Nous suivre

Tennis

Bilan WTA 2021 : Le circuit féminin est toujours aussi ouvert et palpitant

Publié le

Bilan WTA 2021 Le circuit féminin est toujours aussi ouvert et palpitant
Photo Icon Sport

TENNIS – La saison est désormais terminée, et Dicodusport vous propose de revenir sur les grands moments de celle-ci. Coup de projecteur sur le circuit féminin, qui a connu une année palpitante. Ashleigh Barty est toujours la patronne, mais la concurrence s’est renforcée, et de nouvelles têtes ont émergé pour bousculer la hiérarchie.

La n°1 mondiale : Ashleigh Barty

L’Australienne est toujours en tête du classement, grâce à une saison solide. Elle a décroché son deuxième titre en grand chelem à Wimbledon, ainsi que deux trophées en WTA 1000, à Miami et Cincinnati. Au total, elle a remporté 5 tournois cette saison, plus que n’importe quelle autre joueuse. Néanmoins, elle a connu quelques désillusions, notamment chez elle lors de l’Open d’Australie, où elle s’était inclinée en quart de finale alors qu’elle était la grande favorite et qu’elle avait le match en main. Elle s’est également montrée décevante lors des deux autres tournois du Grand Chelem, ne dépassant pas le troisième tour. De plus, éreintée par une saison compliquée au vu de la conjoncture actuelle, elle a mis fin à sa saison après Indian Wells et a renoncé a disputer les WTA Finals, préférant rentrer chez elle. Néanmoins, elle aura eu l’occasion de se ressourcer pour revenir en force au mois de janvier, et sera de nouveau la joueuse à abattre la saison prochaine.

Les taulières du circuit

10ème mondiale en fin d’année dernière, Aryna Sabalenka est désormais solidement installée à la seconde place mondiale. La Biélorusse a montré sa régularité, avec deux demi-finales en Grand Chelem, et un titre en WTA 1000 pour la quatrième saison d’affilée. Son jeu tout en puissance a fait des ravages, et à 23 ans, elle s’annonce comme une des candidates au trône, pour peu qu’elle franchisse le pas en Grand Chelem.

Garbiñe Muguruza a finalement terminé sur le podium après une fin de saison réussie, ponctuée par un titre lors des WTA Finals. Elle a également remporté un tournoi WTA 1000, mais s’est montrée décevante en Grand Chelem, n’y dépassant pas les 8èmes de finales. Karolina Pliskova figure toujours dans le top 5 bien qu’elle n’ait gagné aucun tournoi cette saison, mais sa finale à Wimbledon ainsi que ses deux autres en WTA 1000 lui ont permis de rester en bonne place. 22ème mondiale fin 2020, Maria Sakkari a également connu une saison vierge de trophées, mais sa régularité lui a permis de grimper au 6ème rang mondial grâce à des demi-finales à Roland-Garros et à l’US Open.

Révélée au grand public par son triomphe à Roland-Garros en 2020, Iga Swiatek a confirmé son statut cette saison en étant la seule joueuse du circuit à atteindre les 8èmes de finales dans les quatre tournois du Grand Chelem, validant ainsi sa place dans le top 10. 5ème mondiale l’an dernier, Elina Svitolina a quelque peu baissé de pied cette saison, mais reste une valeur sûre du circuit, tout comme Petra Kvitova. On peut également citer le retour en grâce d’Angelique Kerber, dont la deuxième partie de saison a été excellente. Enfin, la grande perdante est certainement Simona Halep, deuxième mondiale en début d’année et convaincante en début de saison. La Roumaine a subi une blessure au mollet qui l’a mise à l’arrêt trois mois, et elle a sauvé de justesse une place dans le top 20 en fin de saison (20e).

Les révélations

Le monde du tennis a fait connaissance avec Emma Raducanu. Révélée au grand public avec un 8ème de finale à Wimbledon devant son public, la Britannique a fait sensation à l’US Open. Elle a remporté dix matchs d’affilée (tous en deux sets) pour devenir la première joueuse de l’histoire à remporter un tournoi du Grand Chelem en sortant des qualifications. Un exploit monumental qui lui assure une place dans le top 20. On peut également citer sa victime en finale à New York, la Canadienne Leylah Fernandez. L’ancienne championne junior a vu sa magnifique performance à l’US Open quelque peu dévaluée par la tornade Raducanu, mais elle a tout de même pris date pour l’année prochaine.

La Tchèque Barbora Krejcikova a elle survolé Roland-Garros, s’imposant en simple et en double, et figure désormais dans le top 10 des deux disciplines. Inconnue du grand public et sans le moindre titre WTA en début d’année, elle s’affirme désormais comme une figure de proue du circuit. Anett Kontaveit a elle terminé la saison en boulet de canon, remportant quatre titres lors des trois derniers mois, et disputant les demi-finales des WTA Finals, pour valider sa place dans le top 10, tout comme la Tunisienne Ons  Jabeur, qui a remporté plus de 45 matchs sur le circuit cette année.

L’Espagnole Paula Badosa a elle éclos tardivement, remportant le tournoi d’Indian Wells, un WTA 1000, au mois d’octobre avant de disputer la finale des WTA Finals. Elle s’est vue récompensée par une 8ème place mondiale. On notera les belles progressions de Jessica Pegula, ainsi que d’Elena Rybakina, désormais membres du top 20. Enfin, impossible de passer sous silence la saison de la Suissesse Belinda Bencic, championne olympique à Tokyo.

Les interrogations

On attend toujours de savoir si on reverra Naomi Osaka sur un court dans les prochains mois. La Japonaise avait pourtant entamé son année tambour battant, remportant son quatrième tournoi du Grand Chelem lors de l’Open d’Australie. Mais alors qu’elle a connu le grand bonheur d’être la dernière relayeuse de la flamme olympique cet été, elle a connu beaucoup de déboires extra-sportifs qui ont entaché sa saison. On ne l’a plus revue en compétition après son revers au troisième tour de l’US Open, et elle ne s’est guère exprimée depuis. A 24 ans, elle a pourtant de longues années de compétition devant elle, mais on espère que son caractère à fleur de peau ne lui jouera plus de tours à l’avenir.

Sofia Kenin était 4ème mondiale fin 2020. Seulement, elle a vécu une saison cauchemardesque, puisqu’elle a contracté le Covid-19, puis a subi une blessure au pied, ce qui fait qu’on ne l’a quasiment pas vue en compétition cette année. L’Américaine n’a que 23 ans et devrait être remise pour le début de saison. La saison de Bianca Andreescu est également décevante, puisqu’à part sa finale à Miami, la Canadienne n’a aucun résultat probant à présenter, évoluant bien loin du niveau qui lui avait permis de réaliser le doublé Open du Canada – US Open en 2019. On attend également de savoir quelle suite donnera la grande Serena Williams à sa carrière, puisqu’à 40 ans, elle vient de quitter le top 40 pour la première fois depuis une éternité, après une saison contrariée par les blessures.

La saison des Françaises

Les Tricolores ont connu une saison bien compliquée, puisqu’elle n’ont décroché aucun titre du niveau WTA 250 ou mieux. La mieux classée en fin de saison est Alizé Cornet, 59ème, avec pour meilleur résultat une finale à Chicago. Néanmoins, la joueuse de 31 ans n’a pas franchi de deuxième tour en Grand Chelem.

Au total, elle sont seulement quatre à figurer dans le top 100 en fin de saison. Pour Caroline Garcia (74ème), et Kristina Mladenovic (92ème), la situation est compliquée. Elle semblent sur la pente descendante depuis plusieurs saisons, mais possèdent toujours le niveau intrinsèque pour rester dans les 100 meilleures mondiales. Cependant, Garcia n’a pas remporté le moindre titre ou disputé la moindre finale depuis 2019, tandis que Mladenovic n’a dépassé que deux fois le deuxième tour en Grand Chelem depuis son quart de finale à Roland-Garros en 2017.

Au rayon des satisfactions, il faut saluer l’entrée de Clara Burel dans le top 100. L’ancienne n°1 mondiale junior a disputé sa première finale sur le circuit, lors du WTA 250 de Lausanne, et réalisé des performances probantes sur le circuit ITF qui lui ont permis de finir au 76ème rang. Elle a failli être imitée par Océane Dodin, qui a malheureusement terminé l’année 101ème. Cependant, la Lilloise revient progressivement au niveau qui l’avait vu atteindre le 46e rang mondial en 2017. Enfin, la révélation de la saison dernière, Fiona Ferro, a logiquement quitté le gotha puisqu’elle n’a pas répété le même niveau de performances, notamment en Grand Chelem.

Quelle saison 2022 ?

Pour la cinquième année consécutive, les quatre tournois du Grand Chelem ont été remportés par quatre joueuses différentes, preuve de la féroce concurrence qui règne sur le circuit. Compte tenu du nombre de jeunes talents en plein essor, 2022 devrait une nouvelle fois être ardemment disputée, même si Ashleigh Barty semble la principale candidate à sa propre succession. Mais au vu de son inconstance en Grand Chelem, l’Australienne fera face à une multitude de prétendantes, que ce soit parmi les membres régulières du top 10 (Sabalenka, Pliskova, Sakkari), ou les sensations de la saison dernière (Raducanu, Krejcikova, Badosa, Kontaveit). 2022 sera une saison de nouveau très ouverte, et on espère que les Françaises parviendront à tirer leur épingle du jeu.


John Stockton, Gianni Bugno, Zinedine Zidane, Steffi Graf, Frode Andresen, Stéphane Stoecklin, Davis Kamoga, Primoz Peterka, Werner Schlager et Aurélien Rougerie. Point commun entre ces sportifs? Ils m'ont fait rêver et ont bercé mon adolescence. Je suis un fondu de sports et j'essaie de retranscrire ma passion à travers mes articles. Originaire du Périgord, ma passion pour les Girondins, les Jaunards et les Jazzmen transpire dans mes écrits.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une