Nous suivre

Top 14 2021-2022

Top 14 : La Rochelle confirme son renouveau en surclassant Toulon

Publié le

Top 14 La Rochelle confirme son renouveau en surclassant Toulon
Photo Icon Sport

TOP 14 2021-2022 – La Rochelle va mieux, et a confirmé son bon état de forme ce dimanche soir en écrasant Toulon 39-6, sans réellement avoir été mis en danger. Les Maritimes confirment ainsi leur remontée au classement, alors que l’état d’urgence est bel et bien décrété sur la Rade.

Avant cette journée, Toulon était dans de sales draps. Les trois matchs accordés par le président à l’entraîneur Patrice Collazo pour redresser la barre expiraient ce soir, et le RCT était avant dernier du Top 14 avant de se déplacer à La Rochelle, pour y affronter une équipe en net regain de forme après un démarrage compliqué. De plus, Toulon a été impacté par les blessures à tel point que c’est le pilier Géorgien Gigashvili qui occupait le poste de talonneur.

La Rochelle redevient intraitable à domicile

Les Rochelais confirment cet état de forme en faisant d’entrée le siège de la ligne toulonnaise, mais Kerr-Barlow, retourné, ne parvient pas à aplatir. Ce n’est que partie remise, et Jonathan Danty perfore la ligne adverse mais se fait arracher le ballon. Alors que les Toulonnais croient à l’en-avant et s’arrêtent de jouer, Ihaia West tape à suivre et va aplatir (7-0, 9ème). Collazo fulmine sur son banc, ne goûtant que peu cette nouvelle règle. Mais ses hommes ne ferment pourtant pas le jeu, relançant depuis leurs 22 mètres, et Salles passe une pénalité de 55 mètres pour ouvrir le compteur de son équipe.

Le match est rythmé, mais les deux équipes gaspillent des munitions importantes en conquête. Cependant, les Toulonnais commettent quelques fautes de main, et les Rochelais tentent d’en profiter. Sur un renvoi aux 22 joué rapidement, La Rochelle déploie une action d’envergure, et Jules Favre tape à suivre pour éliminer le dernier défenseur, mais Jérémy Sinzelle commet un en-avant au moment d’aplatir. Néanmoins, les Rochelais récupèrent le ballon grâce à leur force en mêlée, et Kerr-Barlow sert West qui feinte la passe et aplatit entre les poteaux (17-3, 32ème).  Alors qu’on pense que La Rochelle a mis la main sur le match, les Maritimes cafouillent une réception de chandelle, et Toulon déploie une offensive géante, mais Wainiqolo se voit refuser l’essai pour avoir rampé avant d’aplatir. Anthony Belleau passe néanmoins une pénalité pour maintenir son équipe dans le match à la pause (mi-temps: 17-6).

La Rochelle enfonce le clou

Le rythme retombe quelque peu au retour des vestiaires. La Rochelle joue à sa main, attendant la faute adverse. Les Toulonnais pèchent dans les phases d’affrontement, perdant plusieurs ballons consécutivement au sol. West rajoute une pénalité, avant que les avants ne décident de participer à la fête, envoyant Uini Atonio dans l’en-but suite à une pénaltouche (25-6, 56ème). Toulon n’y est plus, et Paia’Aua récolte un carton jaune pour une faute grossière sur Dulin. Sur l’action qui suit, Will Skelton rajoute un essai suite à un groupé pénétrant bien emmené par Bourgarit (32-6, 61ème).

Le bonus offensif en poche, La Rochelle gère son effectif et procède à un large turnover. Les Varois tentent d’en profiter et pilonnent la ligne d’essai adverse, mais perdent inlassablement leurs ballons dans les rucks. De plus, ils boivent le calice jusqu’à la lie puisque leur capitaine Rebbadj sort blessé, et qu’ils se voient refuser un nouvel essai à cause d’un en-avant. La fin de match n’est qu’une lente agonie pour Toulon, qui multiplie les fautes et les ballons perdus avant que l’arbitre ne mette fin à leur calvaire.

 

Victoire bonifiée pour le Stade Rochelais, qui retrouve ses standards de la saison dernière et réintègre le top 6. Le mal est profond chez les Toulonnais, et l’avenir de Patrice Collazo sera très certainement au centre des débats cette semaine sur la Rade. Les Varois étaient volontaires mais tout simplement trop limités pour espérer inquiéter les Maritimes, pour qui le soleil brille à nouveau après un début de saison raté.

À lire aussi


John Stockton, Gianni Bugno, Zinedine Zidane, Steffi Graf, Frode Andresen, Stéphane Stoecklin, Davis Kamoga, Primoz Peterka, Werner Schlager et Aurélien Rougerie. Point commun entre ces sportifs? Ils m'ont fait rêver et ont bercé mon adolescence. Je suis un fondu de sports et j'essaie de retranscrire ma passion à travers mes articles. Originaire du Périgord, ma passion pour les Girondins, les Jaunards et les Jazzmen transpire dans mes écrits.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une