Nous suivre

Hockey sur glace

NHL : Libérez le Kraken à Seattle !

Avatar

Publié

le

Twitter Seattle Kraken

Jeudi 23 juillet, la 32ème franchise de NHL a enfin dévoilé ses couleurs et son nom : Kraken. Joli coup marketing juste avant la reprise de la saison avec les playoffs. Retour sur les grandes dates de cette nouvelle équipe.

Une nouvelle équipe, entre autres

Le 4 décembre 2018, Seattle (État de Washington) accueille avec joie la nouvelle de la part de la NHL. Une nouvelle équipe viendra s’installer à partir de la saison 2021-2022. Comme les Golden Knights de Las Vegas, il s’agit de la création d’une nouvelle équipe et non d’un déménagement. Il faut donc alors procéder à un repêchage d’extension en 2021 pour créer l’équipe parmi les jeunes prospects et les autres équipes. La ligue comptera ainsi 32 équipes, Seattle rejoignant la conférence Ouest. La ville en profite pour récupérer un troisième sport majeur après le football et le baseball, le basket ayant quitté la cité depuis 2008 pour Oklahoma.

Afin de bâtir au mieux la future équipe, les propriétaires engagent Catherine Granato (championne du monde et olympique, membre du Hall of Fame) en tant que recruteuse, une première dans la Ligue. Concernant l’arène qui accueillera l’équipe, il s’agit de la Climate Pledge Arena, ancien antre des SuperSonics, rénové. Amazon, dont le siège social est à Seattle, a acquis les droits sur le nom de l’amphithéâtre. La multinationale espère, grâce à ce partenariat, en faire l’équipe la plus écoresponsable.

Kraken

C’est donc jeudi que les visuels et le nom de la franchise ont été révélés sur les réseaux sociaux. Après un court clip en guise de teasing les jours précédents, le nom est lâché : Kraken, comme la créature mythologique. En lien avec la mer également, comme les autres équipes de la villes : les Seahawks (balbuzards pêcheurs) en football et les Mariners (les marins) en baseball. Le logo représente un S, fendu d’une tentacule, avec un œil rouge rappelant aussi le Kraken. Il s’agit également d’un clin d’œil à l’ancienne équipe de hockey de la ville, les Metropolitans, première équipe américaine à remporter la Coupe Stanley en 1917.

La présentation du logo et des chandails était dans la même veine que les teasing de la semaine, théâtrale. Il a été souligné que le nom venait des fans de la ville. Le second logo, présent notamment sur les épaules du maillot, est une ancre, encore une symbolique marine, avec le profil du monument iconique de la ville : le Space Needle.

Nul doute que les futurs joueurs de Queen City voudront, tel le Kraken de la mythologie avec les bateaux, engloutir leurs adversaires. Les prochaines étapes seront la nomination du manager et le repêchage en 2021. Il sera alors temps de libérer le Kraken, et les amateurs suivront le derby de l’Ouest face aux Canucks de Vancouver.

Damien Meunier


Amateur professionnel de sport, d’abord le football, j’aurais pu en faire mon métier. Mais bon, vous savez les … non, pas les croisés, ils vont bien eux. Juste un manque de talent, de technique et de niveau surtout. Mais cette passion est ancrée en moi telle la pomme dans la tarte tatin. Le côté suiveur/supporter est évidemment important au quotidien, que ce soit un soir de juillet 1998 en banlieue lyonnaise ou de juillet 2018 à Montréal. Car oui, depuis ma France natale, j’ai migré outre-Atlantique, au pays des caribous. Là, le football se joue à la main et non au pied. Et surtout, la religion sportive est plutôt froide et se joue avec une crosse. Non, ce n’est pas le curling ni le Lacrosse, encore que, mais le hockey sur glace. Une autre vision, une autre culture. On troque les crudités devant la télé pour une poutine et on s’installe avec notre chandail pour suivre cela. Et en moins de temps qu’il ne faut pour le dire, ou la vitesse d’un slap shot de McDavid ou un arrêt de la mitaine de Price, j’écris sur de l’actualité par ici mais aussi le sport féminin, pas assez mis en avant.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une

Nous suivre sur Facebook

Sondage

Peter Sagan, une bonne pioche pour la Deceuninck-Quick Step ?