Nous suivre

Open d'Australie 2022

Open d’Australie : Ashleigh Barty, Reine en son royaume !

Publié le

Open d'Australie Ashleigh Barty, Reine en son royaume ! (1)
Photo Icon Sport

OPEN D’AUSTRALIE 2022 – Elle était attendue, et elle a répondu présent. Ashleigh Barty a remporté l’Open d’Australie en dominant en finale Danielle Collins, 6-3, 7-6. Bien que bousculée par l’Américaine, elle a fait parler son expérience pour décrocher son troisième titre du Grand Chelem. 

C’est toute l’Australie qui était derrière Ashleigh Barty pour ce match. Première finaliste locale depuis 1980, la n°1 mondiale était à la recherche d’un troisième sacre en Grand Chelem, pour franchir une nouvelle étape dans sa seconde carrière. Face à elle, Danielle Collins, sensation de ce tournoi et enfin à son meilleur niveau sans blessures, avait pour tâche de stopper le rouleau-compresseur Barty, qui n’avait fait qu’une bouchée de ses précédentes adversaires

La maîtrise de Barty

Si l’on pensait voir de la nervosité en ce début de match, ce qui est courant dans une finale de Grand Chelem, on en a été pour nos frais. Les deux joueuses font pleuvoir les services et coups gagnants pour remporter tranquillement leurs premières mises en jeu. Mais c’est Danielle Collins qui obtient la première balle de break lors du cinquième jeu, sans conséquence. Comme souvent dans ce genre de situation, Ashleigh Barty frappe dès le jeu suivant et prend le service de l’Américaine (4-2).

Le match change alors de physionomie. Collins a pris un coup au moral et commence à commettre plus de fautes directes. Elle parait empruntée et timorée, alors qu’en face, l’Australienne n’est pas totalement souveraine, mais se nourrit des erreurs de son adversaire. Servant pour le set, elle ne tremble pas et boucle la première manche 6-3, en n’ayant perdu qu’un seul point derrière sa première balle.

Collins aura eu sa chance

Tout à son bonheur, Ashleigh Barty relâche quelque peu son étreinte et Danielle Collins s’engouffre dans la brèche, breakant d’entrée de jeu (0-2). L’Australienne reprend vite le cours de son match, se procure deux balles de débreak, mais l’Américaine s’accroche et conserve sa mise en jeu. Tout le challenge consiste alors pour elle à serrer le jeu sur son service pour emmener son adversaire vers le troisième set.

Alors qu’on s’attend à ce que Barty mette une pression maximale sur l’engagement de sa rivale, c’est elle-même qui craque et concède à nouveau son service, offrant à l’Américaine l’opportunité de servir pour recoller à une manche partout (1-5). Collins apparait soudain transformée et conquérante, alors que son adversaire multiplie les fautes directes. Mais Barty résiste et reprend une fois le service adverse, revenant à 3-5.

Barty, plus solide sous la pression

Collins a alors une énorme pression sur les épaules, et ne parvient pas à la dompter. Elle concède une deuxième fois son service, rattrapée par la crispation et l’importance de l’enjeu. On sent l’Américaine au bord de l’implosion. Mais elle a le mérite de ne pas s’effondrer et emmène sa rivale vers un tie-break crucial. Ashleigh Barty sort alors le grand jeu, étouffant totalement son adversaire pour remporter ce jeu décisif 7 points à 2, dominant une adversaire qui a plié sous le poids de l’enjeu.

Ayant fait honneur à son statut de n°1 mondiale, Ashleigh Barty l’emporte dans ce premier tournoi du grand chelem de la saison et brise 44 ans d’insuccès australien dans ce tournoi, qui durait depuis le succès de Chris O’Neil en 1978. Elle réaffirme sa domination sur le circuit féminin, et pose ainsi les bases d’une grande saison. Danielle Collins pourra avoir quelques regrets, tant elle était proche d’emmener sa rivale vers une troisième manche.


John Stockton, Gianni Bugno, Zinedine Zidane, Steffi Graf, Frode Andresen, Stéphane Stoecklin, Davis Kamoga, Primoz Peterka, Werner Schlager et Aurélien Rougerie. Point commun entre ces sportifs? Ils m'ont fait rêver et ont bercé mon adolescence. Je suis un fondu de sports et j'essaie de retranscrire ma passion à travers mes articles. Originaire du Périgord, ma passion pour les Girondins, les Jaunards et les Jazzmen transpire dans mes écrits.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une