Nous suivre

CDM de rugby à XV 2019

Quand la puissance écrase le jeu de mouvement

Nicolas Jacquemard

Publié

le

Coupe du monde de rugby : quand la puissance écrase le jeu de mouvement
AFP

La Coupe du monde 2019 n’est pas encore terminée, mais on peut déjà en tirer les premiers enseignements. Et le principal ne va pas dans le sens qu’aimerait World Rugby.

Alors que le beau jeu, ou le jeu de mouvement, est prôné en France et même à travers le monde, il est facile de constater que les deux équipes finalistes du Mondial 2019 sont les « moins joueuses », et les plus puissantes. L’Angleterre et l’Afrique du Sud ont impressionné avant et pendant la Coupe du monde par leur puissance, et sont venus à bout de toutes les autres équipes, des plus joueuses comme le Japon, aux plus complètes comme la Nouvelle-Zélande.

Le quart de finale entre le Japon et l’Afrique du Sud est l’exemple le plus significatif concernant la domination de la puissance face au jeu. Les Japonais, exceptionnels depuis le début de la compétition, n’avaient pas les armes physiques pour rivaliser avec les Boks, et le résultat final (3-26) témoigne du gouffre créé par ce déficit de puissance.

La demi-finale entre l’Angleterre et la Nouvelle-Zélande en est la deuxième illustration, les Anglais ayant réussi à donner l’impression que les All Blacks étaient une équipe tout à fait quelconque.

La puissance anglaise aura eu raison du jeu complet néo-zélandais

La puissance anglaise aura eu raison du jeu complet néo-zélandais – Getty Images

Une philosophie assumée

Dans les colonnes de L’Équipe, l’entraîneur de la défense anglaise, John Mitchell, évoque cette finale, et il est facile de comprendre que ce rugby à pleine puissance est un choix délibéré :

À propos de la brutalité du match, elle ne fera aucun doute. Nous allons voir s’affronter les deux équipes les plus puissantes du rugby mondial. Elles sont fortes, parfaitement managées, la bataille pour le gain de la ligne d’avantage va être immense. C’est une promesse faite par les deux adversaires.

Une identité qui se vérifie dans les stats du côté du XV de la Rose, mais aussi chez les Springboks, et pour preuve : avant le dernier week-end de compétition, les Sud-Africains n’ont que le 6ème total au classement des mètres parcourus (645), soit 23 de plus que les Anglais, septièmes (622).

Comment diminuer les accidents malgré l’amplification de la course à l’armement ?

Alors que le rugby à XV français, et même mondial, a vécu des heures tristes après une vague de décès de joueurs après des chocs, cette nouvelle course à l’armement ne semble pas aller dans le sens d’un rugby moins dangereux, et davantage porté sur le jeu de mouvement et l’évitement de l’adversaire.

Quelle solution peut trouver World Rugby pour contrer le phénomène ? À moins de limiter les joueurs à un poids maximum en fonction de leur poste, le rugby brutal, et dangereux, n’est pas prêt de quitter les terrains.

Dicodusport


Passionné de sport et entrepreneur depuis mes 18 ans, la création de Dicodusport m'a semblé évidente pour participer à la médiatisation d'un plus grand nombre de sports. Le chemin est long mais avec une équipe des plus motivées et les Jeux Olympiques de Paris 2024 en point de mire, nous y arriverons ! Journaliste dans le monde du sport depuis plus de 5 ans, je traite aussi bien de football, de rugby, de biathlon et de cyclisme.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une