Nous suivre

Hockey sur glace

TQO Lulea : Dominatrice avec Zurich, Caroline Baldin est prête à en découdre

Maxime Cazenave

Publié le

TQO Lulea  Dominatrice avec Zurich, Caroline Baldin est prête à en découdre
Photo via Équipe de France de hockey sur glace

HOCKEY SUR GLACE – Alors que le TQO de Lulea débute d’ici quinze jours, l’équipe de France va pouvoir s’appuyer sur un dernier rempart en pleine confiance. Excellente depuis le début de saison avec Zurich, la gardienne française est dans une forme étincelante.

L’échéance se rapproche progressivement et la tension va commencer à monter. L’Équipe de France féminine n’est plus qu’à quinze jours du début de son TQO, à Lulea en Suède. Elles y affronteront alors le pays hôte, ainsi que la Slovaquie et la Corée du Sud pour essayer de décrocher leur place aux Jeux Olympiques de Pékin. Ce serait alors une première pour cette équipe. Si les Bleues ne sont pas favorites, elles pourront s’appuyer sur un dernier rempart qui est d’une étanchéité à toute épreuve en ce début de saison.

Une solidité à toute épreuve

En effet, à 28 ans, Caroline Baldin est en train de littéralement rouler sur le championnat suisse. Déjà triple championne au sein de l’excellente équipe de Zurich, la gardienne française truste ainsi en toute logique la première place du classement du championnat au sein du son club, avec déjà 9 points d’avance sur son dauphin, Lugano. En douze rencontres, le club zurichois, et après prolongations, face à ce même Lugano il y a un mois. Depuis, les victoires s’enchaînent, et après la dernière en date à Reinach (0-4), Baldin et ses coéquipières en sont donc à huit succès de rang.



Titulaire indiscutable, la gardienne bleue joue un rôle déterminant dans cette réussite. Si son équipe ne possède que la deuxième attaque du championnat (50 inscrits contre 56 pour Lugano), elle peut en revanche s’appuyer sur la meilleure défense (14 buts encaissés). Devant le filet durant dix des douze rencontres disputées, Caroline Baldin réalise ainsi un véritable chantier. A l’exception de la défaite face à Lugano où elle en a concédés cinq, elle n’a ainsi jamais laissé passer plus d’un but par rencontre !



Si elle laisse régulièrement la place à Alisha Berger lorsque le score est déjà bien à l’avantage de son équipe, sa performance reste exceptionnelle puisqu’elle concède seulement 1,18 but par match en moyenne. Dans tout le championnat, seule Sofia Dechristoforis fait mieux (1,14), mais avec seulement six matchs joués. Depuis son arrivée au club en 2015, seule sa saison 2016-2017 avait été de meilleure facture, alors qu’elle encaissait à peine plus d’un but en moyenne (1,04).

YouTube video

Un « club des cinq » venu de Suisse qui  fait le boulot

D’ici le prochain rassemblement des Bleues, Caroline Baldin va encore avoir le temps de frustrer les attaques adverses. Entre deux rencontres face à Thurgau ce mercredi soir et le 5 novembre prochain, Zurich va également affronter Thoune, puis Lugano. La gardienne française compte donc prolonger cette série pour arriver en équipe de France avec un capital maximal. Elle y retrouvera alors plusieurs coéquipières contre lesquelles elle a déjà évolué puisque quatre autres joueuses garnissent les rosters des six autres équipes engagées : Gwendoline Gendarme et Marie-Pierre Pélissou (Neuchâtel), Betty Jouanny (Thoune) et Caroline Lambert (Thurgau).

Toutes s’illustrent et réalisent de bonne saisons à l’image de Betty Jouanny (9e avec 15 points) et Marie-Pierre Pélissou (13e avec 9 points). Les deux internationales françaises sont ainsi chacune les meilleures pointeuses de leurs équipes respectives. Avec une gardienne qui ne laisse plus passer aucun puck, le club des cinq venus de Suisse aura un rôle prépondérant à jouer à Lulea.

Journaliste/Rédacteur depuis 2012 - Bercé par l’amour des Girondins de Bordeaux, les échecs de Christophe Moreau sur le Tour de France sous l'ère Lance Armstrong et le fade-away létal de Dirk Nowitzki, ma passion dévorante pour le sport a toujours été un pan incontournable de ma vie. Transmettre ma passion à l’écrit a été une transition naturelle. Suiveur assidu de basket et de hockey sur glace, je garde toujours un peu de place pour suivre le cyclisme, le football et le maximum de performances françaises.

Clique pour commenter

Laisser un commentaire

Vos commentaires sont pris en compte mais ne s'affichent pas actuellement suite à un souci technique.


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *