Nous suivre

Actualités

NBA Time #1 : premier bilan à mi-saison

Publié le

DeMarcus Cousins

Après trois mois de compétition, la NBA tourne à plein régime. LeBron James et Cleveland en difficulté dans une conférence Est dominée par Boston et Toronto, Golden State et Houston mènent une conférence Ouest qui semble sous contrôle, Oklahoma City qui commence à jouer dans le bon tempo, San Antonio qui piétine son basket léché. Les enseignements sont déjà nombreux alors que l’on vient de dépasser la mi-saison, mais nous ne sommes qu’au milieu de la saison régulière, et tout commence réellement dans quelques semaines.

Cleveland en souffrance

Toutes les équipes approchent ou ont atteint les 50 matchs depuis le coup d’envoi de la saison 2017-2018. L’échantillon est suffisamment important pour prendre en considération tout ce qui est arrivé depuis mi-octobre. Le feuilleton ‘Kyrie Irving’ et le départ du champion NBA 2016 vers Boston posait beaucoup de questions sur le niveau de Cleveland cette saison. Isaiah Thomas arrivé en échange mais blessé jusqu’aux fêtes de fin d’année, les Cavaliers ont dû composer avec Derrick Rose durant quelques matchs. Ce dernier blessé chronique, LeBron James s’est retrouvé seul à bord d’un navire qui tanguait. Résultat? Malgré une série de 13 victoires consécutives en novembre, Cleveland pointe à la troisième place de la conférence Est, loin derrière les Celtics et les Raptors et avec le Heat de Miami qui se rapproche dangereusement. Ensuite viennent Milwaukee et Washington qui offrent des performances qui sont en-deçà des espérances de pré-saison, puis on retrouve Philadelphie et Indiana qui peuvent encore créer la sensation en venant se rapprocher du top 4 dans une conférence plus ouverte que jamais. Suspense garanti.

Houston s’accroche aux Warriors

A l’Ouest, ce n’est pas la même musique. Les Warriors déroulent et avancent vers les Play-offs avec un détachement qui ne laisse pas de place au doute. Bien qu’ils perdent quelques rencontres en route, on a du mal à voir qui sera capable encore cette année de les battre à 4 reprises sur une série. A moins que Houston ait la réponse cette saison. Un temps en embuscade derrière la bande aux 4 All-Stars (Curry-Durant-Thompson-Green), les Rockets ont pris le parti du « tout le monde derrière la ligne », emmenés par un James Harden en position de favori pour -enfin- décrocher le trophée de MVP et un Chris Paul à la baguette. Nous verrons dans quelques mois si leur choix de shooter autant à 3-points était le bon. Mais ils auront, dans tous les cas, eu l’honneur d’essayer. Derrière les deux épouvantails, on retrouve Minnesota autour du nouvel arrivé Jimmy Butler et du néo-All star Karl-Anthony Towns, les inusables (mais usés) Spurs de San Antonio privés de leur joueur-maître Kawhi Leonard et de Rudy Gay, et le Thunder d’Oklahoma City de Russell Westbrook, Paul George et Carmelo Anthony qui commence enfin à enchaîner les victoires.

L’hécatombe continue

Le mois de janvier aura, malheureusement, été celui des blessures. Alors que l’on croyait avoir vécu le pire lors du match de la soirée d’ouverture entre Boston et Cleveland, avec la fracture de la cheville de Gordon Hayward qui se rapproche de plus en plus des terrains et que l’on pourrait revoir plus rapidement que prévu, New Orleans a pris de plein fouet la rupture du tendon d’Achille gauche de son pivot All-Star DeMarcus Cousins. Sa saison est évidement terminée et son retour sur les parquets ne devrait pas intervenir avant la fin d’année 2018. Autre blessé, Andre Roberson pour le Thunder d’OKC, victime d’une rupture du tendon rotulien du genou gauche. Il n’était pas le joueur le plus brillant du groupe, et son nom ne vous dit peut-être pas grand chose, mais son activité défensive était devenue indispensable à la montée en puissance de son équipe. Touché au talon gauche et absent depuis plusieurs semaines, Mike Conley le meneur de Memphis ne refoulera pas les parquets cette saison. Il laisse un groupe complètement à la dérive, dans les bas-fonds de la conférence Ouest. A l’Est, c’est John Wall, le meneur de Washington sélectionné pour le All-Star Game, qui déclare forfait pour la rencontre et qui ne retrouvera pas ses coéquipiers avant le mois de mars. Autant d’absences qui donnent un goût amer pour la course vers la qualification aux play-offs et qui remodèlent la fin de saison régulière pour les équipes concernées de près par ces blessures.

Alexandre Toussaint


Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une