Nous suivre

Portraits

Romain Berthome, gérer mes émotions pour gagner à nouveau

Nicolas Jacquemard

Publié

le

Romain Berthome

On a rencontré Romain Berthome, pilote de moto-cross français, qui a retrouvé la compétition après un grave accident.

Romain, peux-tu te présenter en quelques mots ?

Je m’appelle Romain BERTHOME, j’ai 26 ans et je vis à côté de Cavaillon, dans le Vaucluse (84).

Tu as pu retrouver la compétition, qu’as-tu ressenti sur tes premiers tours ?

Un mélange de peur, de stress et d’excitation. Cette adrénaline de partir sur la grille avec d’autres pilotes m’apporte vraiment du plaisir. J’aime la moto, j’aime faire des courses.

Que penses-tu de tes premiers résultats ?

Je ne pense pas avoir bien géré mes émotions. J’ai eu les bras rapidement tétanisés et j’ai subi des petites chutes stupides qui ont gâché le résultat final. Je reste cependant confiant pour la suite, j’ai fait 2 épreuves de ligue de Provence et mes résultats ont été croissant. Je suis déjà impatient de participer à la prochaine course car je me suis entraîné dur pour retrouver mon niveau.

Que te manque-t’il encore pour te rapprocher de ton meilleur niveau ?

Tout se passe dans la tête, physiquement je suis un programme intense et je me sens vraiment bien sur ma moto. J’ai fait d’énormes progrès avec mon préparateur mental grâce à l’hypnose. Je suis capable de partir vite en début de manche et il suffit d’une petite erreur pour que je me mette en mode « protection ». J’essaie d’assurer et donc je ralenti ma cadence. Je suis impatient de voir mes progrès grandeur nature sur la prochaine course pour voir si le travail effectué porte ses fruits.

Quels sont tes prochains objectifs ?

Je veux continuer à engranger de l’expérience et reprendre du rythme sur les épreuves de la ligue de Provence. J’aimerais aussi aller voir un peu ailleurs, dans d’autres ligues, des courses sur invitation, en Suisse par exemple. Mon but est de progresser à chaque sortie sur un ou plusieurs points. L’objectif final est d’être prêt pour le 7 Juillet car je dispute une course de super-cross qui me tient à cœur. Et je le serai !

Tu as bouclé une campagne de crowdfunding sur Fosburit avec un grand succès, qu’est-ce que ça fait de sentir tous ces gens derrière toi ?

C’est vraiment touchant de réaliser que des personnes que je n’ai peut-être jamais rencontré fassent un don pour m’aider à revenir. C’est juste incroyable et j’espère honorer leur initiative dans leur soutien. Cette campagne a été pour moi le plus gros sponsor financier que je n’ai jamais obtenu auparavant, mis à part ma famille qui a fait d’énormes sacrifices de temps et d’argent depuis des années.

Tu reviens de loin et tu es la preuve que beaucoup de choses sont possibles, qu’est-ce qui t’a permis de faire ce retour ?

Il y a énormément à dire. Il y a probablement eu un facteur chance le jour de mon accident. En effet, à un centimètre prêt, tellement de choses auraient pu être différentes en bien comme en mal. Mon frère qui est très ouvert sur le développement personnel, m’a beaucoup répété depuis ce jour, et même quand je n’étais pas pleinement conscient, que « tout ce que l’esprit peut imaginer, il peut le réaliser ». Ma famille a vu que mon désir était de remonter sur une moto et à partir de là tout a été mis en place pour que j’y parvienne. Je me suis battu pour y arriver, malgré tout ce qui a été fait pour m’en dissuader. Toutes les difficultés rencontrées m’ont fait évolué. Lorsque les spécialistes ne savaient plus quoi faire, on a même faillit me mettre dans un hôpital psychiatrique car personne n’avait la capacité de me maîtriser. Tout cela fait maintenant parti de l’histoire ancienne. On ne vit pas dans le passé mais avec le futur que l’on veut bien se construire. Je ne serais peut-être pas champion de France de super-cross une deuxième fois. Bien que je n’enlève pas cette possibilité, c’est du moins ce que peuvent penser certaines personnes et je travaille tous les jours pour progresser. Ce n’est qu’en donnant le meilleur de moi-même que je m’en approcherai et si j’échoue, je n’aurais rien à me reprocher. Tout se passe dans ma tête et je suis vraiment heureux de travailler avec Fred, mon préparateur mental, qui soigne énormément de personnes par l’hypnose. Il traite différents traumatismes et quand je l’ai appelé il a adoré mon histoire. Il m’a dit « Romain, je vais t’aider et on va aller au bout de tes rêves ». On est devenu des amis maintenant et il m’apporte un équilibre parfait. J’ai un préparateur physique Philippe JUANOLE, un préparateur mental, mon frère pour la partie technique, des amis pour m’encourager, des amis avec qui je roule régulièrement, une famille qui me soutient même si financièrement tout le monde a souffert. Là, oui, je peux parler de chance, mais sinon tout est arrivé par le travail.

Si tu pouvais passer 30 minutes avec le sportif de ton choix, qui choisirais-tu ?

J’aimerais tricher un peu sur cette question en faisant une fusion de 2 pilotes pour atteindre la perfection. Le premier serait le pilote Tim GAJSER. C’est juste une machine à gagner, je le suis sur Instagram et son équilibre familial m’inspire. Il s’entraîne comme un fou. J’aimerai tellement passer une semaine avec lui à l’entrainement, car j’ai l’impression qu’il travaille trois fois plus qu tout le monde. Bien que je m’entraîne dur également, c’est ce qui fait qu’il est sur une autre planète aujourd’hui dans le MX mondial. Ensuite, je choisirais Ken ROCZEN car j’aime son histoire. Il s’est blessé en début de championnat, il s’est clairement explosé l’avant bras et il a subi presque dix opérations. On a entendu des gens dirent que sa carrière était même finie. Lui ne veut pas l’entendre et il se bat pour revenir. C’est tout simplement beau et cela prouve que les crossmen ne sont vraiment pas comme tout le monde !

 


Passionné de sport et entrepreneur depuis mes 18 ans, la création de Dicodusport m'a semblé évidente pour participer à la médiatisation d'un plus grand nombre de sports. Le chemin est long mais avec une équipe des plus motivées et les Jeux Olympiques de Paris 2024 en point de mire, nous y arriverons ! Journaliste dans le monde du sport depuis plus de 5 ans, je traite aussi bien de football, de rugby, de biathlon et de cyclisme.

1 Commentaire

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Commentaires
0 Réponses
0 Followers
 
Commentaire le plus populaire
Commentaire avec le plus de réponse(s)
1 Nombre d'utilisateurs
LEVEQUE Utilisateurs récents
  S'abonner  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
LEVEQUE
Invité
LEVEQUE

Bravo à romain,
Je suis aussi blessé depuis quatre ans et je me bas tous les jours pour refaire de ma moto. En lisant des messages comme le tu tiens, c’est en plus motivant.
Bravo pour ton courage et ta force mental.
Denis

Fil Info

Actus à la une