Top14 – Pro D2 : la France, l’eldorado pour les joueurs géorgiens


Depuis le début de l’ère professionnelle du rugby, le Top 14 et la Pro D2 comptent beaucoup de joueurs étrangers dans leurs rangs. Et notamment des Géorgiens.

Le rugby à XV se joue avec des avants et des arrières. A coup sûr, les clubs français ont su où aller chercher les premiers. Pas moins de 57 joueurs géorgiens sont présents à haut niveau dans le rugby français : 20 en Top 14 et 37 en Pro D2. Ce sont à 95% des piliers, des talonneurs, des deuxièmes ou troisièmes lignes, bref, des avants. Les plus célèbres d’entre eux étant le Toulonnais Mamuka Gorgodze et le Clermontois Davit Zirakashsvili.

Huit clubs sur quatorze en possèdent au moins un, en première division, avec mention spéciale pour Montpellier (5 joueurs). En deuxième division, douze clubs sur seize font appel à leurs services, avec 9 joueurs rien qu’à Aurillac.

La Géorgie a remporté le Tournoi des 6 Nations B en 2018 – Rugby.ge

Certains clubs de l’élite ont même des filières en Géorgie, à l’instar de l’ASM Clermont Auvergne qui puise dans celle-ci pour les avants et aux Fidji pour les arrières. Il n’est pas difficile de faire venir des joueurs du pays. Ce dernier, qui était encore en guerre il y a 10 ans, est en pleine reconstruction. On peut voir ce phénomène de deux manières : les Géorgiens prennent la place des avants français ou alors, les avants français progressent à leur contact.

Comment l’expliquer ? La réponse est simple : des physiques de déménageur, une grande technique dans l’art du combat, une combativité exceptionnelle, une force et une mobilité impressionnante pour des avants. D’ailleurs, Les All-Blacks se sont inspirés eux-mêmes de la mêlée de l’équipe nationale.

Cette nation de 4 millions d’habitants, coincée entre les deux Caucases, a depuis des siècles su résister à l’envahisseur. Ce qui joue sur leur tempérament. C’est dans leurs gènes, ils ne lâchent rien. Plutôt tournée vers les sports de combat (le judo et la lutte), ou de force (l’haltérophilie et les sumos), il est rare de voir la Géorgie présente au haut niveau sportif. Le tennisman Nikoloz Basilashvili reste est une belle exception (20ème à l’ATP).

Vainqueur du dernier Tournoi des 6 Nations B, la Géorgie frappe aux portes des meilleures nations européennes et sera à suivre en novembre, au Japon, pour la Coupe du monde (dans la poule D avec l’Australie, le Pays de Galles, les Fidji et l’Uruguay).

Nicolas Parthonnaud

 

 

 

 

 

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des