Nous suivre

Hockey sur glace

TQO Lulea : Les Bleues font la passe de deux face à la Slovaquie

Publié le

Hockey - TQO Lulea Les Bleues font la passe de deux face à la Slovaquie
Photo Icon Sport

TQO LULEAMoins de 48h après s’être défaite de la Corée du Sud, l’équipe de France a rempli sa mission en battant la Slovaquie, 3-1. Dominatrices durant 50 minutes derrière une Estelle Duvin inarrêtable, elles ont su faire le dos rond dans les dix dernières minutes pour l’emporter. Ce dimanche à 19h, les filles de Grégory Tarlé joueront leur qualification olympique face à la Suède.

Moins de 48h après sa première victoire dans le TQO de Lulea face à la Corée du Sud, l’équipe de France faisait face à une toute autre adversité ce samedi. En effet, c’est cette fois la Slovaquie qui se mettait sur le chemin entre les Bleues et Pékin. Battues dans la difficultés par la Suède, les Slovaques sont plus qu’un simple poil à gratter, et la moindre erreur n’était pas permise face à une équipe solide défensivement.

Estelle Duvin lance une nouvelle fois les hostilités

D’entrée, les Bleues se mettent en confiance avec leur première ligne et la première occasion intervient pour Marion Allemoz au bout de quelques secondes. Bien lancées, elles vont se lancer parfaitement puisqu’au bout 87 secondes, Estelle Duvin fait le tour de la zone offensive avant de déclencher un lancé en pleine lucarne (1-0, 2e) ! Comme face à la Corée du Sud, elles sont appliquées et très sérieuses, ne laissant aucune opportunité à leur adversaire dans les premières minutes. Les occasions se multiplient à l’image d’une double tentative de Jade Barbirati et d’Anouck Bouché. Toutefois, l’intensité déployée va se payer rapidement par une pénalité à l’encontre de Marie-Pierre Pélissou. Cela permet à la Slovaquie de reprendre provisoirement confiance, mais sans apporter un réel danger sur les cages de Caroline Baldin.

Les Françaises poursuivent leurs efforts et se procurent des occasions à l’image d’Athena Locatelli, et surtout de Julia Mesplède, qui frappe la barre ! Leur domination provoque des pénalités slovaques, ce qui offre 4 minutes de supériorité quasi consécutives. Après un court moment difficile où elles ne parviennent pas à se dégager, Chloé Aurard remet les siennes dans le sens de la marche en se procurant une énorme double occasion qui oblige Nikola Zimkova à sortir deux gros arrêts. Le tour de cage, c’est la clé de ce premier tiers excellent. La défense slovaque n’est pas parvenue à s’adapter, se faisant constamment ouvrir par la vitesse des attaquantes françaises. La Slovaquie peut s’estimer heureuse de revenir au vestiaire avec un déficit de seulement un but malgré l’avalanche de tirs (13).

En maîtrise, les Bleues résistent et font le break

Toutefois, rien n’est joué, et la Slovaquie montre d’autres intentions, se procurant de belles occasions rapidement. Caroline Baldin veille au grain, et l’attaque va se montrer efficace suite à un premier lancé de Chloé Aurard. Lucia Istocyova s’emmêle les pinceaux, ce qui permet à Gwendoline Gendarme de récupérer le palet, et d’ajuster la gardienne slovaque (2-0, 23e) ! Le break est fait. Malgré leurs efforts, les joueuses de l’Est prennent un coup sur la caboche. Lorsqu’elles se procurent une énorme occasion malgré la maîtrise française, elles se font pénaliser dans la foulée, et offrent une troisième supériorité aux Tricolores. Plutôt brouillon jusqu’alors, ce Powerplay va se passer intégralement en zone offensive et Lore Baudrit passe tout près de tuer le match à deux reprises.

Les Bleues reprennent le contrôle total de la partie. Déjà première buteuse, Estelle Duvin s’amuse avec la défense slovaque en faisant valoir sa technique, ce qui permet de créer d’énormes brèches. A l’image de la victoire de la veille face à la Corée, les Bleues imposent leur rythme et épuisent des Slovaques constamment en retard dans les duels, et totalement étouffées par l’intensité mise par les Françaises sur les forecheck. Toutefois, le danger est encore réel. Romana Kosecka vient le rappeler en donnant l’occasion à Caroline Baldin de briller sur un tir puissant face au filet avant que Léa Villiot ne réalise un énorme sauvetage dans la foulée. Les Bleues font bloc et résistent jusqu’à la sirène malgré une belle poussée adverse à la fin d’une période lors de laquelle la Slovaquie a eu le plus de tirs (11 à 8).

En infériorité, Lore Baudrit annihile les espoirs slovaques

Ce ne sera finalement qu’une péripétie puisque sur l’engagement, le palet est envoyé vers le but slovaque. Grande mais aussi très rapide, Lore Baudrit dépasse sa vis-à-vis et se montre létale face au filet pour tuer la rencontre, en infériorité s’il vous plaît (3-0, 51e) ! KO debout, les Slovaques tentent un baroud d’honneur derrière une Cupkova qui est à l’origine de la plupart des actions de son équipe. Les Bleues sont en souffrance, et se remettent de nouveau à la faute. Si Caroline Baldin sort une énorme parade, elle ne peut en revanche rien face au tir de pénalité transformé par l’inévitable Nicol Cupkova (3-1, 54e).

Les Bleues sont en souffrance, et privées de Chloé Aurard, touchée à la jambe après avoir bloqué un lancé adverse puissant. Heureusement, le temps est un allié précieux. Pourtant, les dernières minutes vont être du même acabit face à une Slovaquie qui n’a plus rien à perdre, et qui accule alors les Françaises dans leur zone défensive. Si elles enchaînent les tentatives, cela manque de précision pour tromper une Caroline Baldin une nouvelle fois d’une grande efficacité.

Dominatrices durant la quasi intégralité de la rencontre, les Bleues l’emportent finalement sur le score de 3-1 en toute logique. Les dix dernières minutes auront été compliquées en raison de l’indiscipline, mais le but inscrit en désavantage numérique par Lore Baudrit aura permis de créer un écart conséquent, ne permettant jamais aux Slovaques de revenir à hauteur. Après deux rencontres, les Bleues ont fait le boulot, et s’offrent la finale tant attendue face à la Suède. Ce dimanche à 19h, il faudra maintenant sortir l’exploit pour obtenir une première qualification olympique.

Journaliste/Rédacteur depuis 2012 - Bercé par l’amour des Girondins de Bordeaux, les échecs de Christophe Moreau sur le Tour de France sous l'ère Lance Armstrong et le fade-away létal de Dirk Nowitzki, ma passion dévorante pour le sport a toujours été un pan incontournable de ma vie. Transmettre ma passion à l’écrit a été une transition naturelle. Suiveur assidu de basket et de hockey sur glace, je garde toujours un peu de place pour suivre le cyclisme, le football et le maximum de performances françaises.

Clique pour commenter
S'abonner
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Fil Info

Actus à la une