Dortmund se déplace à Paderborn. Notre...

Rugby à XVIl y a 13 heures

[Vidéo] Les plus belles actions de Beauden Barrett

RUGBY - Sans aucun doute possible, le All Black Beauden Barrett est actuellement le meilleur demi d'ouverture. Ses plus belles...

Rugby à XVIl y a 1 jour

Top 14 2020/2021 – Transferts : le point sur le mercato du Stade Rochelais

Mercato Top 14 2020/2021 - La saison actuelle n'est pas encore terminée, que les clubs s'agitent déjà en coulisses. Le...

Advertisement

Nous rejoindre

Le Club Dicodusport

Nous suivre sur Facebook

Dicodusport © 2020 - Tous droits réservés