Nous suivre

Top 14 2021-2022

Top 14 : Le Racing 92, six ans après ?

Publié le

Top 14 - Le Racing 92, cinq ans après
Photo Icon Sport / Visuel Dicodusport

TOP 14 2021-2022 – Troisième de la saison régulière puis éliminé dans le dernier carré lors de l’exercice précédent, le Racing 92 aborde la saison avec beaucoup d’ambitions. Fort d’un effectif XXL, le club francilien, sevré de titre depuis 2016, va devoir faire preuve de constance pour espérer retrouver les sommets. Que peut-on attendre des Racingmen ?

Le Racing 92 va devoir régler quelques soucis en vue d’un printemps radieux. En effet, la saison passée, le club des Hauts-de-Seine a vu sa saison plomber par un exercice délicat sur quelques points. À commencer par des prestations à domicile parfois décevantes. Seulement huitième équipe à la maison, avec, quand même, 4 défaites en 13 matchs, les Ciel & Blanc avaient pu rectifier le tir en déplacement, en étant la première formation en nombre de points pris à l’extérieur (36), comme le Stade Toulousain. Outre les résultats bruts, c’est aussi un manque de constance qui frappé les Franciliens. Souvent dominés devant où le pack aura été souvent en difficulté, les Racingmen ont souvent payé le manque de densité physique devant. Reste désormais à gommer ces imperfections pour viser encore plus haut.

Racing 92, objectif titre

« Les compteurs sont remis à zéro, oui. L’important, c’est de basculer dès aujourd’hui vers une saison que l’on pressent, comme toujours, longue, éprouvante et disputée. Chaque année, le niveau du Top 14 monte un peu plus ». Tels sont les mots de Laurent Travers à nos confrères de Midi Olympique – Rugbyrama, à quelques jours de la reprise du Top 14. Le boss du sportif au sein du club francilien a donc tourné la page d’une saison 2020-2021 frustrante pour son équipe. Désormais, place à un exercice 2021-2022 qui doit être celui de la révolte pour le Racing 92. Sans titre depuis 2016, les Franciliens n’ont plus disputé de finale nationale depuis leur sacre, il y a 5 ans. Long, pour un club ambitieux.

Désormais, tous les feux semblent au vert pour les Ciel & Blanc. En effet, avec un effectif stable (deux arrivées seulement) et un groupe qui se connaît bien, le Racing 92 va pouvoir s’appuyer sur ses points forts, et notamment sur son attaque de feu, avec, excusez du peu, des joueurs comme Teddy Thomas, Virimi Vakatawa, Gaël Fickou, Kurtley Beale ou Donovan Taofifenua, capable d’ouvrir des brèches et de marquer à n’importe quel moment. Reste, aussi, à combler les manques de la saison passée. Le recrutement très raisonnable des Racingmen va-t-il porter ses fruits ?

Staff et effectif : La stabilité comme mot d’ordre

Avant de s’attarder sur les joueurs, il est important de noter que le staff francilien a aussi fait de la stabilité son leitmotiv. Aux côtés de Laurent Travers, Mike Prendergast (attaque), Philippe Doussy (jeu au pied et skills) et Dimitri Szarzewski (défense) ont été logiquement maintenus. Ainsi, un seul changement est à signaler : ancien entraîneur des avants de Brive, Didier Casadeï a rejoint les Hauts-de-Seine pour s’occuper du pack ciel & blanc, en lieu et place de l’Argentin Patricio Noriega. Un poil de sang neuf, dans un secteur qui manque de certitudes.

Côté joueurs, là aussi, la stabilité est de mise. Seules deux arrivées sont à noter : le deuxième ligne international Baptiste Pesenti (24 ans) a débarqué de Pau afin d’amener de la densité au pack des Racingmen. Mais l’arrivée de ce dernier risque de ne pas totalement couvrir les départs des deuxièmes lignes Donnacha Ryan (Retraite) et Dominic Bird (Hurricanes, NZL). Antonie Claassen, troisième ligne emblématique du club, a également quitté le navire francilien. Des départs importants, dans un secteur qu’il faudra pourtant booster pour faire mieux que la saison passée. À la charnier et derrière, François Trinh-Duc (UBB), Emiliano Boffelli (Edimbourg) et Simon Zebo (Munster) ont également plié bagage. L’arrivée, ou du moins le retour de Ben Volavola (USAP), ouvreur polyvalent, viendra combler les brèches. Suffisant pour tenir toute une saison ?

Les joueurs à suivre : Baptiste Pesenti et Donovan Taofifenua

Après cinq saisons à Pau et 59 matchs disputés dans l’élite, Baptiste Pesenti a donc décidé de franchir un cap en rejoignant le Racing 92. Désormais international avec le XV de France (4 sélections), le joueur de 24 ans va devoir confirmer cette saison, après avoir été l’un des révélation du Top 14 lors de l’exercice 2020-2021. Également capable d’évoluer en troisième ligne, sa densité physique et sa présence dans le combat devraient faire le plus grand bien à une équipe qui a cruellement manqué d’agressivité la saison dernière.

Autre joueur qui va devoir confirmer, Donovan Taofifenua. Révélation, également, du championnat la saison passée, l’ancien Clermontois a brillé, avec 10 essais en 21 matchs de championnat. L’ailier/arrière a du talent à revendre. Rapide, fort sur les appuis et redoutable finisseur, le joueur de 22 ans a déjà beaucoup d’assurance dans son jeu. Avec le XV de France en ligne de mire, il va devoir faire preuve de solidité pour confirmer ses exploits de l’exercice 2020-2021. Et ce sera tout benef’ pour le Racing 92.

Donovan Taofifenua

Donovan Taofifenua – Photo Icon Sport

Notre pronostic : Dans le top 3 à l’issue de la phase régulière

Troisième de la saison régulière la saison dernière, le Racing 92 espère sans doute décrocher son ticket direct pour les demi-finales. Sûr de sa force offensive, le club francilien devra se montrer beaucoup plus régulier à la maison pour ne pas se mettre en difficulté, tout en restant aussi performant en déplacement. Mais il faudra surtout trouver des solutions devant, afin que le pack ne soit plus aussi bousculé qu’en 2020-2021. Car face aux grosses écuries du Top 14, cela ne pardonnera pas. Néanmoins, pour nous, intrinsèquement, le Racing 92 s’assurera une place dans le top 3 à l’issue des 26 journées. Reste à voir à quelle place exactement.


Journaliste/Rédacteur depuis septembre 2015 - Mes premiers souvenirs dans le sport ? Les envolées du Stade Toulousain et les duels Villeneuve-Schumacher et Häkkinen-Schumacher à la fin des années 90, la Coupe du monde de football en 1998, l’exploit du XV de France face aux All Blacks en 1999, mais aussi Richard Cœur de Lion qui vole sur les montagnes du Tour de France. Bien parti pour devenir professeur d’EPS, les événements de la vie (et la flemme d’animer des séances de 3x500 mètres toute ma vie) m’ont conduit à revoir mes plans. Me voilà depuis fin 2017 sur Dicodusport, média grâce (et pour) lequel je partage ma passion : le sport dans tous ses états. Le tout accompagné par les fous furieux et folles furieuses cités sur cette page !

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une