Nous suivre

Roland-Garros 2024

Roland-Garros 2024 : Iga Swiatek en finale après avoir dominé Coco Gauff

Etienne Goursaud

Publié le

Roland-Garros 2024 : Iga Swiatek en finale après avoir dominé Coco Gauff
Photo Icon Sport

ROLAND-GARROS 2024 – Iga Swiatek se qualifie en finale après avoir dominé Coco Gauff (6-2, 6-4). Un score sévère pour l’Américaine. Et pourtant, ce match a été disputé et elle a mené dans la seconde manche. Mais la Polonaise est impériale sur sa surface favorite. Et va viser, ce samedi, un troisième titre consécutif.

Vous êtes en demi-finale de Roland-Garros, vous ne faites pas un si mauvais match et vous perdez 6-2, 6-4. C’est la dure loi d’affronter Iga Swiatek à Roland-Garros. L’Américaine Coco Gauff a fait son match, mais l’écart était encore très grand ce jeudi, lors de la première demi-finale femmes. La Polonaise rallie la finale Porte d’Auteuil pour la 4e fois de sa carrière. Les trois premières se sont traduites par un titre. Et à vrai dire, vu ce qu’a proposé la Polonaise, on voit mal comment le scénario pourrait être autre ce samedi. Même si la glorieuse incertitude du sport se doit d’être respecté en toutes circonstances. Mais ce que propose Iga Swiatek est stratosphérique. Qu’elle semble loin cette balle de match contre elle, lors du 2e tour, face à Naomi Osaka, qui reste la seule à avoir bousculé la Polonaise ici même en 2024.

Gauff a fait le jeu, mais aussi les fautes

Le problème contre Iga Swiatek, ce n’est pas de bien jouer. Ça, Coco Gauff a su bien le faire par séquences, notamment dans le premier set. C’est de bien jouer de façon constante. Chose qu’à presque réussi à faire Naomi Osaka au 2e tour. Chose qu’avait très bien réussi à faire Karolina Muchova, en finale en 2023. Et sur ça, l’Américaine a cruellement manqué de constance. Son plan de jeu était clair. Attaquer, attaquer et encore attaquer. La lauréate de l’US Open a fait le jeu (12 coups gagnants contre 2 pour la Polonaise). Mais a surtout fait beaucoup trop de fautes (19 contre 5).



Dont six sur les huit premiers points du match. Notamment pour offrir sur un plateau le break d’entrée à Iga Swiatek. Mais aussi qui l’ont plombé sur ses deux balles de break, à 1-0 puis 2-1. Et c’est encore un jeu raté (deux fautes directes et une double faute) qui offre le double break à la numéro un mondiale, qui s’est envolé sur ce set (5-1). La triple vainqueur Porte d’Auteuil (2020, 2022, 2023) conclut ce set 6-2. Un score très sévère mais la Polonaise a encore une fois fait preuve d’une solidité, particulièrement sur ses secondes balles (70 % de points gagnés). Et comme le rappelle l’excellente Jeu Sets et Maths, Iga Swiatek n’a perdu qu’un match sur 73, après avoir gagné le premier set sur terre. C’est dire la montagne qui se dressait face à Coco Gauff.



Swiatek a su se reprendre après un break concédé

Et pourtant, on a bien cru qu’un évènement qui a bien failli relancer le match. Coco Gauff frappe un coup droit et l’arbitre annonce faute et est overrule par l’arbitre et l’Américaine, dans ce même temps, sa propre frappe est faute. Elle se plaindra auprès de l’arbitre sans succès. Coco Gauff très touchée après cette séquence. Et pourtant, au bout d’un jeu de retour de très haute volée, son meilleur du match, enfin, à sa 4e tentative, elle s’empare du service d’Iga Swiatek et mène 3-1. Mais, on l’a dit, le souci, c’est de rester constante. Et la Polonaise ne pardonne absolument aucun relâchement. Un moins bon jeu de service et c’est déjà le débreak.

Et c’est la tornade qui s’abat alors sur Coco Gauff, qui encaisse quatre jeux de rangs. Et voilà la numéro 1 mondial qui mène 5-3. Cela va vite dans le tennis. L’Américaine aura même eu deux balles de match à sauver sur son service. La première sauvée magistralement, la seconde où la Polonaise a fait une faute directe. Elle en sauvera encore sur le service de la Polonaise. Preuve de la résistance que ne reflète pas le score. Mais, comme un symbole, sur une faute de coup droit, qui aura trop pêché dans cette partie où elle aura trop raté(21 fautes directes dans le second set). Mais elle n’a pas tout perdu, car elle sera numéro 2 mondiale lundi prochain. Le trône de la WTA restant évidemment pour sa bourreau.

 

Journaliste et amoureux de sport. Ancien footballeur reconverti athlète quand ses muscles le laissent tranquille. Elevé à la sauce des exploits de Thomas Voeckler en 2004, du dernier essai de légende de Eunice Barber à la longueur lors des championnats du monde d'athlétisme de 2003 mais aussi Zidane, Omeyer et Titou Lamaison.

Clique pour commenter

Laisser un commentaire

Vos commentaires sont pris en compte mais ne s'affichent pas actuellement suite à un souci technique.


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *