Nous suivre

Basket-ball

TQP Basket Fauteuil : Les Bleus qualifiés pour les Jeux Paralympiques

Maxime Cazenave

Publié le

TQP Basket Fauteuil : Les Bleus qualifiés pour les Jeux Paralympiques
Photo FFHandisport

TQP DE BASKET FAUTEUIL – Ce lundi, l’Équipe de France a décroché son ticket pour les Jeux Paralympiques en s’imposant face au Maroc, 87-60. Auteurs d’un sans-faute à Antibes (4 victoires – 0 défaite), les Bleus mettent au passage un terme à vingt ans d’absence sur la plus grande scène mondiale.

Ils étaient en mission, et cette dernière a été réussie en tous points. À seulement quelques mois des Jeux Paralympiques, l’Équipe de France de basket fauteuil jouait son va-tout ce week-end du côté d’Antibes lors d’un Tournoi de Qualification Paralympique (TQP). À domicile, à Antibes, les Tricolores disposaient d’une ultime chance pour intégrer l’évènement. Au terme de quatre jours aboutis, cela est désormais chose faite suite à une ultime victoire face au Maroc ce lundi soir.

Une phase de poules parfaitement gérée

Avant d’en arriver là, les Tricolores ont réalisé un parcours parfait dès la phase de poules. En ouverture vendredi, Nicolas Jouanserre (28 points) a régalé pour porter les siens vers un succès étriqué face à l’Iran (63-62). Après être passés proches de la correctionnelle, ils ont rectifié le tir dès le samedi en dominant sans trembler le Canada (61-55). Enfin, le dernier obstacle était le plus grand dimanche.

Il fallait alors faire face aux Pays-Bas, leur bourreau lors des quarts de finale des derniers championnats d’Europe en août dernier. Avec la volonté de prendre leur revanche, les hommes de Franck Bornerand ont livré un match référence pour répondre à la grosse performance de la star néerlandaise Mendel Op Den Orth (23 points, 9 rebonds). En tête à la pause, les Bleus auront placé une deuxième accélération en cours de seconde période avant de gérer leur avantage face à une ultime tentative de retour tardive de leurs adversaires. Dans un match étriqué, ils l’emportent finalement 48-43, signant au passage une performance référence.

Le Maroc ne fait pas le poids, les Bleus foncent vers Paris 2024

Solide leader de sa poule, l’Équipe de France avait fait le boulot pour s’offrir un match couperet décisif. En effet, les huit équipes disséminées au sein des deux poules de quatre s’affrontaient en fonction de leur position au classement. Les Tricolores ont donc joué leur qualification face au Maroc, petit poucet de ce TQP. Ce dernier sortait de trois lourdes défaites face à la Colombie (-23), l’Allemagne (-35) et l’Italie (-38). L’issue ne faisait donc aucun doute, mais les Bleus ont tout de même mis un point d’honneur à terminer sérieusement cette belle semaine sur les bords de la Méditerranée.

D’entrée, les Bleus ont fait étalage de leur supériorité, portés par un Nicolas Jouanserre en mission. Le patron de l’équipe réalise un premier quart-temps de folie en claquant 15 points, dont un buzzer beater derrière l’arc. Résultat, l’écart est déjà abyssal au bout de dix minutes de jeu, 25-10. Tout en contrôle, les Bleus ont porté l’écart à +23 à la pause pour finalement l’emporter logiquement 87-60. Une dernière victoire qui vient sceller un TQP parfaitement maîtrisé. Aux côtés de l’Allemagne, du Canada et des Pays-Bas, l’équipe de France fait partie du quatuor qui rejoint les États-Unis, l’Espagne, la Grande-Bretagne et l’Australie. Huit équipes qui tenteront de succéder aux États-Unis, doubles champions paralympiques en titre.

Pour les Bleus, il s’agit déjà là d’une grande victoire. En effet, la sélection tricolore dispose d’un beau palmarès avec un titre olympique (1984) pour un total de quatre médailles. Toutefois, ce succès commence à dater puisque la dernière breloque remonte à 1992 (bronze). Pire, depuis 2004 et les Jeux d’Athènes, le basket fauteuil masculin était absent des quatre dernières éditions. À domicile, avec le vent en poupe, et une confiance de plus en plus grande, les Bleus auront les dents longues !

Journaliste/Rédacteur depuis 2012 - Bercé par l’amour des Girondins de Bordeaux, les échecs de Christophe Moreau sur le Tour de France sous l'ère Lance Armstrong et le fade-away létal de Dirk Nowitzki, ma passion dévorante pour le sport a toujours été un pan incontournable de ma vie. Transmettre ma passion à l’écrit a été une transition naturelle. Suiveur assidu de basket et de hockey sur glace, je garde toujours un peu de place pour suivre le cyclisme, le football et le maximum de performances françaises.

Clique pour commenter

Laisser un commentaire

Vos commentaires sont pris en compte mais ne s'affichent pas actuellement suite à un souci technique.


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *