Nous suivre

Cyclisme

Padun, Lutsenko, niveau global, bilan d’un Dauphiné 2021 surprenant

Nicolas Jacquemard

Publié

le

Padun, Lutsenko, niveau global, bilan d'un Dauphiné 2021 surprenant
Photo Icon Sport

CYCLISME – Le Critérium du Dauphiné 2021 s’est terminé dimanche avec le sacre de Richie Porte (INEOS Grenadiers) après les deux victoires d’étape surprises de Mark Padun (Bahrain Victorious) en haute altitude. 

Un niveau global faible

Hormis Richie Porte (INEOS Grenadiers) qui a tenu son rang pour s’imposer pour la première fois sur le Critérium du Dauphiné, les autres cadors ont été globalement décevants. Son coéquipier Geraint Thomas a bien gagné une étape avec un coup de filou, mais il s’est raté sur le chrono et a été moyen en haute montagne. Toujours dans le clan britannique, Tao Geoghegan Hart, lauréat du Giro 2020, a coincé ce week-end. Éternel, Alejandro Valverde (Movistar) a brillé sur l’étape qui lui correspondait à Sappey-en-Chartreuse. Ses coéquipiers Miguel Angel Lopez et Enric Mas ont eux déçu sur les deux dernières étapes alpestres.

Si on le considère encore comme un cador, Chris Froome (Israel Start-Up Nation) a lui de nouveau été un fantôme ou presque (à plus de 41 minutes au général). De son côté, Nairo Quintana (Arkéa-Samsic) est très loin de son niveau du début d’année 2020 et ne semble pas en mesure d’élever son niveau. Wilco Kelderman (Bora-Hansgrohe) a suivi sans pouvoir faire de différences alors que Steven Kruijswijk et Sepp Kuss, les deux leaders de la Jumbo-Visma, étaient bien loin de leur meilleur niveau. Ben O’Connor (AG2R Citroën) est la seule satisfaction de cette épreuve (8ème), outre Richie Porte, avec un niveau qui promet pour la suite.

Alexey Lutsenko

Vainqueur du chrono de la 4ème étape à Roche-la-Molière, Alexey Lutsenko (Astana) a ensuite fait jeu égal avec tous les favoris en montagne, pour terminer à la deuxième place de ce Dauphiné 2021. Le Kazakh était en très bonne condition et avait déjà plusieurs références sur des courses d’une semaine, comme le Tour de Provence 2020 (3ème) et le Dauphiné 2019 (7ème). Il a aussi pu profiter du niveau des autres favoris, loin d’être transcendant en montagne, comme évoqué dans le premier point.



Mark Padun

Oui, les performances de Mark Padun sont très surprenantes, lui qui était annoncé comme un crack chez les jeunes, mais qui a très peu de références chez les professionnels, hormis une victoire sur le Tour des Alpes en 2018. Ses deux victoires, en haute montagne, en lâchant les favoris du général à la pédale samedi et en étant le plus fort de l’échappée dimanche, sont difficiles à analyser et à comprendre. Personne n’aurait pensé qu’il aurait pu se mêler à la bataille. Ce type de performance est accompagné, comme à chaque fois, de suspicions. Mais là aussi, il ne faut pas oublier que le niveau global de ce Dauphiné a été faible en montagne, ce qui permet de pondérer un peu les performances de l’Ukrainien. Mark Padun sera (forcément) attendu sur ses prochaines courses, et notamment sur le Tour de France 2021.

Les Français

Dauphiné mitigé pour les Bleus. David Gaudu (Groupama FDJ) a tenu son rang (9ème du général à 1’12) mais n’a pas été en mesure de porter de vraies attaques tranchantes en montagne. Logique quand on sait qu’il est récemment tombé en stage et qu’il est en phase de préparation pour le Tour de France. Aurélien Paret-Peintre (AG2R Citroën) a rendu une belle copie globale (13ème du général), même s’il craque un peu sur la dernière étape dimanche. De son côté, Guillaume Martin (Cofidis), plombé par une chute en début de Dauphiné, n’a pas pesé dans les débats pour le général, mais a montré du caractère vers Joux Plane. Warren Barguil (Arkéa-Samsic), tombé en même temps que Martin, a serré les dents jusqu’au bout. Kenny Elissonde (Trek-Segafredo), Quentin Pacher et Pierre Rolland (B&B Hotels p/b KTM) ont tenté de partir dans des coups, mais sans réussite.


Passionné de sport et entrepreneur depuis mes 18 ans, la création de Dicodusport m'a semblé évidente pour participer à la médiatisation d'un plus grand nombre de sports. Le chemin est long mais avec une équipe des plus motivées et les Jeux Olympiques de Paris 2024 en point de mire, nous y arriverons ! Journaliste dans le monde du sport depuis plus de 5 ans, je traite aussi bien de football, de rugby, de biathlon et de cyclisme.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des
Euro 2020

Fil Info

Actus à la une