Nous suivre

Actualités

Quiz : connaissez-vous Julien Pierre ?

Avatar

Publié

le

Julien Pierre Stade Francais

Finaliste de la Coupe du monde 2011, vainqueur du Top 14 en 2010, Julien Pierre a également réalisé le Grand Chelem au Tournoi des Six Nations … Vous lisez peut-être ses essais sur Dicodusport. Aujourd’hui les rôles s’inversent, c’est sûrement lui qui va vous lire. En effet, le rugbyman français fête aujourd’hui son anniversaire, c’est le moment de le combler de messages pour lui souhaiter un BON ANNIVERSAIRE JULIEN ! C’est aussi l’heure du quiz. Vous l’avez compris, il est donc en son honneur. Vous vous sentez prêts ? Alors à vous de jouer !

Chaque jour, Dicodusport vous met au défi dans un quiz spécial sur un(e) sportif(ve) fêtant son anniversaire. Place aujourd’hui à Julien Pierre. Voici 1 minute 30 pour vous permettre de répondre, au mieux, aux dix prochaines questions sur le rugbyman tricolore. C’est parti !

Sophie Clapier


Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Rugby à XV

Manu Tuilagi entre le Top 14, Béziers et le XIII

Nico

Publié

le

Par

Icon Sport

RUGBY – Manu Tuilagi, star du XV de la Rose, a été libéré par son club de Leicester après avoir refusé de baisser son salaire, suite à la crise sanitaire. 

C’était dans l’air du temps ces derniers jours. Manu Tuilagi et les Tigers se séparent après onze années de collaboration. À 29 ans, le centre anglais (43 sélections) a encore de belles années devant lui. Plusieurs pistes semblent s’offrir à lui. Le Top 14 lui fait les yeux doux depuis un moment et Jacky Lorenzetti n’a jamais caché sa volonté de le recruter. Le Racing 92 pourrait donc être une option crédible pour Manu Tuilagi.

La deuxième possibilité serait crédible si le projet Dominici est confirmé à la tête de Béziers. Les investisseurs apporteraient une somme conséquente en cash et pourraient se payer plusieurs gros joueurs. Cela pourrait être, en quelque sorte un remake de la venue de Tana Umaga à Toulon, toutes proportions gardées.

Cap sur le XIII ?

La troisième option serait  le rugby à XIII. Le Toronto Wolfpack a depuis longtemps exprimé sa volonté de faire venir la star anglaise, après avoir réussi à convaincre Sonny Bill Williams. Même si la franchise canadienne a plutôt de gros moyens, la crise a frappé de plein fouet la Super League, qui a vu sa saison mise en pause pendant 5 mois, après seulement 7 matchs joués. Pas sûr que Toronto prenne le risque de mettre autant d’argent sur un joueur qui n’a jamais joué à XIII.

L’aspect financier va de toute manière être prépondérant sur ce dossier. A priori, le futur Béziers semble être le club le mieux armé sur ce point-là. 

Dicodusport


Lire la suite

Cyclisme

Tour de France : Il y a 4 ans, le départ du Mont-Saint-Michel et le maillot jaune de Cavendish

Avatar

Publié

le

Par

Jeff Pachoud / AFP

TOUR DE FRANCE – Durant une bonne partie du mois de juillet, on vous propose de jeter un œil dans le rétro de la Grande Boucle. Il y a quatre ans jour pour jour, le Tour partait du Mont-Saint-Michel, avec la victoire de Mark Cavendish à Utah Beach, synonyme de premier maillot jaune pour le Britannique.

La première étape du Tour de France 2016 n’est pas restée dans les annales sur le plan sportif. Seule péripétie de ces 188 km entre le Mont-Saint-Michel et Utah Beach, la lourde chute d’Alberto Contador (Tinkoff), qui donne alors le ton d’un Tour apocalyptique pour l’Espagnol, jusqu’à son abandon lors de la 9ème étape.

Ce samedi 2 juillet, c’est un certain Mark Cavendish (Dimension Data) qui s’impose au sprint, devant Marcel Kittel (Etixx-Quick Step) et Peter Sagan (Tinkoff). Le sprinteur de l’île de Man signe alors sa 27ème victoire sur la Grande Boucle, le premier maillot jaune de sa carrière en prime, tout en émotion. Cette année-là, le Cav‘ lèvera les bras à quatre reprises sur les routes françaises.

Dicodusport


Lire la suite

Rugby à XIII

NRL : Le Storm au bout du suspense face aux Roosters

Avatar

Publié

le

Par

Fox Sports

NRL – Lors du choc ouvrant le 8ème round, le Storm l’a emporté au golden point face aux Roosters (27-25), au terme d’un incroyable match.

Dans une première période relativement équilibrée, les doubles champions en titre virent en tête. Kyle Flanagan marque le premier essai de la rencontre pour les Roosters, après une perte de balle du Storm (11′, 0-6). Trois minutes plus tard, les visiteurs sont punis de la même façon. Melbourne presse Sydney et à la récupération, Josh Addo-Carr met les gazs sur 50m pour marquer (15′, 6-6).

Il faut attendre la toute fin du premier acte pour que la situation évolue à nouveau au tableau d’affichage. En coin, Josh Morris donne l’avantage aux Roosters, juste avant la pause (39′, 6-12), au terme de quarante premières minutes où les deux équipes auront fait preuve de maladresse.

Les Roosters aux deux visages

Au retour des vestiaires, les joueurs de Sydney sont cueillis à froid. Cette fois, c’est Jarhome Hughes qui va à dame pour le Storm. Les locaux égalisent (43′, 12-12) et dominent alors les débats durant les dix premières minutes de la seconde m-temps (60% de possession). Moment choisi par les doubles tenants du titre pour accélérer de nouveau.

En bout de ligne et après un joli mouvement, Brett Morris aplatit et redonne l’avantage aux siens (12-18, 55′). Sans aucune solution et face à une défense de fer, le Storm cède une quatrième fois face à la vitesse des Roosters. Josh Morris s’offre en effet un doublé et permet à Sydney de prendre le large (12-22, 69′).

Coups pour coups

Pourtant, Melbourne réagit dans la foulée. Jarhome Hughes y va lui aussi de son doublé. La transformation de Cameron Smith permet au Storm de revenir à quatre points avant le money-time (73′, 18-22). Mieux encore pour les locaux, ces derniers passent devant à cinq minutes de la fin de la rencontre. Paul Momirovski marque le quatrième essai de son équipe, une nouvelle fois transformé par un Smith en feu face aux perches (75′, 24-22).

Mais dans les deux dernières minutes, Kyle Flanagan sur pénalité (79′) et Luke Keary (80′) sur un drop pensent donner la victoire aux Roosters (24-25). Sur le renvoi, Ryan Papenhuyzen égalise grâce à un drop bien senti (20′). À la fin des 80 minutes, Storm 25, Roosters 25. Comme un symbole, Cameron Smith donne la victoire à Melbourne sur pénalité lors du golden point (86′). Le Storm bat Sydney 27-25 au terme d’un match fou. What a game !

Dicodusport


Lire la suite

Formule 1

Mick Schumacher : « Aujourd’hui, je n’ai absolument aucun problème à porter ce nom si prestigieux »

Nico

Publié

le

Par

Hoch Zwei / Icon Sport

FORMULE 1 – Mick Schumacher, fils de Michael, s’est exprimé dans les colonnes de Sportbild sur le nom qu’il porte. Un nom qui n’a pas toujours été facile à porter, mais qu’il assume. 

Alors que Lewis Hamilton pourrait revenir cette saison à hauteur de son père, Michael, avec 7 titres de champion du monde, Mick s’est exprimé sur cet héritage. Celui qui s’approche chaque année un peu plus de la Formule 1 avoue que cet héritage n’est plus un problème. Pourtant, cela n’a pas toujours été le cas.

La déclaration de Mick Schumacher

J’ai commencé le Karting à 7-8 ans. Alors que j’avais douze ans, je savais que je voulais absolument devenir un jour pilote professionnel. Afin de passer incognito et éviter toute pression inutile, j’ai utilisé différents noms en compétition à cette époque-là. Je souhaitais également pouvoir progresser et franchir les échelons en toute discrétion en me donnant les meilleures chances de réussite. Je ne voulais en aucun cas être vu comme « le fils de ». Aujourd’hui, je n’ai absolument aucun problème à porter ce nom si prestigieux. La pression, elle vient seulement de moi et pas de l’extérieur, je me la mets moi-même afin de réaliser une belle carrière. – Propos rapportés par L’Équipe

Alors que l’état de santé de son père est toujours un secret bien gardé, Mick Schumacher explique aussi que l’humilité est la valeur la plus importante transmise par son père.

Dicodusport


Lire la suite

Triathlon

Pierre Le Corre : « Le triathlon est un sport dans l’ère du temps »

Avatar

Publié

le

Par

AFP

TRIATHLON – Confinement, calendrier, JO, médiatisation de son sport, Pierre Le Corre a répondu à nos questions. Double champion d’Europe en 2018 à Glasgow (individuel et relais mixte), le Breton d’origine a un objectif en tête : la qualification pour les JO de Tokyo.

Pierre, comment s’est déroulée votre période de confinement ? L’avez-vous bien vécue ?

Ça s’est plutôt pas mal passé. J’étais confiné dans les Landes où j’ai pu m’entraîner. C’était assez calme, et assez paisible, loin de la cohue des centres-villes. J’ai pu courir autour de chez moi, il y avait aussi le home-trainer connecté aux plateformes comme Zwift, et j’avais accès à un bassin dans mon jardin. C’était plutôt pas mal.

En parlant de Zwift, on a vu que vous étiez plutôt actif sur cette plateforme. On sait que par exemple, elle a ses partisans dans le milieu du cyclisme et au contraire, ses détracteurs. Qu’est-ce que vous pensez de ce genre d’application ?

Personnellement, je pense qu’il n’y même pas de débat ! Pour moi, c’est très intéressant, cela amène une nouvelle dimension au vélo, mais aussi au triathlon. C’est un jeu plus qu’autre chose. Après, il y a des courses qui ont lieu, mais celles-ci doivent être récréatives plutôt que compétitives, sans enjeux. C’est vrai qu’il peut y avoir des différences entres les différents capteurs, mais si on reste bon enfant dans un état d’esprit sain, je pense qu’on a tous à gagner à utiliser ses nouvelles technologies. Je trouve que cela permet de rester connecté avec les gens, tout en faisant quelque chose de différent.

À titre personnel, j’ai fait quelques courses sur Zwift, je sais que mes capteurs sont assez durs. Au final, ça me permet de me comparer à moi-même et de m’améliorer, mais je n’essaye pas de me comparer aux autres. C’est une autre approche du vélo.

Après le confinement, avez-vous pu reprendre l’entraînement normalement dès le 11 mai ?

Oui, on a pu reprendre en extérieur pour la course à pied et le vélo. Par contre, on n’a pas eu tout de suite accès aux bassins, on a donc nagé dans les lacs durant quasiment deux mois. Les piscines ont finalement ouvert petit à petit, et on peut s’entraîner comme avant.

Avez-vous des stages prévus dans les prochaines semaines ?

Oui, je pars pour Font-Romeu (Pyrénées-Orientales) dans cinq jours (samedi 4 juillet). Personnellement, j’habite à Montpellier, et c’est un peu trop chaud pour moi l’été. Ça permet d’avoir un peu de fraîcheur et un sommeil de meilleure qualité. C’est aussi un centre d’entraînement qui permet de profiter des bénéfices de l’altitude. C’est vraiment un passage obligé pour les sports d’endurance.

Pierre Le Corre, champion d’Europe en 2018 à Glasgow – Getty Images

Parlons calendrier. En cherchant bien, il y a très peu de communication concernant les différentes compétitions. Hormis pour le circuit WTS avec le report de l’étape de Montréal aux 3 et 4 octobre, avez-vous plus d’informations de votre côté ?

Il y a très peu d’informations car on en a peu nous aussi. Aujourd’hui, il y a deux WTS qui sont maintenus : Hambourg (Allemagne) les 4 et 5 septembre, et donc Montréal (Canada). Concernant les Grands Prix, il doit y en avoir deux, peut-être trois. Ensuite, il y a aussi la Super League (circuit privé) qui devrait reprendre. Mais c’est vrai que c’est encore très flou. Les différents organisateurs tentent d’obtenir les autorisations nécessaires, tout en sachant qu’il peut toujours y avoir des annulations. C’est aussi pour cela qu’il y a peu de communication, il n’y a pas de prise de risque.

Toujours à propos du calendrier, les JO de Tokyo ont été reportés d’un an. Vous êtes trois triathlètes dans la course pour décrocher les deux derniers tickets. Est-ce que ce report va changer quelque chose pour vous en termes de sélection pour l’événement ?

Non, ça ne change rien, si ce n’est que le calendrier WTS 2020 est reporté d’un an également. On aura donc exactement le même début de saison que celui prévu cette année. La seule différence, c’est qu’il n’y a plus de critères objectifs pour la sélection. Avant, il y avait trois types de critères : les critères de premier rang, deuxième rang et troisième rang. Vincent Luis a réalisé un critère de premier rang, tandis que Léo Bergère, Dorian Coninx et moi-même avons coché un critère de deuxième rang. Désormais, il s’agit uniquement de critères subjectifs, c’est-à-dire selon l’appréciation du sélectionneur. 

Paris 2024, c’est dans quatre ans. Vous aurez 34 ans à l’aube des Jeux Olympique à domicile. Envisagez-vous d’y participer en tant qu’athlète ?

Pour le moment, je ne me projette pas en 2024. C’est quelque chose qui fait forcément rêver. Mais je vais déjà essayer de me qualifier pour Tokyo et y performer. Je réfléchirai à Paris 2024 un peu plus tard. C’est vrai que c’est très dur pour nous de se projeter à long terme, surtout moi à mon âge, tout en sachant que beaucoup de jeunes arrivent. Après, si j’ai les capacités pour y aller, je ne dirai jamais non. En tout cas, l’envie est là.

L’an dernier, après le titre mondial de Vincent Luis, il y a eu un petit coup de projecteur sur le triathlon. Quel regard avez-vous sur la médiatisation de la discipline en France ?

C’est vrai que depuis quelques années, le triathlon est de plus en plus médiatisé. Avec le circuit WTS sur La Chaîne L’Équipe, les championnats d’Europe et les JO sur France Télévisions, les athlètes sont de plus en plus populaires, notamment sur les réseaux sociaux. On a la chance d’avoir une belle communauté autour de nous, des gens qui sont fidèles à notre pratique. Et puis, il y a de plus en plus de monde qui pratique notre discipline, en France et dans le monde. Le triathlon est un sport dans l’ère du temps, car la natation, le cyclisme et la course à pied le sont aussi.

Je crois qu’on n’est pas à plaindre, et si notre sport est de plus en plus populaire, c’est aussi grâce aux bonnes performances de l’équipe de France, et notamment au titre de champion du monde de Vincent (Luis). D’ailleurs, je pense qu’il aurait pu être beaucoup plus médiatisé, car ce qu’il a fait, c’est quelque chose d’assez énorme. Il méritait un peu plus de reconnaissance des grands médias. En tout cas, je pense que globalement, c’est sur la bonne voie.

Dernière question, toujours en lien avec la médiatisation. Nombreux sont les suiveurs à trouver le triathlon très « télégénique », à l’instar du biathlon, grâce aux formats variés, sans temps morts. Avez-vous même ce regard ?

Selon moi, ce qui rend le sport télégénique, c’est aussi le fait de (re)connaître les athlètes. Par exemple, quand on regarde le Tour de France, on est capable de s’asseoir des heures devant une étape durant laquelle il ne se passe pas grand chose, juste pour reconnaître les coureurs que l’on apprécie. Pour moi, c’est aussi ça qui rend le sport télégénique.

Après, il y a aussi un gros travail de la Fédération internationale (ITU), mais aussi de la Super League qui est un circuit privé et qui rend vraiment le triathlon de plus en plus télégénique, avec un système de points et plusieurs formats, sans aucun temps mort.

Dicodusport


Lire la suite

Fil Info

Rugby à XVIl y a 17 minutes

Manu Tuilagi entre le Top 14, Béziers et le XIII

RUGBY - Manu Tuilagi, star du XV de la Rose, a été libéré par son club de Leicester après avoir...

CyclismeIl y a 2 heures

Tour de France : Il y a 4 ans, le départ du Mont-Saint-Michel et le maillot jaune de Cavendish

TOUR DE FRANCE – Durant une bonne partie du mois de juillet, on vous propose de jeter un œil dans...

Rugby à XIIIIl y a 3 heures

NRL : Le Storm au bout du suspense face aux Roosters

NRL - Lors du choc ouvrant le 8ème round, le Storm l'a emporté au golden point face aux Roosters (27-25),...

Formule 1Il y a 5 heures

Mick Schumacher : « Aujourd’hui, je n’ai absolument aucun problème à porter ce nom si prestigieux »

FORMULE 1 - Mick Schumacher, fils de Michael, s'est exprimé dans les colonnes de Sportbild sur le nom qu'il porte....

TriathlonIl y a 6 heures

Pierre Le Corre : « Le triathlon est un sport dans l’ère du temps »

TRIATHLON - Confinement, calendrier, JO, médiatisation de son sport, Pierre Le Corre a répondu à nos questions. Champion d'Europe en...

Rugby à XVIl y a 7 heures

La Russie lance un programme de naturalisation de rugbymen étrangers

RUGBY - Le 25 juin dernier, le Conseil Suprême de la Fédération Russe de Rugby a entériné la mise en...

CyclismeIl y a 8 heures

Julian Alaphilippe sera aussi au départ de Milan-San Remo

CYCLISME - Selon les informations de CyclingNews, Julian Alaphilippe (Deceuninck - Quick-Step) prendra part à Milan-San Remo (8 août), une...

FootballIl y a 21 heures

Football – Liga : notre pronostic pour Real Madrid – Getafe

LIGA - Le Real Madrid reçoit Getafe pour un derby dans le cadre de la 33ème journée. Notre pronostic pour...

HandballIl y a 22 heures

Ligue des Champions 2020/2021 : les clubs français fixés

Le tirage au sort pour les phases de groupes des Ligues des Champions féminine et masculine a eu lieu à...

CyclismeIl y a 22 heures

Tour de France, Giro, Vuelta : où les leaders iront-ils ?

CYCLISME - Si tout va bien, les trois Grands Tours se tiendront entre la 29 août (départ de la Grande...

Advertisement

Nous rejoindre

Le Club Dicodusport

Nous suivre sur Facebook

Dicodusport © 2020 - Tous droits réservés