Nous suivre

Lumière sur

Sylvain Taillandier : « Mon projet pour le hockey français »

Avatar

Publié

le

Nous avons rencontré Sylvain Taillandier, journaliste sportif à Tours pour la Nouvelle République, instigateur du Hockey Franco. Il s’agit d’un Tour de France du hockey pour rencontrer ceux qui font et suivent ce sport dans le but d’améliorer, notamment, son exposition médiatique. Retour sur son parcours et sa passion du hockey.

Tout d’abord Sylvain, peux-tu nous parler de ton parcours pour devenir journaliste sportif ?

Depuis tout petit, je voulais être bibliothécaire ou journaliste. Je pense que c’est une passion, bien ancrée en moi, qui m’a été transmise par mon père. Il ne travaillait pas du tout dans ce milieu-là mais était vraiment très intéressé par la culture générale, les voyages et la lecture. J’en ai énormément profité quand j’étais jeune, donc cela a dû naître à ce moment-là je pense. Par conséquent, j’ai passé un bac littéraire car j’étais aussi intéressé par l’écriture. A la sortie du bac, j’ai fait une faculté d’histoire qui m’a permis, à côté, de préparer les concours d’écoles de journalisme que je visais, c’est-à-dire les IUT. En fait, mon objectif était de rentrer le plus vite possible dans le monde du travail, d’avoir une formation costaud, dense, pour me permettre d’être rapidement sur le terrain. J’ai passé les concours des trois écoles qui étaient reconnues à l’époque par la profession, c’est-à dire Bordeaux, Tours et Lannion. J’ai été pris dans cette dernière et j’y ai effectué mes deux ans d’IUT.

Pour la troisième année, certains faisaient la licence mais moi, j’ai passé cette année-là au Québec. J’avais un accord avec l’Université de Laval au Québec pour passer ma dernière année d’étude là-bas. En rentrant, je n’ai pas souhaité faire ma licence et j’ai cherché directement du travail. J’ai bossé un petit peu à la Voix du Nord, avant d’être embauché à la Nouvelle République, le journal dont je suis encore aujourd’hui salarié. J’ai d’abord été embauché à Blois au service des sports avant d’aller à Tours. Je connaissais déjà le coin car je suis de Châteauroux. J’y ai fait mes études, dont la fameuse année de fac, et j’étais correspondant sportif à Châteauroux au service des sports.

Tu as donc tout de suite commencé en tant que journaliste sportif, et non pas journaliste généraliste avant de migrer aux sports ?

Quand je suis passé à la commission de recrutement de la Nouvelle République, je leur ai dit : « Je préfère être franc-jeu. J’ai deux passions : le journalisme avec l’écriture et le sport. J’accepterai le poste que vous me proposerez si vous m’en proposez un, mais je suis un vrai passionné de sports et je sais que c’est un créneau où je serais compétent, motivé et où je pourrais apporter mon savoir-faire et mes connaissances en la matière. » Cela fait maintenant 12 ans que je suis au service des sports de la Nouvelle République.

Tu es un grand amateur et connaisseur de hockey. D’où te vient cette passion pour ce sport car en France, ce n’est pas le sport le plus populaire ?

Déjà, il faut replacer cela dans le contexte. J’étais à Châteauroux donc le hockey, c’est pas très connu et le sport se limite à la Berrichonne (NDLR: le club de foot). Le hockey est arrivé dans ma vie comme pas mal d’entre nous avec les jeux vidéos, avec des jeux sur la NHL. Du coup, je me suis vraiment intéressé à tout ce qu’il y avait derrière : les résultats, mais aussi les stars de ce sport. De fil en aiguille, j’ai suivi cela, mais vraiment que la NHL au départ. Et le hockey français est arrivé un peu plus tard, dans le cadre du travail, mais j’avais déjà un vrai intérêt pour ce sport. Quand j’ai rencontré celui qui allait être mon chef des sports, il m’a demandé si ça me dérangeait de reprendre le hockey. Grâce à cela, j’ai donc associé le hockey français à la NHL pour avoir le tableau complet.

Une question qui revient souvent pour les amateurs de hockey. Est-ce que tu y as déjà joué ?

Je n’ai jamais mis les patins. Ou alors, une fois en colonie de vacances, mais le résultat n’a pas été brillant. Du coup, c’est uniquement côté passionné et analyste, et non le côté joueur. En fait, ça m’a jamais trop attiré d’en faire, surtout en n’étant pas la personne la plus adroite de la terre. Mais si un jour je suis amené à vivre au Québec, je retenterai peut-être cela, comme un défi, au moins tenir en équilibre car à force d’en regarder et de suivre, ça me titille un peu.

Tu as donc créé un groupe Facebook sur le hockey (Hockey !). Quelle était ton idée à la base ?

A la base, ce n’était pas amené à se développer de façon professionnelle. En fait, en tant que passionné de hockey, je partageais beaucoup de contenus sur mon compte personnel. Or, j’ai dans mon entourage des gens qui ne s’intéressent pas spécialement au hockey, cela devait commencer à les ennuyer. Du coup, je me suis dit qu’il y avait une communauté de passionnés et j’ai créé un groupe privé. J’ai choisi de le faire privé pour contrôler les partages et le contenu. Cela me permet également d’éviter la diffusion de vidéos de bagarres que je supprime à chaque fois. D’ailleurs, je ne suis pas pour interdire la bagarre dans les matchs, mais il faut éviter de la médiatiser. Et ceux qui viennent dans les patinoires pour en voir ne sont pas au bon endroit. Il y en a de moins en moins dans les matchs professionnels, ce qui est une bonne chose. Après, c’est comme au rugby, il y a rarement des générales en Top 14.

Ainsi, le groupe suscite maintenant un bel engouement, avec un réel intérêt pour le hockey français, chose à laquelle je ne m’attendais pas du tout. Mais c’est bien, ça veut dire qu’il y a une vraie base du hockey, qui aime partager et échanger. Il y a des Français, des Québécois mais aussi des Suisses. Là où je suis content, c’est qu’au départ, il a fallu faire la police de temps en temps à cause d’interventions pas très respectueuses voire injurieuses et là, je n’ai presque plus besoin de faire la police. Je pense que tout le monde a compris l’esprit du groupe, tout le monde peut penser ce qu’il veut, en respectant les autres malgré le nombre d’adhérents qui est croissant. C’est le fameux « viril mais correct ». Je suis partisan de la liberté de part mon métier : elle reste là où commence celle des autres.

Ce groupe est donc un lieu de rencontre et d’échange entre joueurs, arbitres, entraîneurs, anciens joueurs mais aussi de vraies pointures du hockey sur glace. Ils ont donc connu de près ce sport et savent de quoi ils parlent. Ce n’est pas juste l’amateur qui découvre et qui donne son avis un peu à chaud sur un truc. Il y a des gens qui ont vraiment l’expérience et la compétence pour répondre sur des sujets pointus.

On va maintenant revenir à ton projet. Alors, c’est peut être lié ou pas au groupe Facebook, mais comment as-tu eu l’idée de ce Tour de France du hockey ?

A la base, je voyais régulièrement passer pas mal de messages ou de remarques disant que le hockey était vraiment traité de façon négative, car même les médias qui ont les droits ne mettent pas ce sport en valeur, et ce, malgré la passion des commentateurs ou des gens dans les rédactions qui essayent de le défendre. A un moment, je me suis dit : « Tu peux continuer à être dans le camp des gens qui râlent ou tu peux passer à celui de ceux qui agissent, car c’est aussi ça ton métier, donc il y a peut-être un moyen de faire parler du hockey, d’aller faire les sujets dont tu regrettes qu’ils ne soient pas traités par d’autres médias. » C’est parti de là en fin de compte.

Aujourd’hui, il y a une galaxie de petits médias hockey, plus ou moins grands, qui existent et qui essayent de faire des choses et je pense qu’en mettant certains de ces acteurs-là ensemble autour de la table, en essayant de travailler en commun, on peut créer quelque chose d’hyper sympa, en gardant chacun sa patte et son identité tout en étant complémentaires. Surtout, je crois qu’il manque beaucoup de vidéos, de témoignages, des initiatives où on prend davantage le temps d’aller voir les gens, de les faire parler de leur vécu, de leur philosophie de jeu. C’est ça qui m’intéresse le plus en fait, et c’est là que je pense pouvoir apporter quelque chose.

Avant de décrire plus précisément le projet, peux-tu nous en dire deux mots ?

Il s’agit donc de faire un Tour de France lors d’une vingtaine d’étapes, au cours desquelles je vais rencontrer des acteurs du hockey : des dirigeants, des supporters, des arbitres, des joueurs mais aussi des joueuses. De chaque rencontre, je ferais une capsule vidéo visible gratuitement sur la chaîne YouTube du projet. Et puis, l’idée sous-jacente, c’est de créer, à terme, un média dédié au hockey sur glace.

Tu le disais, tu vas rencontrer des joueuses. Quel regard portes-tu sur le hockey féminin français, dont l’équipe de France qui accède dans l’élite mondiale avec le titre de championne du monde ?

Déjà, je pense que le sport féminin est très peu valorisé et mis en avant en France. Par exemple, en foot féminin, malgré le succès sportif de Lyon, la médiatisation prend du temps et est encore loin de celle des hommes. Et puis, il y a encore de la comparaison entre les hommes et les femmes qui n’a pas lieu d’être. Ça commence dès la pratique où on n’encourage pas forcément les filles à faire du sport, car elles sont parfois vues de travers quand elles en font. La société n’a pas forcément des images positives des sportives donc déjà, il y a ce contexte-là en France qui existe encore. Mais les choses bougent, les nouvelles générations fonctionnent différemment, et c’est tant mieux.

Après, si on s’intéresse à la question particulière du hockey féminin en France, on a une belle équipe de France, on a des joueuses dont beaucoup sont expatriées et qui réussissent bien à l’étranger, qui sont de fiers étendards de la France, donc ça c’est positif. Après, on a un gros problème sur le championnat féminin qui est extrêmement peu viable aujourd’hui, à plusieurs niveaux. Il y a beaucoup de choses à changer dans les mentalités, dans l’approche et je le souhaite fortement, je suis convaincu que le développement du sport féminin, c’est le vrai sujet du siècle. D’ailleurs, je suis à fond pour la pratique mixte jusqu’à un certain âge.

Dernière question sur une croyance populaire. Comme pour l’équitation, on dit que c’est un loisir onéreux pour bourgeois. Vois-tu des axes de travail sur ce point ?

Oui, c’est une évidence. L’enjeu majeur est de rendre ce sport plus accessible. D’autant plus que je suis persuadé qu’il y a quelque chose à faire dans les quartiers difficiles avec le hockey sur glace. Je pense que c’est tout à fait un sport qui peut correspondre à un contexte où les jeunes ont besoin de se défouler. Il y a déjà les sports de combat avec la boxe, qui s’est bien implantée dans ces quartiers-là, c’est un formidable propulseur de belles valeurs. Je pense que le hockey a une grosse carte à jouer, mais il faut absolument trouver un moyen de rendre les équipements abordables. D’ailleurs, j’ai discuté récemment avec un manufacturier de hockey qui se penchait sur cette question, et je soutiens cette initiative car c’est un enjeu crucial.

Damien Meunier

 

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Lumière sur

My Rugby Box, l’Ovalie dans une boîte

Nico

Publié

le

Par

Facebook - My Rugby Box

En pleine Coupe du monde de rugby, un jeune entrepreneur, Dimitri Falatko, lance la première box destinée aux amateurs de rugby. Pratiquant le rugby à XIII à Réalmont, ce jeune talonneur de 23 ans se lance dans l’aventure entrepreneuriale. Il nous raconte.

Comment est née My Rugby Box ?

J’ai voulu mêler passion et profession. En tant que rugbyman, j’apprécierais recevoir ce type de produit. J’adore recevoir des cadeaux, des surprises ou encore des nouveaux produits. Cependant, je ne fais pas les démarches moi-même pour les avoir. Je suis parti de mes envies et de mes besoins. J’ai questionné beaucoup de personnes pour savoir si cela était similaire. J’ai eu beaucoup de retours positifs, et j’ai donc foncé sur ce projet de box.

My Rugby Box, c’est quoi ?

My Rugby Box, c’est une boîte remplie de produits de qualité pour la pratique du rugby. Tous les deux mois, vous recevez chez vous une box avec des produits de trois catégories : La première est dédiée à la pratique du rugby. La box contient un élément de la tenue du rugbyman. Il vous sera utile pour vos séances d’entraînement.

La deuxième catégorie est axée sur vos efforts. Vous retrouverez donc dans chaque box, deux à trois produits, vous aidant à préparer votre corps à l’activité sportive, mais favorisant aussi la récupération.

Notre sport est convivial et festif, et c’est pourquoi la dernière catégorie concerne la 3ème mi-temps, très importante dans le rugby. Vous pourrez en profiter avec vos coéquipiers et amis.

À qui s’adresse My Rugby Box ?

My Rugby Box s’adresse à toutes les personnes majeures pratiquant le rugby. Que cela soit un homme ou une femme, à 13, à 15 ou encore à 7.

Dicodusport

Lire la suite

Lumière sur

5 Podcasts de sport à écouter absolument

Nico

Publié

le

Par

Les podcasts font partie des nouveaux médias les plus populaires en France. Produits par des studios indépendants, ou permettant d’écouter à la demande les émissions des plus grosses radios françaises comme RMC ou RTL, ces formats audio permettent de s’informer, de s’évader, et d’échanger sur des sujets aussi variés que la culture et les relations amoureuses, l’histoire et le véganisme…

Mais aussi le sport. A la rencontre de sportifs hors du commun, ou tout simplement de passionnés de sport, les podcasts que nous allons vous présenter sont un moyen ludique et divertissant d’en apprendre plus sur une discipline, ou de décortiquer ce qui se passe dans les vestiaires !

Extraterrien : à la rencontre de sportifs extraordinaires

Ce nouveau venu sur la scène des podcasts sportifs (avec 7 épisodes mis en ligne depuis cet été) a pourtant tout d’un grand. Sous forme d’entretiens intimistes, Barthélémy part à la rencontre de sportifs au parcours atypique à la recherche de ce qui les a motivé à se dépasser, mais aussi de ce qui leur a permis d’exceller dans leur discipline.

On aime tout particulièrement la variété des sports abordés dans le podcast Extraterrien, comme l’apnée (avec le quintuple champion du monde Arthur Guérin) ou encore le paralympisme à travers le parcours exemplaire de Marie Amélie, l‘athlète française la plus titrée de l’histoire. Une grande leçon (d’humilité et de dépassement de soi) à chaque écoute.

Les conquérantes : le sport pour toutes

Un podcast dédié au sport, et aux sportives dans lequel on retrouve des professionnelles et des amatrices qui parlent de leur passion. Qu’elles soient championnes, responsables d’associations, ou militantes pour un sport plus féminin, on prend à chaque épisode un shot de motivation, d’envie et d’ambition à se dépasser et repousser ses propres limites comme celle de la société.

Deux fois par semaine, ce podcast proposé par le webzine féminin Madmoizelle s’intéresse à une discipline. Le premier épisode est par exemple dédié au foot, avec l’attaquante de l’équipe de France Kadidiatou Diani et une passionnée du ballon rond de 14 ans. Le second à la boxe, dans lequel se rencontrent encore championne olympiques et amatrices.

EPO : une troisième mi-temps décomplexée

Tous les 24 du mois, EPO (pour Épatant Podcast Omnisport) nous propose de revenir sur un événement ou une personne ayant marqué à jamais l’histoire du sport. Au programme, un format long (qui peut dépasser les deux heures) sur l’OM de Bernard Tapie ou l’affrontement entre les champions de boxe Tyson et Douglas.

Sous la forme d’échanges (souvent très animés) entre 5 amis, ce podcast mêle connaissances historiques et second degré. On se cultive, et on rit beaucoup en écoutant EPO : un mélange gagnant.

Spotlight : coup de projecteur sur les stars du sport

C’est le podcast à écouter pour découvrir la face intime de sportifs que tout le monde connait. Animé par Clémentine Sarlat, Spotlight braque en effet les projecteurs sur des athlètes de renoms, comme les très médiatiques Bixente Lizarazu, Laure Manaudou, ou encore Renaud Lavillenie.

Au delà du casting 5 étoiles de ce podcast, on apprécie surtout la relation intimiste qui se noue immédiatement avec Clémentine, et donc avec les auditeurs. Et on redécouvre des personnalités du sport avec lesquelles on a grandi, ou qui nous ont donné envie de chausser les crampons ou de nous mettre à la nage papillon.

Echange

On termine ce classement de nos 5 podcasts de sport préférés avec Échange, qui s’adresse aux passionnés de tennis. Au-delà de l’image lisse que beaucoup peuvent avoir de ce sport, Antoine Benneteau rencontre les grands noms de cette discipline (Yannick Noah, Marion Bartoli, mais aussi Richard Gasquet) pour des entretiens sans retenue et bourrés de sincérité. A écouter sans modération.

Dicodusport

Lire la suite

Lumière sur

Que signifie le double pari dans les paris sportifs ?

Nico

Publié

le

Par

Parions Sports 49

Le double pari ou pari double est un pronostic qui cumule deux paris simples au sein d’un même coupon. Pour espérer empocher des gains, il est nécessaire que les deux résultats choisis dans le coupon soient positifs. Ce type de pari comporte certains risques, mais octroie également des avantages aux parieurs en raison du mode de calcul des gains.

Différences entre double pari et pari double chance

Beaucoup de parieurs confondent les doubles paris et paris double chance, en raison des similarités dans l’appellation. Or, ces deux types de paris sont foncièrement différents dans leurs fonctionnements. Les paris double chance sont des paris simples, qui augmentent les chances de gains, en raison de la limitation des risques, tandis que les doubles paris sont des paris systèmes, qui octroient des gains dès que deux résultats sont corrects sur le nombre sélectionné.

Un pari double chance est l’association de deux paris simples, dont les probabilités de victoires sont augmentées par la sélection de deux résultats possibles. C’est un pari de type 1N, 12 ou N2.

Exemple : PSG vs Marseille

Un pari double chance consistera à parier soit sur la victoire du PSG ou le match nul (1N), soit la victoire de Marseille ou match nul (N2) soit la victoire de l’une des équipes, sauf le nul (12). Si votre pronostic est correct, vous empochez les gains selon la formule mise x cote associée à votre choix.

De son côté, un double pari a un mode de fonctionnement bien différent.

Fonctionnement et calcul des gains d’un double pari

Un double pari est un pari qui réunit les combinaisons de doubles, selon le nombre de sélections. Comme vous pouvez déjà l’imaginer, la sélection débute à deux, et peut évoluer selon l’offre du bookmaker. Ainsi donc, vous pouvez faire un pari double en choisissant deux, trois, quatre ou six résultats, en fonction de la largesse du marché de l’opérateur.

L’avantage dans ce type de pari est que vous commencez à empocher les gains dès que deux résultats sont corrects sur le nombre total choisi.

Par exemple, pour un pari double avec deux sélections, il faut absolument que les deux résultats soient corrects pour que vous empochiez les gains. Mais sur trois sélections ou plus, vous gagnez de l’argent dès que deux résultats sont justes parmi la sélection.

Le calcul des gains pour un double pari se fait par association de deux cotes, autant de fois qu’on peut en trouver dans vos sélections.

Prenons l’exemple d’un double pari de type 2/3. Il y a trois possibilités de double dans ce pari, mais sur les trois choix que vous ferez, vous gagnerez dès que deux seront corrects.

PSG (1,3) Vs Marseille (1,9)

Lille (2,00) Vs Rennes (1,8)

AS Monaco (1,9) Vs Lyon (1,5)

On suppose que l’on sélectionne les résultats suivants : la victoire du PSG (1,3), la victoire de Lille (2,00) et la victoire de Lyon (1,5);

Dans cette sélection, voici les combinaisons de double possibles

Victoire du PSG x Victoire de Lille = 2,6 (cote A)

Victoire du PSG x Victoire de Lyon = 1,95 (cote B)

Victoire de Lille x Victoire de Lyon = 3 (cote C)

Si à l’issue des rencontres, PSG et Lille gagnent comme prévu, mais que Lyon perd , vous empochez :

Gains = Mise par pari x cote A

Si le PSG perd, mais que Lille et Lyon gagnent, vous gagnez :

Gains= Mise par pari x cote C

Si Lille perd, mais que le PSG et Lyon gagnent, vous empochez

Gains= Mise par pari x cote B

Si les trois équipes gagnent comme prévu , vous empochez :

Gains= (Mise par pari x cote A) + (Mise par pari x cote B) + (Mise par pari x cote C)

Remarque : en faisant le pari, le bookmaker vous prélève trois fois la mise par pari. Pour une mise par pari de 5€, le bookmaker vous débite 15€.

Si les trois résultats sont corrects, vous gagnez :

Gains =(5€ x 2,6) + (5€ x 1,95) + (5€ x 3)= 13€ + 9,75€ + 15€ = 37,75€

Gardez à l’esprit que si c’est seulement un pronostic qui est correct, vous perdez tout votre argent.

Les différents types de double pari

Comme indiqué plus haut, il faut un minimum de deux sélections pour effectuer un pari double. Mais le nombre de sélections dépend du bookmaker. Les paris doubles les plus courants sont 2/3 et le 2/4. En ce qui concerne le 2/4, vous faites 4 sélections, qui vous donnent droit à 4 combinaisons, mais vous empochez des gains dès que deux résultats sont corrects.

Pour chaque fraction, le dénominateur signifie le nombre de sélections, mais aussi de combinaisons doubles, tandis que le numérateur indique le nombre de résultats correct qu’il faut pour commencer à gagner.

Différences entre pari double et pari combiné

Pour conclure ce guide, il est important de vous signaler qu’il y a une différence notoire entre les paris combinés et les paris double.

Pour deux sélections, les gains d’un pari double sont calculés comme ceci :

Mise par pari x cote 1 X cote 2

Tandis que pour un pari combiné G= Mise totale x cote 1 X cote 2

Pour une mise totale de pari de 10€, c’est 5€ qui serviront à calculer les gains du pari double tandis que c’est 10€ qui serviront calculer celui du pari combiné.

Remarque : pour deux sélections, il est donc plus opportun de choisir un pari combiné plutôt qu’un double.

Mais à partir de 3 sélections, un pari double permet de limiter les risques, puisque les trois résultats du pari combiné doivent être obligatoirement corrects pour espérer gagner de l’argent.

Dans le cas d’un pari combiné, gains = Mise x cote 1 x cote 2x cote 3

Pour un pari double Gains = (mise par pari x cote 1 x cote 2)+ (mise par pari x cote 1 x cote 3)+ (mise par pari x cote 2 x cote

Dicodusport

Lire la suite

Lumière sur

Escrime : quelle différence y a-t-il entre les combats au sabre, au fleuret et à l’épée ?

Nico

Publié

le

Par

L’escrime est une discipline peu connue où les Bleus excellent. Laura Flessel, Erwann Le Péchoux, Yannick Borel, Philippe Omnès : les champions français ne manquent pas. Mais qui connaît réellement les spécificités de ce sport incarnant la noblesse par excellence ? Avant de parler de tactique, commençons par la base : les armes.

Les combats d’escrime se font au fleuret, à l’épée ou au sabre. Le but est de toucher son adversaire sur les parties valables à l’aide de la pointe ou de la tranche de son arme. Mais quelle est la différence entre ces 3 armes ? Quelle est la philosophie de combat associée à chacune d’entre elles ?

Les compétitions internationales d’escrime sont ouvertes aux paris chez la plupart des bookmakers. Si vous avez envie de vous y essayer, ouvrez un compte sur un site de pari et profitez de l’offre de bienvenue offerte à tous les nouveaux joueurs. PMU par exemple vous rembourse jusqu’à 100€ sur votre 1er pari perdu (en savoir plus ici).

(Source : africatopsports.com)

Le fleuret : une arme d’estoc qui privilégie la vivacité

Le fleuret est une arme très légère (un peu moins de 500g) qui a une lame à base carrée. Seule la pointe (estoc) est utilisée. L’arme se prend en main via une poignée « orthopédique » qui permet d’aligner la lame avec l’axe du bras sans avoir à casser le poignet.

Au fleuret, le but est de toucher le buste de son adversaire avec la pointe de son arme. Toutefois, les conventions d’assaut sont très strictes. On ne peut donc pas attaquer comme l’on veut.

Les combats se font par phase. Celui qui attaque a la priorité. S’il touche son adversaire dans une partie valide, il marque un point. Par contre, celui qui défend est obligé de parer l’attaque de son adversaire avant d’essayer de le toucher. Il n’a pas le droit de contre-attaquer sans avoir fait le geste de parer. Chaque combat est donc une sorte de dialogue avec des questions (attaque) et des réponses (parade).

Le fleuret est une arme qui nécessite d’être très réactif (pour parer les touches), très vif (surprendre son adversaire), et surtout de faire preuve de beaucoup de souplesse. Ces dernières années, la technique a énormément évolué. Les fleurettistes ont intégré de nombreux mouvements d’évitement afin d’être capables d’esquiver les touches de leur adversaire. Les meilleurs fleurettistes français sont Erwann Le Péchoux, Enzo Lefort (champion du monde 2019) et Ysaora Thibus.

(Source : asbouillargues-escrime.com)

Le sabre : puissance, explosivité et coordination

Le sabre est la seule arme où l’on peut toucher son adversaire avec la pointe (estoc), le tranchant (taille) ou le dos de la lame (contre-taille). C’est une arme qui a une poignée droite et avec laquelle on peut toucher le buste, la tête et les bras de son adversaire (à l’exception des mains).

Les combats au sabre se rapprochent du fleuret en ce sens qu’ils fonctionnent par phase. Pour marquer des points, il faut donc attaquer, ou bien riposter et contre-attaquer. Étant donné qu’il est assez facile de toucher son adversaire, les oppositions sont très rapides.

Les déplacements se font comme au fleuret ou à l’épée, sauf que les passes avant sont interdites. On ne peut pas croiser les jambes pour fondre sur son adversaire. Ces mouvements ont été interdits en 1994 pour éviter que les sabreurs ne courent l’un vers l’autre.

L’un des plus grands sabreurs français reste Jean-François Lamour. Il a été double champion olympique en individuel (Los Angeles en 1984 et Séoul en 1988), champion du monde, et ministre des sports. À l’heure actuelle, la meilleure représentante de la discipline est Cécilia Berder.

La sabreuse française Cécilia Berder (Source : lacroix.fr)

L’épée : une arme tactique où la patience est reine

Comme le fleuret, l’épée est une arme d’estoc qui se tient (en général) à l’aide d’une poignée orthopédique. Par contre, elle est beaucoup plus lourde (750g contre 500g pour le fleuret) et moins flexible. Sa lame présente une section triangulaire.

L’épée est la seule arme non conventionnelle de l’escrime. Les combats ne sont régis par aucune règle de priorité. On peut donc toucher son adversaire à n’importe quel moment. Si les deux escrimeurs se touchent en même temps, chacun marque un point. En outre, toutes les zones du corps sont valides, les mains et les pieds y compris.

Les assauts sont beaucoup plus longs qu’au fleuret ou au sabre. Les escrimeurs ne se livrent pas facilement, car leur adversaire pourrait en profiter pour marquer une touche sur une partie du corps exposée. L’épée est donc une arme d’attente et d’observation.

Pour prendre son adversaire au piège, il y a deux possibilités : soit attendre une erreur de l’adversaire, soit la provoquer. L’attitude générale des épéistes dépend de leur tempérament. Toutefois, certains escrimeurs alternent en fonction de leur forme physique ou de la personne qu’ils ont en face d’eux.

Laura Flessel est sans doute l’épéiste française la plus connue. Avant d’entamer une carrière politique, elle a notamment été championne olympique (Sydney en 2000) et double championne du monde en 1998 et 1999. Yannick Borel est le meilleur épéiste actuel. Il a été champion du monde en 2018.

Dicodusport

Lire la suite

Grands stades

Estadio Azteca : un voyage dans une enceinte mythique

Avatar

Publié

le

Par

Le Stade Aztèque est un lieu mythique pour tous les amateurs de football. Seul stade ayant accueilli deux finales de Coupe de monde, c’est un endroit incontournable lors d’une visite de la ville de Mexico.

Le sport mexicain

Le Mexique est une terre de sport, que ce soit grâce au football ou la Lucha Libre. En 1963, le CIO confie d’ailleurs l’organisation des XIXèmes Jeux Olympiques à Mexico, qui devient le premier pays en voie de développement à obtenir cet honneur. C’est à cette occasion, et en vue de la Coupe du monde 1970, que le Stade Aztèque est construit. Ultra moderne pour l’époque, il est toujours debout malgré les séismes et c’est surtout l’un des plus grands du monde avec plus de 100 000 spectateurs possible. Il est d’ailleurs le seul à avoir accueilli deux finales de Coupe du monde en 1970 et 1986.

Les Mexicains sont fous de football et leur équipe nationale, El Tri, participe très régulièrement aux Coupes du monde. Le championnat domestique est également le plus puissant en Amérique du Nord et n’a pas grand chose à envier aux géants argentins et brésiliens. Cette puissance économique fait que les joueurs locaux s’exportent peu en Europe, ou seulement dans des clubs importants.

Les clubs locaux gagnent très régulièrement la Ligue des Champions CONCACAF (équivalent de l’UEFA en Amérique du Nord et Caraïbes). Un des plus connus est celui de Club America qui évolue justement au Stade Aztéque pour ses matchs à domicile. C’est d’ailleurs lui qui a eu l’honneur de l’inauguration du stade le 29 mai 1966 contre le Torino. Arlindo dos Santos Cruz ouvrait le score et devenait le premier buteur dans cette enceinte.

Plaque commémoratif de l’inauguration du stade – Damien Meunier

Les Coupes du monde

Le Mexique organise donc la Coupe du monde 1970. Tous les amateurs de football savent qu’elle a été marquée de l’empreinte d’un des plus grands : le roi Pelé. Elle reste dans les mémoires comme l’une des plus spectaculaires avec des matchs marquant l’Histoire de la Coupe du monde, comme la demi-finale entre la RFA et l’Italie ou même la finale entre le Brésil, au sommet de son art, et l’Italie. C’est une édition qui fera date grâce à des nouveautés.  Ainsi, l’Union Soviétique a été la première équipe à effectuer une substitution dans un Mondial, la distribution des cartons jaunes et rouges (même si aucun n’a été sorti pendant le tournoi) a été introduite, mais également la possibilité de regarder les matchs en couleur.

Beaucoup de matchs offensifs et de nombreux buts ont été marqués. Le bombardier allemand Gerd Müller termine meilleur buteur avec 10 buts, dont 2 triplés consécutifs, exploit rare à ce niveau. De même, l’ailier brésilien Jairzinho a trouvé les filets à chacun de ses 6 matchs, le seul encore à ce jour à avoir réalisé cette prouesse. Le Stade Aztèque a accueilli la demi-finale entre Italie et RFA, mais aussi la finale qui consacra le Brésil de Pelé. Avec ce sacre, lui et son pays deviennent les premiers à soulever le trophée Jules Rimet qui est conservé par la Seleçao à vie.

Alors que le Mexique ne devait pas organiser le tournoi en 1986, l’organisation est retirée en 1983 à la Colombie. En 1985, à quelques mois de la compétition, un séisme menace de nouveau l’événement, mais les stades sont peu impactés. Quand les suiveurs du football entendent Coupe du monde 1986, c’est le match entre l’Angleterre et l’Argentine qui arrive en premier au rang des souvenirs. Cette fameuse rencontre eut lieu dans le Stade Aztèque. C’est donc là que Diego Maradona inscrivit la Main de Dieu puis le But du siècle. À 16 ans d’écart, deux des plus grands joueurs de l’histoire ont enchanté le Stade Aztèque. Les exploits sont même rappelés sur les murs de l’enceinte.

Rappel des nations championnes du monde en 1970 et 1986 – Damien Meunier

L’extérieur

C’est d’ailleurs devant des plaques commémoratives que la visite débute. Là sont rappelées les dates d’inauguration, le premier but, les finales de Coupe du monde. Cette première partie de visite nous fait longer le stade par l’extérieur pour bien s’imprégner du lieu. Nous arrivons notamment devant un buste impressionnant de l’ancien capitaine du Club América dont les faits d’armes sont rappelés sous la sculpture. Durant le long du trajet, le guide (qui parle anglais et espagnol) donne quelques informations sur l’enceinte, les matchs des équipes et  des différences de sponsors entre le club local et celui de la fédération qui peuvent poser des soucis en termes de boutique ou dans les vestiaires pour habiller l’ensemble.

Buste en hommage au capitaine – Damien Meunier

La zone média et la coursive

La visite nous amène devant l’entrée des médias et nous entrons enfin dans le stade. Là, un escalier nous attend pour descendre dans la coursive. Une fois en bas, nous arrivons dans celle-ci menant à la pelouse et à la zone de conférence de presse. Cette dernière est un lieu prisé des visiteurs qui se prennent en photo dans le rôle du manager. Il est curieux de remarquer juste à côté des micros un petit autel dédié à Marie.

Lieu des conférences de presse – Damien Meunier

Tout le long de la coursive intérieure, des panneaux peints sur les murs présentant les drapeaux et les logos de toutes les équipes étrangères (clubs ou sélections) ayant disputé un match ici. Nous pouvons voir que la France y a joué 2 matchs et qu’un seul club français est venu : l’AS Nancy Lorraine. Pour tous les amateurs de statistiques et d’histoire, cette zone est une mine de renseignements.

La coursive avec l’ensemble des équipes ayant foulé la pelouse du Stade Aztèque – Damien Meunier

Sur le chemin, nous trouvons des ballons dessinés au sol avec des dédicaces de joueurs célèbres. Celles de Pelé et de Maradona sont très proches l’une de l’autre.

El Pibe de Oro a aussi laissé sa marque – Damien Meunier

Pour rester dans l’histoire, voici un panorama présentant les images fortes de matchs s’étant déroulés dans le stade. En le suivant, on aperçoit l’accès à la pelouse, mais d’abord, les vestiaires.

Panorama rappelant les grands événements ayant eu lieu dans le stade – Damien Meunier

Le vestiaire

Les deux vestiaires se font face. Pour accéder à l’intérieur, nous suivons un couloir aux couleurs du club avec des portraits de joueurs et joueuses mythiques. Ainsi, équipes masculines et féminines sont à l’honneur. À chacune des places des joueurs, leurs portraits sont présents. Les places sont mises en arc de cercle afin que les joueurs puissent voir le coach. Derrière lui, le logo du club (ou de la sélection) et la tête d’aigle, symbole du club. Il est temps de se diriger vers le terrain.

Causerie d’avant match – Damien Meunier

Le terrain

Nous arrivons en bord de terrain via un escalier en colimaçon.

L’accès depuis les vestiaires – Damien Meunier

Cela permet de bien rentrer dans l’antre et de ressentir l’ambiance et les chants du public. On ressent bien l’émotion et la pression que les joueurs des deux équipes subissent en entrant sur la pelouse.

A la sortie des vestiaires, en haut de l’escalier – Damien Meunier

Les gradins

Après la pelouse, la visite nous mène dans les gradins afin d’avoir une vue d’ensemble de cet écrin. Pouvant accueillir plus de 100 000 spectateurs, l’acoustique et l’ambiance sont des paramètres importants du stade. D’ailleurs, le guide nous demande de crier tous en même temps afin que nous nous rendions compte de la réverbération du son. Impressionnant même sans aucun public. Nous terminons la visite par l’anecdote de la statue du fan numéro 1 du club.

Statue du Fan numéro 1 – Damien Meunier

Le club avait lancé un concours pour connaître le plus grand supporter de son équipe afin de l’honorer. Le grand gagnant a prouvé qu’il n’avait raté aucun match à domicile de ses favoris sur les 10 années précédentes, talons de billet à l’appui. En plus de la postérité avec sa statue, le club lui permet d’assister à tous les matchs gratuitement avec ses amis en prévenant en avance.

Une visite forte intéressante et prenante donc dans cet antre mythique. En étant proche du terrain, difficile de ne pas repenser à Pelé ou Maradona et leurs buts historiques. Pour chaque match, les premiers supporters à rentrer pour la rencontre ont le droit à une visite privée avec, notamment, la galerie presse non accessible au grand public.

Damien Meunier

Lire la suite

Fil Info

F1 2019 - Les 5 images fortes du Grand Prix du Brésil F1 2019 - Les 5 images fortes du Grand Prix du Brésil
Formule 1Il y a 50 minutes

F1 2019 : les 5 images fortes du Grand Prix du Brésil

La saison de Formule 1 continue au Brésil ce week-end. Max Verstappen s'est imposé devant le Français Pierre Gasly. Les 5 images...

Coupe Davis - Le programme de l'équipe de France à Madrid Coupe Davis - Le programme de l'équipe de France à Madrid
TennisIl y a 3 heures

Coupe Davis : le programme de l’équipe de France à Madrid

La Coupe Davis nouvelle formule débute ce lundi à Madrid avec une belle équipe de France. Voici le programme des...

Fabio Quartararo - _Beaucoup de gens pensaient ou m'ont dit que je ne méritais pas d'être en Moto GP_ Fabio Quartararo - _Beaucoup de gens pensaient ou m'ont dit que je ne méritais pas d'être en Moto GP_
MotoIl y a 5 heures

Fabio Quartararo : « Beaucoup de gens pensaient ou m’ont dit que je ne méritais pas d’être en Moto GP »

Moto GP - Pour sa première année dans la cour des grands, Fabio Quartararo (Petronas Yamaha), 20 ans seulement, a...

Crash entre les Ferrari au Brésil - Sebastian Vettel mis en cause par Charles Leclerc Crash entre les Ferrari au Brésil - Sebastian Vettel mis en cause par Charles Leclerc
Formule 1Il y a 9 heures

Crash entre les Ferrari au Brésil : Sebastian Vettel mis en cause par Charles Leclerc

F1 - Après le crash entre les deux Ferrari de Charles Leclerc et Sebastian Vettel au Brésil, le Monégasque a...

Pierre Gasly devient le plus jeune pilote français sur un podium en F1 Pierre Gasly devient le plus jeune pilote français sur un podium en F1
Formule 1Il y a 21 heures

Pierre Gasly devient le plus jeune pilote français sur un podium en F1

F1 - Deuxième d'un Grand Prix du Brésil de déglinguos, le Normand Pierre Gasly s'est emparé d'un record alors détenu...

F1 - Max Verstappen remporte le Grand Prix du Brésil à Interlagos F1 - Max Verstappen remporte le Grand Prix du Brésil à Interlagos
Formule 1Il y a 22 heures

F1 : Max Verstappen remporte le Grand Prix du Brésil devant Pierre Gasly !

F1 - Au-dessus avec sa Red Bull tout au long du week-end, le Néerlandais Max Verstappen a enlevé le Grand...

Rugby à XIIIIl y a 22 heures

Rugby à XIII – Elite 1 : Les résultats de la 1ère journée

Le championnat de France de rugby à XIII a repris ses droits ce week-end avec un Magique Week-end, tous les...

Cyclo-cross - Mathieu van der Poel s'impose sur le Flandriencross de Hamme Cyclo-cross - Mathieu van der Poel s'impose sur le Flandriencross de Hamme
CyclismeIl y a 23 heures

Cyclo-cross : Mathieu van der Poel s’impose sur le Flandriencross de Hamme

Cyclo-cross - Vainqueur de la 4ème manche de Coupe du monde à Tabor ce samedi, Mathieu van der Poel a...

ATP Finals - Pierre-Hugues Herbert et Nicolas Mahut sacrés au Masters ATP Finals - Pierre-Hugues Herbert et Nicolas Mahut sacrés au Masters
TennisIl y a 1 jour

ATP Finals : Pierre-Hugues Herbert et Nicolas Mahut sacrés au Masters

ATP Finals - La paire française, Pierre-Hugues Herbert et Nicolas Mahut, ont remporté ce dimanche le Masters ATP à Londres....

Martin Fourcade remporte la mass start à Sjusjoen Martin Fourcade remporte la mass start à Sjusjoen
BiathlonIl y a 1 jour

Biathlon – Mass start Sjusjoen : Martin Fourcade s’impose en patron, Antonin Guigonnat 2ème

Martin Fourcade a remporté ce dimanche la mass start des sélections norvégiennes de Sjusjoen. Antonin Guigonnat est deuxième.

Advertisement

Nous rejoindre

Le Club Dicodusport

Nos débats

Nous suivre sur Facebook

Dicodusport © 2019 - Tous droits réservés