Nous suivre

Rugby à 7

Rugby à VII : À Monaco, les équipes de France visent Tokyo

Alexandre Jeffroy

Publié

le

Photo Icon Sport

RUGBY A VII – TOURNOI DE QUALIFICATION OLYMPIQUE – Ce week-end (19 et 20 juin), dans la principauté de Monaco, les équipes de France de rugby à VII tenteront de décrocher les derniers billets pour les Jeux Olympiques de Tokyo. Si les Bleues et les Bleus sont favoris, tout ne sera pas forcément simple, notamment du côté des hommes.

C’est donc dans un cadre royal que va se disputer cet ultime tournoi de qualification olympique de rugby à VII. En effet, équipes féminines et masculines se disputeront la qualification sur la mythique pelouse du Stade Louis II à Monaco. Les Français seront donc tout proches du domicile. Néanmoins, il va falloir assumer un statut de favori, d’un côté comme de l’autre.

Ça devrait aller pour les Bleues

Il y a deux ans, au TQO européen de Kazan (Russie), les Françaises avaient échoué tout près du but. En effet, elles s’étaient inclinés, en demi-finale, face à une équipe d’Angleterre à sa portée. Le joker est grillé, maintenant, il est nécessaire de réaliser un parcours « presque » parfait pour se qualifier pour les JO. « Presque » parfait car le tournoi féminin offre deux tickets. Ainsi, les deux finalistes du TQO auront le privilège de voir Tokyo.

Pour se qualifier, les Françaises vont devoir passer par une phase de poules. Elles se trouvent dans une poule de quatre équipes, avec Hong Kong, Madagascar et la Colombie. Les deux premières équipes de chaque poule se qualifient pour les phases éliminatoires, avec les deux meilleures troisièmes. Ensuite, la phase éliminatoire démarre en quart de finale et une victoire en demi-finale signifiera la qualification pour les JO.

Avec les Russes, les Françaises sont largement favorites du Tournoi. De ce fait, les deux favoris souhaiteront sûrement s’éviter avant la finale, si elles y accèdent. Même avec ce statut de favorites, les Bleues devront se méfier des outsiders, comme l’explique l’entraineur David Courteix, au Midi Olympique. « On ne sait pas grand chose des équipes que nous allons affronter en poules. Ce sont des rugbys qu’on connait peu ou pas, qu’on devine et qu’on découvrira. » Néanmoins, les Bleues sont bien déterminées à réussir la mission qualification. « On y croit, la confiance est grande et sans excès », rajoutait le coach des Bleues.

Un TQO relevé pour les hommes

Comme les filles il y a deux, les garçons n’ont pas pu se qualifier via le TQO européen. A Colomiers, en 2019, ils ont également été écartés par les Anglais. Mais contrairement aux filles, ce week-end, à Monaco, il n’y aura qu’un seul ticket pour dix équipes. Ces dix équipes sont réparties en deux poules de cinq. Les deux premiers se qualifient directement en demi-finale. Seul le vainqueur de la finale, et donc du TQO, verra le Japon.

Si la mission s’annonce compliquée pour la France c’est parce que la concurrence sera bien relevée. En effet, même si les Français ont une poule très abordable (Hong Kong, Chili, Ouganda, Jamaïque) les choses pourraient bien se compliquer en phase éliminatoire. « Tonga, Samoa et l’Irlande seront nos adversaires principaux, des équipes habituées à cette pression, à ce niveau », expliquait Jérôme Daret, le coach des Bleus, au Midi Olympique. On connait déjà la réputation des Samoans, qui font régulièrement jeu égal avec les Français.

Ensuite, les Irlandais progressent énormément depuis plusieurs années et peuvent compter sur Jordan Conroy, joueur très rapide et star de l’équipe. Enfin, les Tongiens participent rarement aux Seven Series. Cependant, ils ont fait appel à plusieurs joueurs de rugby à XV, dont la star Malakai Fekitoa, qui compte 24 sélections avec les All Blacks.

À lire aussi 


Journaliste/Rédacteur depuis octobre 2020 - Bolt qui foudroie le record du monde du 100 mètres, les derniers essais de Dominici, les premières charges dévastatrices de Bastarocket... de beaux souvenirs pour une grande passion, celle du sport. L’histoire du sport aussi. Comprendre le rôle qu’il a eu, celui qu’il a et celui qu’il aura dans notre société. Le sport au passé, au présent, au futur. Le sport tous les jours, matin, midi et soir. A défaut d’être un grand sportif, je suis et je raconte l’actualité et l’histoire des championnes et des champions qui savent se dépasser pour accomplir des merveilles.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des
Toute l'actualité des Jeux Olympiques de Tokyo 2020

Fil Info

Actus à la une