Nous suivre

Football

Premier League : City anéantit les espoirs de titre de Liverpool

Publié

le

Premier League - City anéantit les espoirs de titre de Liverpool
Photo Icon Sport

Premier League – 23ème journée – Les deux derniers champions en titre s’affrontaient dans ce qui était, le match à ne manquer sous aucun prétexte, ce week-end. Oui, nous parlons bien du choc qui opposait Liverpool à Manchester City. Pourtant bien dans la partie, les Reds ont vu leurs espoirs se faire éteindre par les erreurs d’Alisson Becker en fin de match. Score final : 1-4. 

Les semaines passent et les chances de titre s’amenuisent pour les Reds de Liverpool. La réception du leader, Manchester City, pouvait d’ailleurs les anéantir. Nous assistions alors à ce qui pouvait être le match de la dernière chance pour les hommes de Jürgen Klopp. En effet, une victoire des Citizens les reléguait à 10 points de retard. C’est chose faite, au terme d’un match qui ressemblait à une passation de pouvoir.

City passe à côté du premier acte

17h30, le coup d’envoi était donné à Anfield. Avec la douce musique du mythique You’ll never walk alone en fond sonore, cela nous donnait les prémices d’une grande partie. Les amoureux du football étaient servis dans un premier quart d’heure où il ne manquait que des occasions franches. Effectivement, les deux équipes se livraient une belle bataille tactique et faisaient bien tourner le ballon mais sans parvenir à perturber les blocs défensifs.

Ainsi, il fallait attendre la 24ème minute pour ressentir le premier frisson. Alexander Arnold débordait depuis son côté droit pour offrir le cuir à Sadio Mané qui voyait sa tête passer au-dessus du cadre. Le danger se présentait, une nouvelle fois, sur le but gardé par Ederson. Cette fois, c’était Roberto Firmino qui reprenait le ballon de volée mais le gardien des Skyblues était vigilant (29’). De cette manière, la demi-heure passait et l’on ne voyait que du rouge sur la pelouse. Tandis que les Reds dominaient cette partie, les hommes de Pep Guardiola rataient une belle opportunité d’ouvrir le score. Ilkay Gündogan loupait un pénalty obtenu par les dribbles chaloupés de Raheem Sterling (37’). De cette façon, Liverpool et City rejoignaient les vestiaires au terme d’une belle première période au cours de laquelle, seuls les buts se faisaient attendre. 0-0 à la pause.

Alisson ruine les espoirs des Reds

Les 22 acteurs étaient de retour sur le rectangle vert pour la seconde période. À défaut de pouvoir s’exprimer en tribunes, les supporters des Scousers le faisaient à l’extérieur du stade. Un feu d’artifice lançait le deuxième acte avant que City ouvre la marque. Suite à un tir de Foden, Gündogan suivait bien le ballon repoussé par Alisson Becker pour l’envoyer sous la barre transversale (49’, 0-1).

Une réaction était alors attendue de la part de Liverpool qui était mené contre le cours du jeu. Celle-ci n’a pas mis beaucoup de temps à arriver puisque, dès l’heure de jeu, Mohamed Salah égalisait sur pénalty. L’Égyptien prenait Ederson à contre-pied pour remettre son équipe sur le droit chemin (61’, 1-1). C’était avant qu’Alisson ne saborde les efforts de ses coéquipiers par deux relances abominables, en l’espace de 3 minutes.

Le Brésilien donnait alors une première fois un ballon dans l’axe à Foden qui s’introduisait dans la surface pour offrir un doublé à Gündogan (73’, 1-2). Puis une deuxième fois avec une louche complètement ratée qui profitait encore aux Citizens. Bernardo Silva réceptionnait le ballon pour le piquer à destination de la tête de Sterling (76’, 1-3). Le sort s’acharnait ainsi sur les Reds au moment où la frappe puissante de Foden les crucifiait à la 83ème minute (1-4). 1-4, c’était aussi le score au coup de sifflet final.

Christophe Beaumont


Journaliste/rédacteur depuis novembre 2020 - C'était à 13h15, le 24 mai 1994, qu'était donné le coup d'envoi de ma vie. Emmené très tôt dans le mythique Stade Nungesser de Valenciennes par mon père et mon grand-père, ma passion pour le Football ne pouvait pas mieux démarrer. Tandis que je jouais derrière la tribune de fer pendant la quasi totalité des rencontres, ce n'est qu'au moment où Steve Savidan écrivait les plus heures de VA que je commençais à m'intéresser à ce qui se passait sur le rectangle vert. C'est alors par hasard que je me suis mis à jouer au Billard durant l'adolescence. Aujourd'hui, mon amour pour ces deux sports est intacte, et Dicodusport me permet de vous conter les histoires de toutes celles et ceux qui les font. En toute humilité, pour vous les passionnés, et ce jusqu'au coup de sifflet final.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une