Nous suivre

Top 14 2021-2022

Top 14 : En champion, le Stade Toulousain remporte le choc face à La Rochelle

Publié

le

Top 14 : En champion, le Stade Toulousain remporte le choc face à La Rochelle
Photo Icon Sport

TOP 14 – 2021-2022 – Malmené durant près d’une heure de jeu, le Stade Toulousain s’est imposé sur la pelouse de La Rochelle (16-20), lors de la 1ère journée de championnat.

Battu cinq fois par le Stade Toulousain la saison passée, dont deux fois en finale, en Champions Cup et en Top 14, le Stade Rochelais abordait cette première journée dans un esprit de revanche, face à sa bête (rouge et) noire. Pourtant, lors du premier quart d’heure, ce sont bien les Toulousains qui se montrent entreprenants. Ces derniers faisaient alors preuve de réalisme, avec deux pénalités du bourreau des Rochelais en finale de championnat en juin dernier, Thomas Ramos (3′ et 14′, 0-6). Moment choisi par les Maritimes pour sonner la charge. Après une bonne conquête en touche, Jules Favre marquait en force près des poteaux haut-garonnais, malgré le retour de Romain Ntamack. Jules Plisson transformait (18′, 7-6). Double peine pour les doubles champions de France en titre, puisque Français Cros écopait d’un carton jaune sur l’action de l’essai.

Derrière, en infériorité numérique, Toulouse tenait plutôt bon, aidé par une défense efficace (98% de plaquages réussis en première période). Pourtant, les hommes d’Ugo Mola étaient indisciplinés (8 pénalités concédées lors du premier acte) et maladroits (5 ballons tombés). Jules Plisson en profitait pour passer une nouvelle pénalité avant la pause (39′), avant que Ramos ne lui réponde (40′). À la pause, le Stade Rochelais, dominateur, menait d’un rien (10-9), face à des visiteurs qui s’en sortaient bien.

Toulouse en champion

Au retour des vestiaires, les Toulousains restaient agressifs défensivement, alors que La Rochelle gardait la main sur le ballon. Sur une nouvelle faute rouge et noire, Jules Plisson réussissait une nouvelle pénalité (46′, 13-9), puis une autre cinq minutes plus tard au terme d’une énorme séquence rochelaise, qui débouchait (seulement) sur trois nouveaux points (51′, 16-9). Avant le premier tournant du match. Excellent jusqu’ici, le deuxième ligne rochelais Will Skelton était coupable d’une percussion avec le bras au visage de Richie Arnold. Carton rouge immédiat pour l’Australien (56′), qui laissait les siens à 14 contre 15 pendant plus de 20 minutes.

Derrière, deuxième tournant du match. En infériorité numérique, La Rochelle héritait d’une pénalité à 40 mètres, quasiment dans l’axe des poteaux. Une tentative manquée par l’ancien Parisien Jules Plisson, qui aura laissé échapper neuf points au pied ce dimanche soir. Moment choisi par Romain Ntamack pour offrir un éclair de génie : sur un lancement de jeu, l’ouvreur international combine avec Lucas Tauzin et déchire le rideau rochelais, pour aller aplatir 60 mètres plus loin. Si Ramos ne transforme pas, Toulouse repasse devant (66′, 16-17).

Ramos, cette fois, passait une pénalité dans le money-time (74′, 16-20) pour enfoncer le clou. La messe était dite : le Stade Toulousain s’imposait à Deflandre pour la deuxième saison d’affilée (16-20), sa sixième victoire de rang face aux Maritimes. En champions, les Rouge & Noir démarrent la saison 2021-2022 comme ils avaient terminé la précédente, froids de réalisme et géniaux sur certaines séquences, tout en faisant le dos rond dans leurs temps faibles. En face, La Rochelle y a cru, forcément, mais échoue une nouvelle fois. Les Jaune & Noir pourront regretter les 12 points laissés au pied au cours de la rencontre (9 par Plisson, 3 par Le Bail).

À lire aussi


Journaliste/Rédacteur depuis septembre 2015 - Mes premiers souvenirs dans le sport ? Les envolées du Stade Toulousain et les duels Villeneuve-Schumacher et Häkkinen-Schumacher à la fin des années 90, la Coupe du monde de football en 1998, l’exploit du XV de France face aux All Blacks en 1999, mais aussi Richard Cœur de Lion qui vole sur les montagnes du Tour de France. Bien parti pour devenir professeur d’EPS, les événements de la vie (et la flemme d’animer des séances de 3x500 mètres toute ma vie) m’ont conduit à revoir mes plans. Me voilà depuis fin 2017 sur Dicodusport, média grâce (et pour) lequel je partage ma passion : le sport dans tous ses états. Le tout accompagné par les fous furieux et folles furieuses cités sur cette page !

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une