Nous suivre

Football américain

Super Bowl LV : Tampa Bay sacré face à Kansas City, Tom Brady au 7ème ciel

Avatar

Publié

le

Super Bowl LV - Tampa Bay sacré face à Kansas City, Tom Brady au 7ème ciel
Photo Getty Images

FOOT US – NFL – Tom Brady est immortel. En gagnant sa 7ème bague de champion à domicile, une première, et devant 25 000 spectateurs, le vétéran est le maître de ce jeu. Les Buccaneers étaient simplement trop forts pour les Chiefs, champions en titre, de Patrick Mahomes avec une victoire 31 à 9 lors du Super Bowl LV.

La veille du Super Bowl, la NFL a dévoilé les traditionnelles récompenses de la saison régulière. Aaron Rodgers, des Green Bay Packers, remporte le titre de MVP au détriment Patrick Mahomes. De même, l’ancien quaterback Peyton Manning, double vainqueur du Super Bowl, a été admis au Temple de la Renommée de la NFL.

1ère période : Brady plus fort que Mahomes, la défense des Chiefs martyrisée

Les Kansas City Chiefs remportent le tirage au sort de début de match et laisse la première attaque aux Buccaneers au Raymond James Stadium de Tampa Bay. Alors que rien n’est marqué lors de la 1ère tentative de chaque équipe, les Chiefs ouvrent le score sur un field goal. Les défenses prennent le pas sur les attaques avant que le duo magique Brady-Gronkowsky, qui a déjà fait les beaux jours des Patriots, n’inscrive le premier touchdown de la partie. Le match est lancé, et même bien lancé car les Buccaneers sont très proches de franchir une deuxième fois la ligne de Endzone adverse lorsque la défense stoppe le joueur à quelques centimètre du but en quatrième tentative. Et ce, juste après un beau jeu offensif sauvé encore une fois au dernier moment.

En face, l’attaque des champions en titre peine à se mettre en route car la défense locale réalise une grosse pression de tous les instants. La magie de Mahomes n’est pas apparue, un peu en dedans il a souvent obligé de faire lui-même les courses. En plus, il n’est pas aidé par sa défense, coupable de nombreuses erreurs et fautes d’indisciplines (95 yards de pénalité !) qui permettent aux Buccaneers de continuer à scorer. D’ailleurs, on prend les mêmes et on recommence avec le duo de vétérans Brady-Gronk qui profite d’une pénalité adverse pour enfoncer le clou. À 6 minutes de la pause, Tampa Bay mène 14-3. Les Chiefs n’y arrivent décidément pas.

Malgré un field goal pour revenir dans le match à une minute de la pause, il restait encore trop de temps pour Brady qui y va de son troisième touchdown à la passe pour Brown qui permet aux Floridiens de mener 21-6 à la mi temps. Les Chiefs devaient alors se remettre dans le bon sens durant le show de The Weeknd pour avoir une chance de remonter et empêcher Brady d’avoir sa 7ème bague. Ce dernier a inscrit pour la première fois trois touchdowns en première mi-temps d’un Super Bowl, preuve qu’il pèse en ce début de match.

Le long calvaire de Mahomes en seconde période

En début de 2ème mi-temps, un field goal lance les Chiefs mais Brady réplique aussitôt avec un nouveau touchdown à la course de Fournette qui passe comme dans du beurre dans la défense dépassée des champions. A la moitié du 3ème quart, les Chiefs n’ont toujours pas franchi la zone d’en-but des Buccaneers. Sur l’offensive suivante, Mahomes n’y est vraiment pas car il se fait plaquer, et intercepter peu après. Sont-ils en train de finir de clouer le cercueil ? La réponse est malheureusement oui.

Les Chiefs sont incapables de faire quoi que ce soit d’intéressant tant en attaque qu’en défense malgré quelques bons mooves. Le quatrième quart était plutôt soporifique, comme un aveu que le match était plié pour les deux équipes. Seul moment mémorable en fin de match, un streaker s’est promené sur le terrain. Et comme un symbole, Mahomes se fait intercepter à 1 minute 30 de la fin du match dans la Endzone. Rien ne va plus chez les champions qui voient leur titre filer en Floride. En face, les Buccaneers ont récité leur partition avec maestria sous la houlette du chef d’orchestre Brady sans fausse note.

Brady puissance 7 et MVP

Quel match. Alors qu’on attendait une rencontre avec de grandes envolées offensives, ce sont finalement les défenses qui ont déterminé le sort du match. Celle sans fausse note des Buccaneers, qui n’a concédé aucun touchdown, ce qui est rare face à Mahomes, et celle complètement dépassée et fautive à trop de reprises face à un Brady en mode métronome. Les Buccaneers remportent finalement leur deuxième trophée Vince Lombardi, en deux finales après celle de 2003. Ils ont remporté les trois premiers quarts, aucun point n’étant inscrit dans le dernier, preuve de leur supériorité. Les canons des navires ont tonné en fin de match, la NFL ayant autorisé cela en cas de victoire (le reste du match, ils étaient muets car c’était un terrain neutre). Quelle année pour la ville de Tampa Bay avec la victoire en NHL des Lightning durant l’été, la finale en MLB à l’automne dernier et donc en NFL en hiver !

Brady a donc à présent 7 bagues de champion, plus que n’importe quelle équipe dans la NFL, preuve de l’impact de cet exceptionnel joueur. Il devient aussi le second joueur à remporter le trophée avec deux équipes différentes après Manning, là aussi comme un symbole. Il est également MVP du match final pour la 5ème fois, un record. Il a guidé son équipe en playoffs en remportant les matchs éliminatoires à l’extérieur avant d’ajouter une ligne inédite à son palmarès : celle de remporter un superbowl à domicile. C’est également le plus vieux quaterback vainqueur, tout comme son coach Bruce Arians, et empoche sa 34ème victoire en playoffs. Des chiffres qui donnent le tournis et montrent encore une fois qu’il est une légende vivante. Comme dit l’adage : ne jamais pronostiquer contre lui. Et le célèbre numéro 12 repart déjà à la conquête d’une 8ème bague, lui qui veut jouer jusqu’à 45 ans. À noter que c’est le 4ème Super Bowl qu’il remporte avec son comparse, double marqueur ce soir, Gronkowsky.

En face, la détresse de Mahomes était visible. Malgré un début de match prometteur, il n’a pas été aidé par l’ensemble de son escouade. Il concède d’ailleurs son plus gros écart depuis la fac. Et il ne fera pas le permier back-to-back depuis le double succès de Brady au début des années 2000. La passation de pouvoir n’est pas encore pour tout de suite. Mais nul doute que Mahomes et ses Chiefs vont se relever et seront encore proches l’an prochain. Et c’est souvent dans les défaites que se forgent les plus grandes victoires.

Damien Meunier


Amateur professionnel de sport, d’abord le football, j’aurais pu en faire mon métier. Mais bon, vous savez les … non, pas les croisés, ils vont bien eux. Juste un manque de talent, de technique et de niveau surtout. Mais cette passion est ancrée en moi telle la pomme dans la tarte tatin. Le côté suiveur/supporter est évidemment important au quotidien, que ce soit un soir de juillet 1998 en banlieue lyonnaise ou de juillet 2018 à Montréal. Car oui, depuis ma France natale, j’ai migré outre-Atlantique, au pays des caribous. Là, le football se joue à la main et non au pied. Et surtout, la religion sportive est plutôt froide et se joue avec une crosse. Non, ce n’est pas le curling ni le Lacrosse, encore que, mais le hockey sur glace. Une autre vision, une autre culture. On troque les crudités devant la télé pour une poutine et on s’installe avec notre chandail pour suivre cela. Et en moins de temps qu’il ne faut pour le dire, ou la vitesse d’un slap shot de McDavid ou un arrêt de la mitaine de Price, j’écris sur de l’actualité par ici mais aussi le sport féminin, pas assez mis en avant.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une

Nous suivre sur Facebook

Sondage

Peter Sagan, une bonne pioche pour la Deceuninck-Quick Step ?