Nous suivre

Rugby à XV

Top 14 : Toulon se reprend en battant le Racing 92

Alexandre Jeffroy

Publié

le

Top 14 - Toulon se reprend en battant le Racing 92
Photo Icon Sport

TOP 14 – 18EME JOURNEE – Après deux défaites à domicile, Toulon se reprend en s’imposant face au Racing sur le score de 25 à 21. Le retour des internationaux a été bénéfique pour le RCT. Louis Carbonel a notamment été auteur d’un cent pour cent face aux perches.

Pour le match de clôture de la 18ème journée de Top 14, le Rugby Club Toulonnais (6ème) recevait le Racing 92 (3ème). Le match débute sur un petit rythme, mais le Racing prend rapidement les choses en main. Les Racingmen jouent davantage dans le camp des Varois. Après un maul et un déboulé de Camille Chat, les Altoséquanais enchaînent les temps de jeu tout en avançant. Lancé à trois mètres de la ligne d’en-but, c’est finalement le centre Virimi Vakatawa qui parvient à marquer le premier essai du match (0-5 à la 10’).

Des mêlées refaites à répétition

Quelques minutes plus tard, Baptiste Serin dynamise le match après deux pénalités jouées rapidement. Sur la seconde pénalité, Serin met la pagaille dans la défense francilienne, puis passe le ballon à Gabin Villière. L’ailier varois résiste aux derniers défenseurs pour lancer le RCT avec un premier essai (7-5 à la 15’). Par la suite, Louis Carbonel aggrave légèrement le score en passant deux pénalités aux 21ème et à la 34ème minutes. Juste avant la pause, Teddy Iribaren lui répond sur pénalité, après deux échecs pour le demi de mêlée. A la sirène, Toulon mène donc 13 à 8.

Durant cette période, la partie a été clairement saccadée par les mêlées refaites en permanence. D’ailleurs, en plein milieu de la période, l’arbitre M. Brousset a perdu patience. Il a envoyé les deux piliers Eddy Ben Arous et Emerick Setiano sur la touche pendant dix minutes. Malgré plusieurs tentatives de mettre du rythme, les mêlées refaites à répétition ont clairement rendu cette première période ennuyante.

Un Carbonel à 100 %

Au retour des vestiaires, Louis Carbonel continue de sanctionner l’indiscipline francilienne et passe deux nouvelles pénalités (19-8 à la 50’). Cependant, le Racing réagit vite pour ne pas se laisser distancer. A la 55ème, les Racingmen bénéficient d’une mêlée sur les 5 mètres de Toulon. Jordan Joseph s’extrait de la mêlée, puis on croit qu’il va marquer. Il est finalement trop court et c’est Bernard Le Roux qui marque dans la foulée (19-15 à la 54’). Par la suite, les deux équipes se répondent par des pénalités. Maxime Machenaud en passe deux côté Racing, tout comme Louis Carbonel côté Toulon. Au final, Toulon s’impose sur le score de 25 à 21.

Après des défaites face à La Rochelle et à Bayonne, Toulon se remet la tête à l’endroit à domicile. De plus, les Toulonnais reprennent un peu de distance avec leurs principaux poursuivants. Les internationaux ont clairement fait du bien, avec des grosses performances pour Louis Carbonel (auteur d’un 7 sur 7), Baptiste Serin, Swan Rebbadj ou encore Gabin Villière. Du côté du Racing, Virimi Vakatawa aura fait un match plein mais le Racing s’est finalement incliné. Les Altoséquanais pourront notamment regretter les cinq points laissés en route par Teddy Iribaren en début de match. Néanmoins, en prenant le bonus défensif, le Racing se retrouve second, à égalité de point avec La Rochelle.

Alexandre Jeffroy


Bolt qui foudroie le record du monde du 100 mètres, les derniers essais de Dominici, les premières charges dévastatrices de Bastarocket... de beaux souvenirs pour une grande passion, celle du sport. L’histoire du sport aussi. Comprendre le rôle qu’il a eu, celui qu’il a et celui qu’il aura dans notre société. Le sport au passé, au présent, au futur. Le sport tous les jours, matin, midi et soir. A défaut d’être un grand sportif, je suis et je raconte l’actualité et l’histoire des championnes et des champions qui savent se dépasser pour accomplir des merveilles.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une

Nous suivre sur Facebook

Sondage

Peter Sagan, une bonne pioche pour la Deceuninck-Quick Step ?