Nous suivre

Edito

Tour de France 2021 : Ne les appelez plus jamais France !

Publié

le

Tour de France 2021 Ne les appelez plus jamais France !
Photo Icon Sport

ÉDITO – Jour de repos, jour d’édito ! Le Tour de France 2021 a pris ses quartiers en Andorre pour se reposer. Pour Dicodusport pas de repos, voilà ce que l’on retient de cette deuxième semaine.

Une antienne juilletiste

Les Français sont-ils trop gâtés, trop exigeants ou pas assez connaisseurs ? Dans tous les cas, ils n’ont qu’une course pour étalonner une carrière réussie : le Tour de France. Comment leur en vouloir ? Pendant 40 ans, il ne se passait pas 7 ans sans qu’un Français ne remporte la plus belle course du monde. De Robic à Hinault, sept Tricolores se sont succédés sur une période aussi longue que celle qui nous sépare aujourd’hui de la dernière victoire française.

Chaque année donc revient l’antienne juilletiste : un Français est-il en mesure de gagner le Tour de France ? Parfois, cela tourne au ridicule et au fabriqué. On se souvient de magazines télévisés qui voulaient nous vendre Chavanel, Moreau ou Voeckler en jaune. D’autres ont eu davantage la tête de l’emploi mais ont joué soit de malchance, soit d’inconséquence, soit des deux. Ainsi, Virenque, Bardet ou Pinot auraient fait de beaux champions. Au milieu de ceux-là, des champions comme Jalabert ou Alaphilippe.

Mesure-t-on aujourd’hui la chance de compter parmi les coursiers français trois vainqueurs de Monuments, un champion du monde, des vainqueurs d’étape dans les Grands Tours et des maillots distinctifs en veux-tu en voilà ? Fichera-t-on un jour la paix à un coureur qui figure correctement dans une étape avec ces histoires de « jouer le général » ? L’exemple de Romain Bardet vient en tête. Si son équipe précédente n’avait pas fait une fixette sur le Tour de France, combien de courses supplémentaires aurait-il pu gagner ? Et on se prend à espérer qu’on ne refera pas le coup avec Guillaume Martin.

L’insoutenable pesanteur du Tour de France 2021

Ce brave Guillaume Martin que l’on a voulu charger du poids putatif d’un maillot jaune pour avoir accroché un jour le podium. Entre Carcassonne et Quillan, il était facile de s’enthousiasmer pour la très belle course du Normand bien sûr. Et au fond, il était justifié de le féliciter, de l’encourager. L’était-il de penser qu’il allait poser des problèmes aux patrons du peloton du Tour de France 2021 ? Un commentateur pouvait-il laisser entendre que Guillaume Martin poserait des problèmes à Tadej Pogacar ?

A Quillan, on avait seulement envie de remercier Guillaume Martin. Lui dire que le Tour de France 2021 des Français est un peu moins terne grâce à lui. Et grâce à Julian Alaphilippe, bien sûr. Lequel aussi doit sentir sur ses épaules la pesanteur des attentes de tout un pays. On voudrait de lui qu’il soit Hinault et Van Looy réunis, on ne comprend pas quand il est moins bien.

Il parait que le bonheur se reconnait au bruit qu’il fait quand il s’en va. Il nous reste quelques belles années à profiter de Français fabuleux qui courent parmi les favoris tout au long de l’année. Et à nous pour ne pas penser qu’au Tour de France.


Journaliste/rédacteur depuis mai 2018 - Dans mon sang coule à la fois le feu des penne à l'arrabiata et la glace du Grand Colombier. Amoureux des belles lettres et des Talking Heads, je supporte un club olympique. Intéressé par les relations qu'entretient le sport avec la société, je m'intéresse autant à Marc Cécillon qu'à Pep Guardiola, à Tonya Harding qu'à Philipp Roth. Enfant des 90's, on ne me fera pas croire qu'il y a eu plus beau à voir depuis Zinédine Zidane, Marco Pantani et Pete Sampras. La béchamel est une invention du diable, la Super Ligue aussi.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une