Nous suivre

Rugby à XV

Top 14 : L’UBB peut-elle renverser le Stade Toulousain ?

Alexandre Jeffroy

Publié

le

TOP 14 L'UBB peut-elle renverser le Stade Toulousain
Photo Icon Sport

TOP 14 – DEMI-FINALES – Samedi soir (20h45), le Stade Toulousain et l’Union Bordeaux-Bègles s’affronteront une 4ème fois dans la saison. L’objectif ? Gagner pour jouer la finale de Top 14 au Stade de France, le week-end suivant. Toulouse part favori, fort de ses trois victoires sur l’UBB cette saison, mais la rivalité et les tensions pourraient donner un supplément d’âme à Bordeaux.

En mai dernier, ces deux équipes avaient déjà croisé le fer lors d’une demi-finale. C’était dans le cadre de la Champions Cup. Un mois et demi après, rebelote, sauf qu’il s’agit du championnat de France. Cette saison, les duels entre l’UBB et le Stade Toulousain ont même dépassé, parfois, le simple cadre des confrontations directes entre ces deux équipes.

Toulouse 3 – 0 Bordeaux

Toulousains et Bordelo-Béglais ne peuvent pas dire qu’ils ne se connaissent pas. En trois confrontations durant la saison, les deux équipes ont largement eu le temps de se jauger. En décembre dernier, l’UBB était allée se mesurer à Toulouse, sur la pelouse d’Ernest-Wallon. Ce jour-là, les Stadistes avaient été trop forts pour les Bordelais (45-23). Quatre mois après, en Champions Cup mais de nouveau en Haute-Garonne, les Toulousains avaient remporté un match éliminatoire (21-9). Cependant, les Bordelais avaient davantage relativisé leur performance. « À Toulouse, nous avions fait un match solide sans beaucoup de préparation et dans des conditions chaotiques », défend Matthieu Jalibert, ouvreur de l’UBB, dans une interview pour le Midi Olympique.

Cette fois-ci, la préparation tronquée des Bordelais avaient sûrement condamné cette équipe, qui devait faire tomber le club qui allait redevenir champion d’Europe. Enfin, la dernière confrontation remonte à deux semaines, lors de la dernière journée de Top 14. Toulouse a de nouveau battu l’UBB, mais cette fois-ci en Gironde (21-10). Néanmoins, les Bordelais, qui se savaient déjà qualifiés pour les barrages, n’ont certainement pas mis tous les ingrédients indispensables pour remporter cette rencontre. Malgré tout, l’UBB n’a toujours pas battu Toulouse cette année et doit trouver la clé pour accéder à la finale.

L’UBB doit inverser la tendance

Avec cette statistique qui donne de l’optimisme aux Toulousains, comment l’UBB peut-elle inverser la tendance ? Déjà, toutes ces défaites doivent servir à préparer cette demi-finale, comme l’explique Christophe Urios, entraineur des Bordelais. « Je pense au contraire que ces défaites nous inspirent ». Comme souvent, les outsiders ont besoin de réaliser la prestation parfaite. « Pour battre Toulouse, il faudra être exceptionnel », rajoutait le coach de l’UBB. L’efficacité sera certainement la clé pour l’UBB car ce n’est généralement pas un problème pour Toulouse.️

En effet, cette année, le Stade Toulousain marche sur l’eau. Le club a fini premier de phase régulière et a rajouté une Coupe d’Europe dans son escarcelle. Cette année, Toulouse est l’équipe à battre, notamment au moment des matchs couperets. Très peu d’observateurs voient Toulouse se prendre les pieds dans le tapis mais, au contraire, réaliser un doublé Coupe d’Europe-Championnat. D’ailleurs, les joueurs y croient et feront tout pour que cela arrive. « Viser un doublé, au regard de la rareté et de la grandeur de la chose, c’est hyper motivant », affirmait Antoine Dupont, demi de mêlée du Stade Toulousain, au sein d’une interview pour l’Équipe.

Des duels sur le banc et sur le terrain

Si les rencontres entre les deux clubs sont autant attendues cette saison, c’est parce que plusieurs rivalités sont présentes. En premier lieu, celle entre les deux coachs. En effet, ce n’est un secret pour personne, Ugo Mola et Christophe Urios ne s’apprécient pas du tout. L’entraîneur bordelais l’a même déjà fait savoir à plusieurs reprises. « Je ne parlerai pas de ce personnage. J’attends le bon moment pour dire ce que je pense. Ça va bientôt arriver », a lancé Urios, cette semaine, à propos de son homologue. Au-delà d’une brouille certainement privée, c’est aussi deux visions du jeu qui s’affrontent.

Concernant l’autre rivalité, il n’est pas question de haine, enfin pas que l’on sache, mais davantage de concurrence. En effet, les deux ouvreurs, Matthieu Jalibert et Romain Ntamack sont considérés comme les deux meilleurs joueurs français à leur poste. Entre les deux, il existe une vraie concurrence, notamment pour savoir qui doit revêtir le maillot de l’équipe de France, floqué du numéro dix. Chaque confrontation est l’occasion de voir ces deux phénomènes se tester l’un face à l’autre. Pour autant, même si leur apport est très important pour leur équipe, il ne faut pas faire fi des coéquipiers qui gravitent autour.

Des secteurs et des hommes clés

D’autres duels seront également à suivre. Déjà, à la charnière, on scrutera les prestations d’Antoine Dupont, meilleur demi de mêlée du monde, et de Maxime Lucu, une des pièces maitresses de l’UBB. De même, la conquête sera aussi un secteur important. En touche, on assistera à un beau duel de voltigeurs entre Cameron Woki et François Cros. Les deux flankers sont également en concurrence pour jouer au poste de troisième-ligne aile côté fermé chez les Bleus. Pour la mêlée, ce sera aussi intéressant d’observer le rapport de forces entre les piliers. Côté UBB, Vadim Cobilas est un réel atout dans cet exercice. Face à lui, il aura Cyril Baille, considéré comme l’un des meilleurs gauchers du monde.

Derrière, un duel de feu follet fait aussi saliver. Entre le Springbok Cheslin Kolbe et le Puma Santiago Cordero, on jouera à attrape-moi si tu peux. Les deux attaquants risquent de donner le tournis à plus d’un défenseur. Tous ces duels font donc espérer un grand match samedi. À Lille, samedi soir, les chocs seront certainement rudes. Avoir l’occasion de disputer une finale de Top 14 n’est pas donné à tout le monde et les deux équipes feront tout pour y parvenir !


Journaliste/Rédacteur depuis octobre 2020 - Bolt qui foudroie le record du monde du 100 mètres, les derniers essais de Dominici, les premières charges dévastatrices de Bastarocket... de beaux souvenirs pour une grande passion, celle du sport. L’histoire du sport aussi. Comprendre le rôle qu’il a eu, celui qu’il a et celui qu’il aura dans notre société. Le sport au passé, au présent, au futur. Le sport tous les jours, matin, midi et soir. A défaut d’être un grand sportif, je suis et je raconte l’actualité et l’histoire des championnes et des champions qui savent se dépasser pour accomplir des merveilles.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une