Nous suivre

Football

Serie A : l’Atalanta Bergame gifle le Milan AC

Christophe Beaumont

Publié

le

Serie A - L'Atalanta Bergame gifle le Milan AC
Photo Getty Images

Serie A – 19ème journée – Le Calcio arrivait à mi-chemin pour toutes les équipes qui le composent. Y compris le Milan AC, leader, qui recevait un Atalanta Bergame toujours dans la course à l’Europe. Une victoire permettait aux Milanais d’obtenir le titre honorifique de Champion d’Automne. Dépassé par un Bergame entreprenant, Milan sera défait 0-3, mais reste leader grâce au 0-0 de l’Inter à Udinese dans le même temps.

Du haut de ses 39 ans, l’immense Zlatan Ibrahimovic est au sommet de son art, et il l’a encore démontré avec un doublé lors de la précédente victoire de son équipe. Les Milanais l’avaient, alors, emporté 2-0 à Cagliari. Cela était la deuxième victoire en autant de rencontres sur le même score pour un Milan qui semble avoir digéré la défaite (1-3) face à la Juventus, 17 jours plus tôt.

En position de leaders, les hommes de Stefano Pioli recevaient donc l’Atalanta Bergame dans l’espoir de conserver son trône. L’occasion, pour eux, d’obtenir le titre honorifique de champion d’automne. La tâche n’était pas simple puisqu’il fallait battre des Bergamasques capables de tout. En effet, l’Atalanta est l’une des équipes les plus séduisantes, en termes de jeu, et la plus prolifique avec 42 buts inscrits.

Un Bergame entreprenant

18h, le coup d’envoi est donné à San Siro. Et il faudra moins d’une minute aux Milanais pour porter le danger sur le but de l’Atalanta. Zlatan Ibrahimovic verra son tir passer juste à côté. Était-il hors-jeu ou non ? Peu d’importance puisque cela n’était pas cadré. La partie est très agréable à suivre dès les premiers instants. Avec de l’intensité et du jeu de part et d’autres, cela annonçait les prémices d’une belle partie.

Après un quart d’heure de jeu, on peut voir que les joueurs de Bergame ne sont pas là pour faire de la figuration. Ils ont laissé passer l’orage et semblent, à présent, déterminés à ne pas céder le ballon aux Rossoneri. Dominateurs, les hommes de Gian Piero Gasperini ouvriront le score peu avant l’heure de jeu. Suite à un bon centre de Gosens dans le paquet, Romero parvenait à tromper Donarumma de la tête (26’,0-1).

Il s’en suivra des débats plutôt musclés avec une équipe de Bergame qui joue sans complexe. Le score n’évoluera plus dans ce premier acte. Une réaction se faisait donc attendre de la part du Milan qui restait malgré tout leader à la mi-temps. 0-1, c’est aussi le score à la pause.

Un Milan dépassé

45 minutes de bonheur en plus, pour une seconde période qu’on espérait tout autant animée. Et nous n’avons pas été déçus. L’intensité était une nouvelle fois au rendez-vous. La formation de Gasperini fera le break à la 53ème minute. L’arbitre sifflera un pénalty en leur faveur suite à un coup de coude de Kessié sur Ilicic. Le second transformera, sans trembler, l’occasion qui s’offrait à lui (0-2).

La nouvelle recrue des Rouge et Noir, Mario Mandzukic, fera son entrée en jeu à 20 minutes du terme. Une minute après son entrée, le Croate fut tout proche de réduire le score (71’). Mais Pierluigi Gollini se couchera très rapidement pour empêcher le cuir de finir sa course au fond des filets. Toutefois, le K-O viendra par le biais de Duvan Zapata. Buteur en première période, Romero décalait l’attaquant qui se présentait seul face au gardien pour le 0-3 (77’).

C’est donc un Milan dépassé par les événements qui concédera la défaite. La faute à une équipe de l’Atalanta qui aura énormément fait souffrir son adversaire en étant ultra réaliste. Les Rossoneri conserveront, tout de même, la première place grâce au match nul de l’Inter qui jouait contre l’Udinese dans le même temps. Score final : 0-3.

Christophe Beaumont


C'était à 13h15, le 24 mai 1994, qu'était donné le coup d'envoi de ma vie. Emmené très tôt dans le mythique Stade Nungesser de Valenciennes par mon père et mon grand-père, ma passion pour le Football ne pouvait pas mieux démarrer. Tandis que je jouais derrière la tribune de fer pendant la quasi totalité des rencontres, ce n'est qu'au moment où Steve Savidan écrivait les plus heures de VA que je commençais à m'intéresser à ce qui se passait sur le rectangle vert. C'est alors par hasard que je me suis mis à jouer au Billard durant l'adolescence. Aujourd'hui, mon amour pour ces deux sports est intacte, et Dicodusport me permet de vous conter les histoires de toutes celles et ceux qui les font. En toute humilité, pour vous les passionnés, et ce jusqu'au coup de sifflet final.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une

Nous suivre sur Facebook

Sondage

Peter Sagan, une bonne pioche pour la Deceuninck-Quick Step ?