Nous suivre

Top 14 2022-2023

Top 14 (J6) : Bayonne surprenant, Toulon et le Stade Français tout bonus, le résumé du multiplex de 17 heures

Sébastien Gente

Publié le

Top 14 (J6) Bayonne surprenant, Toulon et le Stade Français tout bonus, le résumé du multiplex de 17 heures
Photo Icon Sport

TOP 14 2022/2023 – Tout le monde est resté maître à domicile, en particulier l’Aviron Bayonnais qui a dominé le champion d’Europe. Toulon et le Stade Français ont eu un match facile, à l’inverse du Racing.

Racing 92 26-13 Section Paloise

Victoire bonifiée obligatoire pour le Racing dans le but de respecter son tableau de marche. Mais le début de match ne laissait pas transparaître un tel objectif. Les Ciel et Blanc se sont longtemps heurtés à une défense paloise compacte. Le spectacle n’était pas au rendez-vous, et c’est sur le score de 6-3 que le Racing a conclu la première mi-temps.

La triste performance des 30 acteurs a repris de plus belle au retour des vestiaires. Il faudra attendre la 66ème minute pour voir le Racing s’envoler au score sur le premier essai en Top 14 de Christian Wade, exploitant une rare erreur paloise. Gaël Fickou trouve lui aussi la faille, laissant entrevoir la possibilité d’un bonus offensif franchement inespéré, mais un essai d’Eoghan Barrett met fin au suspense. Le Racing s’impose sans bonus, et ne se rassure pas franchement avec cette victoire.

RC Toulon 47-0 CA Brive

Le suspense n’a pas duré longtemps dans ce match déséquilibré sur le papier. Au bout d’un quart d’heure, les Brivistes savaient déjà qu’ils allaient rentrer avec les valises pleines. Waisea Nayacalevu et Gaël Dréan étaient en feu, et ont contribué à trois essais lors des 13 premières minutes. S’en est suivi un temps faible logique, les Brivistes n’ayant pas les armes pour réellement bousculer les locaux, et le score n’a pas évolué jusqu’aux citrons (21-0).

Pour leur malheur, les Brivistes ont été réduits à 14 d’entré de deuxième mi-temps. Il n’y aura donc pas de miracle pour les Corréziens, qui encaisseront quatre essais de plus sans inscrire le moindre point. Victoire bonifiée donc pour les Toulonnais, un contrat rempli par à-coups mais en toute logique. Ce genre de performance peut permettre à Toulon de viser haut cette saison.

Aviron Bayonnais 29-13 La Rochelle

Rester invaincu à domicile s’annonçait compliqué pour l’Aviron. La visite de La Rochelle, qui avait gagné six des sept derniers affrontements entre les deux équipes, n’augurait rien de bon. Et si l’on a cru que l’essai de Yoan Tanga dès la 5ème minute présageait d’une déroute des locaux, celui de Sireli Maqala trois minutes plus tard ne leur a pas laissé le temps de douter. L’élan bayonnais a fait douter les Maritimes, et le pied de Gaëtan Germain leur a donné l’avantage à la pause (13-8).

Avant le coup de massue des locaux sur une interception de Rémy Baget, qui débouche sur un coup de pied à suivre de Camille Lopez pour un essai de 80 mètres signé Germain (43ème). KO debout, La Rochelle cède à nouveau dans la minute suivante sur une boulette de Teddy Thomas qui offre un essai à Guillaume Martocq. Impressionnants, les Basques contiennent parfaitement des Rochelais sans inspiration, malgré un essai tardif de Pierre Bourgarit. Le succès de l’Aviron comptera double au moment de faire les comptes en fin de saison. La Rochelle, de son côté, rentre bredouille.

Stade Français 52-3 USA Perpignan

Visiblement, l’USAP n’avait pas coché ce match. Patrick Arlettaz avait fait tourner, et cela s’est vu dès le début de match. Le doublé de Giorgi Melikidze pour le troisième essai à fait mal aux Catalans, mais pas autant que le carton rouge de Lucas Velarte. Le tout à la 20ème minute. L’issue du match ne faisait alors aucun doute, et Sekou Macalou puis Paul Gabrillagues ont fait gonfler la note avant la pause (33-3).

La deuxième mi-temps était anecdotique, le Stade Français s’attelant à soigner son goal average. Chose faite et bien faite avec un essai de Kylan Hamdaoui et un doublé de Juan John Van der Mescht. Le Stade l’emporte finalement 52-3, 5 points qui font du bien pour des Parisiens toujours invaincus à domicile.

À lire aussi

John Stockton, Gianni Bugno, Zinedine Zidane, Steffi Graf, Frode Andresen, Stéphane Stoecklin, Davis Kamoga, Primoz Peterka, Werner Schlager et Aurélien Rougerie. Point commun entre ces sportifs? Ils m'ont fait rêver et ont bercé mon adolescence. Je suis un fondu de sports et j'essaie de retranscrire ma passion à travers mes articles. Originaire du Périgord, ma passion pour les Girondins, les Jaunards et les Jazzmen transpire dans mes écrits.

Clique pour commenter

Laisser un commentaire

Vos commentaires sont pris en compte mais ne s'affichent pas actuellement suite à un souci technique.


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *