Nous suivre

Actualités

Top 14 : ce qu’il faut retenir de la victoire de Montpellier face à Toulouse

Flo Ostermann

Publié le

En clôture de la 5ème journée, Montpellier a explosé Toulouse (66-15). Voici ce qu’il faut retenir de la rencontre.

Avec un large turn-over, Toulouse n’a pas existé

Volonté de faire l’impasse sur ce match ou nécessité de mettre les cadres au repos, les Toulousains ont sombré sur le pelouse des Cistes. Dix changements, avec dans le XV de départ, des joueurs qui n’ont jamais ou peu participé aux joutes du Top 14 (Lebel, Tauzin, Castets, Marchand pour ne citer qu’eux). Avec peu de repères sur le terrain, ils n’ont rien pu faire face à une équipe montpelliéraine au taquet, avec le meilleur XV possible du moment. Si les jeunes loups doivent jouer, et les observateurs râlent assez pour cela, les lancer dans ce type de match n’était peut-être pas le choix le plus judicieux.

Face à un adversaire direct pour les phases finales et qui sortait d’une humiliation à Lyon, on a du mal à comprendre les choix d’Ugo Mola et son staff. Dommage pour le spectacle, car sur le papier, c’était un choc annoncé.

Du coup, Montpellier a déroulé

Forcément, les Héraultais ne se sont pas faits prier pour empiler les essais comme des perles, c’est peu de le dire. Cinq en première mi-temps (Picamoles, Ngandebe, Nadolo, Pienaar, Fall), autant lors du deuxième acte (Picamoles x3, Nadolo, Fall), les Montpelliérains ont corrigé le tir après encaissé 7 essais le week-end dernier à Lyon. Même s’il faut bien évidemment relativiser face à la faible opposition du jour, c’est une victoire à 10 essais qui fait du bien aux troupes de Vern Cotter.

Une carton rouge qui n’arrange rien

Comme si cela n’était pas assez dur à 15 contre 15, les Rouge & Noir ont vite été en infériorité numérique, la faute à un plaquage cathédrale de Piula Faasalele sur l’ailier ciste Ngandebe à la 16ème minute. Un vrai coup sur la tête pour les visiteurs qui ont totalement dévissé après cela. Malgré une timide réaction d’orgueil en début de deuxième mi-temps, les Toulousains ont bu la calice jusqu’à la lie. Pas sûr que les minots haut-garonnais aient pris du plaisir cet après-midi.

Flo Ostermann


Journaliste/Rédacteur depuis septembre 2015 - Mes premiers souvenirs dans le sport ? Les envolées du Stade Toulousain et les duels Villeneuve-Schumacher et Häkkinen-Schumacher à la fin des années 90, la Coupe du monde de football en 1998, l’exploit du XV de France face aux All Blacks en 1999, mais aussi Richard Cœur de Lion qui vole sur les montagnes du Tour de France. Bien parti pour devenir professeur d’EPS, les événements de la vie (et la flemme d’animer des séances de 3x500 mètres toute ma vie) m’ont conduit à revoir mes plans. Me voilà depuis fin 2017 sur Dicodusport, média grâce (et pour) lequel je partage ma passion : le sport dans tous ses états. Le tout accompagné par les fous furieux et folles furieuses cités sur cette page !

Clique pour commenter
S'abonner
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Fil Info

Actus à la une