Nous suivre

Actualités

Qui est Joao Félix, la nouvelle pépite du foot portugais ?

Publié

le

Alors que son club affronte demain soir le Dinamo Zagreb en Europa League, il est devenu la nouvelle coqueluche du SL Benfica et attise les convoitises des plus grands clubs européens. Lui ? C’est Joao Félix jeune et talentueux joueur de 19 ans qui semble promis à un très bel avenir.

Rien ne semble arrêter Joao Félix ces derniers temps. Le jeune joueur âgé de 19 ans connaît une progression constante et fulgurante depuis que Bruno Lage a repris les commandes du club lisboète. Alors qu’il devait se contenter de quelques miettes lorsque Rui Vitoria dirigeait l’équipe, le numéro 79 des Aigles a bel et bien pris son envol.

Des débuts… au FC Porto !

C’est devenu une marque de fabrique, les clubs portugais excellent dans l’art du recrutement de joueurs méconnus, le tout à bas prix pour ensuite réaliser des plus-values conséquentes, à l’image de joueurs comme Hulk, Falcao, James Rodriguez, Alex Witsel ou encore David Luiz. Cependant, ils peuvent également passer à côté de véritables pépites, et cela peut être d’autant plus rageant lorsque le joueur en question éclos dans le club rival. C’est le cas de Joao Félix, le natif de Viseu dans le centre du Portugal avait fait ses gammes au sein du FC Porto entre 2008 et 2015 avant de rejoindre les U17 de Benfica à l’été 2015.

Celui qui était déjà doté d’une technique et d’une vision de jeu au-dessus de la moyenne pour certains observateurs, justifia son départ pour les raisons suivantes : « Ils n’ont pas cru en moi quand moi j’y croyais. Ils n’avaient pas confiance en moi sur le terrain. Ils critiquaient ma taille. Ils me sortaient du terrain, me privaient de ballon. Au FC Porto, j’ai perdu ma joie. À Lisbonne, je l’ai récupérée. Cela a pris du temps. J’ai dû me prouver de nouveau ma valeur. » Cela n’a peut-être pas été assez vite pour le joueur, mais ses performances en Youth League, notamment lors de la saison dernière et son instauration dans le onze type de Bruno Lage, ont permis de mettre en lumière les qualités hors-normes du joueur portugais. Les dirigeants du FC Porto doivent aujourd’hui s’en mordre les doigts.

Les clubs européens sont à ses pieds

Buteur lors de O Clássico, le match opposant le FC Porto à son club du SL Benfica, Joao Félix a de nouveau éclaboussé de son talent la rencontre en permettant à son club d’égaliser avant que Rafa ne donne un avantage définitif aux siens (2-1), dans une rencontre qui pourrait être cruciale dans l’attribution du titre. Celui qui est un numéro 10 de formation, qui a comme idole Kaka, s’inspire également d’un joueur comme Neymar qu’il admire. Alors qu’il évoluait plutôt sur un côté de l’attaque lorsque Rui Vitoria dirigeait l’équipe, il est le plus souvent utilisé comme 9 et demi sous les ordres de Bruno Lage qui avait pu découvrir les qualités du joueur lorsqu’il l’avait sous ses ordres au sein de l’équipe réserve du club.

Le fait que Rui Vitoria soit débarqué au profit de Bruno Lage a véritablement marqué un tournant dans la saison de l’international espoir, qui a pris de plus en plus d’importance au sein de l’effectif, devenant en l’espace de quelques semaines l’une des pièces essentielles de l’équipe. Pour aller dans ce sens, il suffit de jeter un œil aux statistiques impressionnantes du jeune prodige considéré par Rui Gomes Da Silva ancien vice-président du club, comme « le meilleur joueur portugais du moment ». En l’espace de 16 matchs de championnat disputés cette saison, dont 10 dans la peau d’un titulaire, le joueur a inscrit la bagatelle de 9 buts et délivré 5 passes décisives, rien que ça.

Celui qui se considère comme « un joueur intelligent et imprévisible qui aime rester en contact avec le ballon », ne cesse de faire augmenter sa cote et d’attirer les plus grands clubs européens. En tous les cas, si le club portugais sait qu’il ne pourra garder indéfiniment le joueur, il a pris les devants en le prolongeant en novembre dernier jusqu’en 2023 et en y intégrant une clause à 120 millions d’euros qui pourrait même atteindre les 200 millions d’euros prochainement. Si des cracks sont souvent annoncés, le joueur semble véritablement avoir ce truc en plus qui fait de lui à l’heure actuelle, l’un des joueurs les plus doués de sa génération.

Joao Félix joueur du mois de février au Portugal – SL Benfica

Attention à ne pas brûler les étapes

Au sein de l’effectif actuel du SL Benfica, d’autres jeunes joueurs ont affiché de belles promesses et pourraient réaliser une belle carrière. Parmi eux, on peut recenser notamment Gedson Fernandes, un temps annoncé être suivi par le PSG entre autres. Le milieu de terrain polyvalent âgé de 20 ans, qui jouit d’une certaine aisance technique, s’est révélé en début de saison en Ligue des Champions malgré la 3ème place de son équipe en phase de poules et accumulait les titularisations sous Rui Vitoria, à l’inverse de Joao Félix. L’instauration de Bruno Lage a clairement changé la donne le concernant et il bénéficie d’un temps de jeu réduit, mais nul doute que le joueur est amené à progresser davantage afin de s’installer durablement dans l’équipe.

On peut également citer le défenseur central Ruben Dias (21 ans), à qui l’Olympique Lyonnais a fait les yeux doux tout l’été dernier ou encore son compère de défense centrale Francisco Ferro (22ans). Si tous ces joueurs vont faire l’objet d’offres ou d’approches des plus grands clubs européens dans les mois à venir, il sera important pour eux de ne pas brûler les étapes. A l’image de Renato Sanches, époustouflant lors de la saison 2015/2016 sous le maillot du SLB, le joueur allait répondre aux avances du Bayern Munich qui était notamment tombé sous son charme lors de la double confrontation des deux équipes en quart de finale de la Ligue des Champions (1-0/2-2 en faveur des Bavarois).

Transféré pour 35 millions (hors bonus), celui qui a été élu meilleur jeune de l’Euro 2016, et plus jeune vainqueur de la compétition alors qu’il n’avait pas encore 19 ans, peine à confirmer tout son talent outre-Rhin, en témoigne son prêt en 2017/2018 du côté de Swansea qui n’avait guère été concluant. Dans une moindre mesure, on peut également citer Gonçalo Guedes qui, acheté par le PSG à tout juste 20 ans, s’est révélé l’an passé à Valence mais a toutes les peines du monde à confirmer cette saison. Il n’a pas inscrit le moindre but et délivré seulement une passe décisive.

Si l’histoire peut s’avérer être très belle pour Joao Félix, il ne devra donc pas brûler les étapes, et suivre un chemin de carrière cohérent. A l’aise ballon aux pieds, le joueur semble également (du moins pour le moment) avoir la tête sur les épaules. A l’instar du proverbe portugais qui dit « Agora é que a porca torce o rabo »*, le joueur devra confirmer. On espère pour lui, et pour le plaisir de nos yeux, qu’il sera amené à écrire une belle histoire.

* Proverbe portugais se traduisant par : « Maintenant les truies vont commencer à remuer la queue », comprendre les choses vont se corser.

Julien Corréia


Journaliste/rédacteur depuis janvier 2019 - Tombé dans le monde du ballon rond étant petit, j’aurais pu devenir pro sans ces foutus ligaments croisés. Défilant sur les champs (mais pas Elysées) en 98, j’ai été bercé par les exploits de Mister George, piqué par la technique du Snake, grandi avec Captain Rai et Ronnie, mûri avec Pauleta et Edi. Mais Ibracadabra, je suis désormais reconverti en runner/traileur. Moins rapide que Bolt et moins endurant que Jornet, c’est donc plume à la main que je partage les exploits de ces athlètes !

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une