Nous suivre

Top 14 2021-2022

Top 14 : Un maintien dans les cordes de l’USAP ?

Flo Ostermann

Publié le

Top 14 : Un maintien dans les cordes de l'USAP ?
Photo Icon Sport / Visuel Dicodusport

TOP 14 2021-2022 – Revoilà l’USAP ! Relégué en 2019 à l’issue d’une saison catastrophique (deux victoires en 26 matchs), le club catalan effectue donc son retour dans l’élite du rugby français, un échelon que les Perpignanais auront marqué par le passé, avec 7 titres de champion de France. Mais pour cet exercice 2021-2022, et avant de penser à pouvoir jouer les premiers rôles, les Usapistes ne devront pas se tromper d’objectif.

Les Catalans vont-ils encore faire l’ascenseur ? C’est la question que de nombreux suiveurs se posent à l’aube du début de la saison. Après un exercice régulier 2020-2021 dominé de la tête et des épaules au deuxième échelon, avec 24 victoires en 30 matchs et le titre de champion de France de Pro D2 en prime, l’USAP fait donc son retour dans l’élite, avec cette fois, le ferme intention d’y rester.

Le maintien, et rien d’autre

Forcément, comme tous les promus en Top 14, l’objectif de Perpignan pour cette saison 2021-2022 est le maintien. Mais la tâche s’annonce ardue, tant le niveau de la première division est dense. Fraîchement promu manager et en charge du secteur offensif, Patrick Arlettaz ne disait pas autre chose il y a quelques jours dans les colonnes de Midi Olympique. « On connaît l’extrême difficulté du Top 14 et du maintien. Et elle est encore plus criarde cette année je dirais même car on a l’exemple de Bayonne qui a eu deux ans pour se maintenir, qui a fait du très bon travail mais qui se retrouve en Pro D2. Ça montre à quel point c’est compliqué. On va perdre beaucoup de matchs. Il faudra rester soudé, continuer à lutter et y croire jusqu’au bout malgré les déceptions et les moments très durs. C’est à ça que l’on se prépare. Il faudra garder une cohésion de groupe pour ne pas faire comme Agen » déclare l’homme fort de la formation catalane. Et on ne peut que lui donner raison.

Staff et effectif : Un groupe solide, qui mêle expérience et jeunes pépites

Pour tenter de décrocher le maintien, les Perpignanais pourront compter sur un effectif armé pour remplir l’objectif. Mais focus dans un premier temps sur le staff. Courant juillet, le manager Christian Lanta a décidé de prendre du recul par rapport au sportif. C’est finalement Patrick Arlettaz qui a été nommé manager, tout en étant à la tête du jeu offensif. Le secteur de la défense sera toujours sous la houlette de Gérald Bastide. Trois anciens joueurs seront aussi à la manœuvre : Perry Freshwater reste à la tête des avants catalans, alors que l’emblématique David Marty sera en charge des trois-quarts. Enfin, pour sa dernière saison en tant que joueur, Damien Chouly, l’un des piliers de la remontée en Top 14, devrait apporter son aide à la touche.

Du côté des joueurs, là aussi, il y a eu du changement. Les champions de France de Pro D2 ont perdu de nombreux joueurs ayant joué un rôle prépondérant dans la montée, comme Quentin Walcker, Alban Roussel et Ben Volavola. Mais malgré tout, l’USAP pourra compter sur une grande partie de son groupe, avec des joueurs à l’état d’esprit irréprochable. Un groupe qui s’est également intelligemment renforcé. Les arrivées de l’expérimenté pilier Arthur Joly (La Rochelle), d’une paire de deuxièmes lignes évoluant en Premiership la saison passée, Tevita Cavubati (Harlequins) et Andreï Mahu (London Irish), mais aussi des Argentins Martin Landajo (demi de mêlée) et Bautista Delguy (arrière), ont de quoi donner confiance aux Catalans. Une chose est sûre, ces promus-là ont de quoi, sur le papier, obtenir une rallonge dans l’élite, et plus si affinités ?

Les joueurs à suivre : Arthur Joly et Melvyn Jaminet

À 33 ans, Arthur Joly est un joueur d’expérience. Le pilier droit, recruté à La Rochelle, est arrivé à l’USAP pour amener toute sa connaissance du Top 14. Passé par le Stade Français mais aussi Agen, celui qui a disputé 30 matchs avec les Maritimes la saison passée, dont 9 en tant que titulaire, pourra apporter tout son vécu sur le terrain, mais aussi en dehors. Une sacrée bonne pioche pour des Catalans qui auront besoin de toute sa science du haut-niveau pour réussir à décrocher le maintien.

Évidemment, comment ne pas citer Melvyn Jaminet au rang des joueurs à suivre cette saison du côté des Catalans. Auteur d’une énorme saison en Pro D2 (9 essais en 26 matchs, 294 points), l’arrière de 22 ans a été sélectionné avec le XV de France pour disputer le tournée en Australie. Et énorme cerise sur le gâteau, le natif de Hyères a disputé les trois matchs face aux Wallabies, sans même avoir disputé une seule minute en Top 14. Très bon voire excellent sur cette tournée, la révélation de la saison dernière a forcément attisé les convoitises, et notamment celles du Stade Toulousain. Mais le principal intéressé a mis les choses au clair dans les colonnes de nos confrères de L’Indépendant : « Je reste sur ce que j’ai dit : je veux confirmer ma saison en Pro D2 avec l’USAP, au plus haut niveau. Je veux aider l’USAP à se maintenir en Top 14. Ce ne sont pas des paroles en l’air. J’ai envie de reprendre l’entraînement à Perpignan, de tout donner, et d’aider le club à conserver sa place dans l’élite du rugby français ». Des paroles, il faudra désormais passer aux actes pour Jaminet. Avant de s’envoler vers d’autres horizons ?

Melvyn Jaminet, la saison de la confirmation

Melvyn Jaminet, la saison de la confirmation ? – Photo Icon Sport

Notre pronostic : Le maintien pour l’USAP

Qu’on se le dise, ce club est armé pour rester dans l’élite. Avec un staff solide et qui connaît bien la maison catalane, l’USAP peut déjà compter sur des entraîneurs qui savent ce qu’il faut faire pour perdure en Top 14. Du côté des joueurs, là aussi, les atouts sont nombreux sur le papier. Même si les Argentins Delguy, De la Fuente et Oviedo ne devraient pas jouer avec les Catalans avant cet hiver en raison du calendrier chargé des Pumas, le groupe reste sûr de sa force, mêlant expérience et jeunesse débordante d’envie de mettre le club perpignanais sur le devant de la scène. Pour nous, les Usapistes termineront entre la 10ème et la 12ème place. Suffisant pour rester en première division donc.


Journaliste/Rédacteur depuis septembre 2015 - Mes premiers souvenirs dans le sport ? Les envolées du Stade Toulousain et les duels Villeneuve-Schumacher et Häkkinen-Schumacher à la fin des années 90, la Coupe du monde de football en 1998, l’exploit du XV de France face aux All Blacks en 1999, mais aussi Richard Cœur de Lion qui vole sur les montagnes du Tour de France. Bien parti pour devenir professeur d’EPS, les événements de la vie (et la flemme d’animer des séances de 3x500 mètres toute ma vie) m’ont conduit à revoir mes plans. Me voilà depuis fin 2017 sur Dicodusport, média grâce (et pour) lequel je partage ma passion : le sport dans tous ses états. Le tout accompagné par les fous furieux et folles furieuses cités sur cette page !

Clique pour commenter
S'abonner
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Fil Info

Actus à la une