Nous suivre

Tennis

US Open 2019 : Bianca Andreescu s’impose face à Serena Williams !

Avatar

Publié

le

Darren Carroll/USTA

Au terme d’une finale globalement maîtrisée, Bianca Andreescu a remporté son premier titre du Grand Chelem à l’US Open en s’imposant 6-3 7-5 face à Serena Williams.

Impressionnante. La Canadienne Bianca Andreescu a peut-être sorti son meilleur match du tournoi pour venir à bout de la championne américaine. 178e mondiale en début de saison et alors qu’elle n’avait pas passé les qualifications l’année dernière, elle inscrit son nom au tableau des vainqueurs. Il y a tout juste un mois, elle s’imposait face à cette même Serena Williams qui avait dû abandonner en raison d’une douleur au dos alors qu’elle était menée 3-1.

Une détermination sans faille

La pression ? Connait pas. Bianca Andreescu n’a pas eu froid aux yeux et n’a pas fait preuve de complexe face à Serena Williams, six fois vainqueur à l’US Open. Elle est très bien rentrée dans sa finale et face à une Américaine qui faisait beaucoup trop de fautes (33 au total contre 17 pour Andreescu), elle a réalisé le break d’entrée. Très agressive, elle a su réaliser des coups gagnants dès qu’elle avait une ouverture. Elle a facilement remporté le premier set 6-3. Serena Williams a réalisé 8 double fautes, souvent à des moments clés du match comme pour le gain du premier set et le début du second. Une nouvelle fois, la Canadienne a breaké d’entrée et si, aidée par le filet l’Américaine a débreaké pour revenir à 2-1, elle a perdu son service derrière. En difficulté au service (44%), Serena Williams était méconnaissable quand en face, Andreescu jouait à merveille. La Canadienne déroulait et menait 6-3 5-1 pour s’offrir son premier titre en Grand Chelem.

L’orgueil de la championne ?

Oui mais Serena Williams n’avait pas dit son dernier mot. Toujours en quête de son fameux 24e titre en Grand Chelem et après trois échecs depuis son retour de maternité, elle ne comptait pas se laisser faire aussi facilement. Était-ce l’énergie du désespoir ? Toujours est-il qu’elle a opéré une folle remontée qui a commencé après un retour gagnant sur la première balle de match d’Andreescu. Elle a remporté un long échange de 12 coups et fait courir son adversaire pour revenir à 5-2. Totalement libérée et plus à l’aise sur son service, elle a rapidement remporté sa mise en jeu. Le public a commencé à mettre un peu plus la pression sur la Canadienne qui devait subir les ovations des spectateurs sur chacune de ses fautes directes, qui devenaient plus nombreuses. Alors qu’elle a semblé sereine tout au long du match, elle a multiplié les fautes directes, et Serena Williams, plus agressive reprenait le contrôle du match, pour le plus grand plaisir de Spike Lee, debout comme l’ensemble du public américain pour sa championne. À 5-4, le mari de Serena Williams était totalement transcendé tout comme les spectateurs améicains. Elle-même semblait ne pas en revenir. Mais les choses ont recommencé à se compliquer pour elle et c’est avec difficulté qu’elle a remporté sa mise en jeu pour égaliser à 5-5.

Une victoire bien méritée

Passées ces quelques minutes de folie, Andreescu a repris le contrôle. Au moment d’aller chercher un nouveau break pour tenter d’arracher un troisième set, Williams a semblé plus tendue. On n’aura finalement vu la Serena Williams qu’on connait que lorsqu’elle était dos au mur. Le reste du temps, elle était (beaucoup) trop tendue et pas assez combative. La Canadienne s’impose finalement 6-3 7-5.

Une année 2019 de folie

Tout a commencé à Auckland en fin d’année dernière. Elle a atteint la finale, après être passée par les qualifications, battue par Julia Görges qui était sur une belle série de victoires. Selon elle, le déclic a été à Indian Wells où elle s’est imposée face à Kerber. En raison d’une blessure à l’épaule gauche, elle avait du déclarer forfait au deuxième tour de Roland-Garros et avait raté la saison sur gazon. Cet été, elle s’est imposée à Toronto en battant notamment Kasatkina, Bertens, Karolina Pliskova et Kenin. En finale, elle menait face à Serena Williams avant que celle-ci ne doive abandonner. Comme Osaka l’année dernière, elle a donc remporté Indian Wells et l’US Open.

Partie pour rester ?

Depuis la fin de domination de Serena Williams, aucune joueuse ne s’impose réellement comme a pu le faire l’Américaine. Halep bien sûr est restée 64 semaines numéro un mondiale de 2017 à 2019 et a enfin débloqué son compteur en Grand Chelem mais il y a également eu des victoires suivies de trous d’air comme avec Ostapenko et Stephens. Qu’en sera-t-il avec la Canadienne ? La jeune joueuse de 19 ans a prouvé qu’il faudrait compter sur elle dans les prochaines années. Elle est la première joueuse née dans les années 2000 à remporter un tournoi du Grand Chelem. Elle est également la 11e joueuse à s’imposer sur les 16 derniers majeurs disputés. À suivre…


Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Tennis

Marion Bartoli dénonce (encore) les inégalités dans le tennis

Nico

Publié

le

Par

Getty Images

TENNIS – Sur les ondes de RMC, Marion Bartoli a de nouveau évoqué le sujet des inégalités dans le tennis. Quelques jours après que Roger Federer ait été désigné le sportif le mieux payé du monde, la lauréate de Wimbledon en 2013 tire la sonnette d’alarme.

Il y a quelques jours, Marion Bartoli avait déjà donné un avis tranché sur les inégalités de revenus dans le tennis. Invitée du talk-show « Match Point » sur la plate-forme Tennis Majors, l’Auvergnate avait tiré à boulets rouges sur les compétition de double. Sur RMC Sport, elle a tenu à éclaircir sa prise de position.

Il y a beaucoup de personnes qui ont mal interprété mes propos. On a eu une réflexion globale à partir de la vidéo diffusée par Inès Ibbou et de ses difficultés. Et on a voulu comprendre comment essayer de répartir mieux le prize money.

« Le 150ème mondial n’arrive pas à vivre de son sport »

Marion Bartoli utilise l’actualité pour étayer son propos. La native du Puy-en-Velay prend ainsi en exemple le fait que Roger Federer soit pour la première fois en tête du classement des sportifs les mieux rémunérés.

Ma réflexion globale c’est de voir que Roger Federer est le sportif le mieux payé à 100 millions de dollars et le 150e mondial n’arrive pas à vivre de son sport.

Ces inégalités ne sont pas nouvelles dans le monde du tennis. De nombreux joueurs et joueuses classés au-delà de la 100ème place ont déjà évoqué leurs difficultés financières sur les circuits ATP et WTA. La crise de la Covid-19 a laissé ces joueurs sans ressources et a relancé le débat sur la répartition des gains dans le monde la petite balle jaune.

Dicodusport


Lire la suite

Histoire

[Vidéo] En 2000, Mary Pierce remportait Roland-Garros

Nico

Publié

le

Par

AFP

TENNIS – En 2000, Mary Pierce atteignait le sommet de sa carrière avec sa victoire à Roland-Garros face à Conchita Martinez.

Avant d’atteindre le Graal, Mary Pierce réalise alors un parcours magnifique. Après avoir éliminé Monica Seles en quarts de finale puis Martina Hingis en demi-finale, la Française n’a besoin que de deux sets pour venir à bout de l’Espagnole Conchita Martinez en finale (6-2, 7-5).

Cinq ans après l’Open d’Australie, la native de Montréal glanait alors son deuxième Grand Chelem. Elle reste, à ce jour, la dernière tenniswoman tricolore à s’être imposée sur l’ocre parisien.

Dicodusport


Lire la suite

Histoire

Les matchs de légende de Roland-Garros (3/3) : le sacre d’André Agassi en 1999

JMPPMJ

Publié

le

Par

AP

Remis pour le moment au mois de septembre, le tournoi de Roland-Garros est une victime collatérale de la crise de la Covid-19. L’occasion de se replonger dans les matchs qui ont enflammé l’ocre parisien. Aujourd’hui, la victoire d’André Agassi en 1999.

Loup blanc

Il aura fallu qu’André Agassi devienne moins fort, moins attendu et moins regardé pour qu’il gagne enfin à Roland-Garros. En 1990 et 1991, à force d’être comme le loup blanc et de détonner dans le très smart univers du tennis mondial, le Kid de Las Vegas n’y arrivait pas. Pourtant, la terre battue parisienne convenait admirablement à son jeu. Prendre la balle montante, courir et faire courir, couper les trajectoires et imprimer tous les effets possibles à la balle. Tout ça, le double A savait le faire mieux que quiconque.

Mais voilà, André Agassi n’y arrive pas. En 1990, face à Andres Gomez, il avait pourtant eu l’occasion d’ouvrir son compteur en Grand Chelem. Archi favori, il perd en 4 sets. La faute à un moral en mousse et des cheveux à l’avenant. La veille de la finale, la perruque de l’Américain se désagrège. Force épingles et aiguilles lui seront nécessaires et fatales. Il ne pensera qu’à une chose pendant la finale :  « pourvu qu’elle ne tombe pas ».

Chou blanc

En 1991, Agassi bisse. Plus de problème de cheveux cette fois, mais toujours ce mental défaillant. Alors que le public et les médias ne lui accordent pas les faveurs qu’il réclame, il voit ses concurrents de la nouvelle vague américaine enquiller les tournois du Grand Chelem. Chang et Sampras d’abord. Courier ensuite, à Roland-Garros justement en 1991. En 5 sets et alors qu’il l’avait battu l’année précédente en demi-finale, André Agassi assiste au sacre du derniers de ses challengers compatriotes. Lui continue de perdre un match capital sur finale de Grand Chelem. La troisième en l’occurrence.

En 1999, à Roland-Garros, Agassi arrive avec un statut étrange d’éternel outsider doublé d’une légende du tennis. Wimbledon, US Open, Melbourne, Masters, Jeux Olympiques, Coupe Davis, il a tout gagné. Tout ? Non justement puisqu’un village d’ocre lui résiste encore et toujours et l’empêche, comme Pete Sampras, de réaliser le Grand Chelem en carrière. Roland-Garros lui résiste, il est pourtant toujours placé. En 1998, il s’était arrêté en demi-finale.

« Tout est dans l’image »

Rien ne s’annonce donc plus compliqué pour lui que d’entrer encore un peu plus dans l’histoire du sport. Surtout que la concurrence sur terre ne manque pas. Carlos Moya, Sergi Bruguera, Gustavo Kuerten, ou même Alberto Berasategui et Franco Squilarri font partie des nouveaux épouvantails de la surface qu’il s’agira de vaincre. Squilarri, il en fait son affaire dans un premier tour réputé piégeux. Il lui faudra 4 sets. Arnaud Clément, Chris Woodruff s’en vont, il demeure. Non sans mal puisque le Français le poussera à jouer cinq manches, remontant 2 sets à rien.

En huitième de finale, voilà le gros morceau Carlos Moya. Vainqueur l’année précédente, l’Espagnol est archi favori. André Agassi est pour beaucoup un cheval de retour, qui plus est maudit à Paris. Le doute, le scepticisme qu’il suscite, André Agassi adore ça. Qu’on ne le prenne pas au sérieux, il en l’habitude. Ses shorts roses ou sa pub pour Nikon (« Tout est dans l’image ») le décrédibilisaient ? Tant mieux. Ça ne l’a pas empêché d’être avec Pete Sampras le meilleur de sa génération. L’Américain dispose de Moya en 4 sets, élimine Flippini, puis Hrbaty en 2 jours et rejoint Andreï Medvedev et la finale.

L’Ukrainien est la surprise du chef d’un tournoi de Roland-Garros qui n’en manque jamais. Une demie surprise disons puisque le sosie d’Agassi, à 13 centimètres près, avait déjà fait ses gammes sur terre battue en remportant Monte-Carlo et trois fois Hambourg, du temps où il était encore une levée du Masters. En 1999, l’Ukrainien est tout de même dans le creux d’une vague qui ne le submergera pas complètement. Retombé au-delà la 100e place mondiale, il aura dû pour atteindre la finale venir à bout successivement de Pescariu, Sampras (excusez du peu), Black, Di Pasquale, Kuerten (excusez encore du peu, et en 3 sets) et Meligeni.

Agassi, libre dans sa tête

La finale commence. On se demande ce qu’André Agassi va bien encore trouver pour perdre une finale qui lui tend les oreilles. On va rapidement le savoir. Paumer les deux premiers sets, propre et net. 6/1-6/2. Medvedev déroule et joue son jeu à la perfection. André Agassi est crispé sur sa raquette. La troisième manche est plus tendue. Agassi entre dans le match. 4/4, l’Ukrainien obtient une balle de break pour mener 5/4 service à suivre. Autant dire une occasion en or. Il advient ce qui, jusqu’à présent, n’était jamais advenu à Roland. André Agassi respire un bon coup, fait le vide. Agassi puise dans des ressources mentales insoupçonnées et renverse le match. 5/4, 6/4 bientôt. Il recolle et s’envole. Quatrième set 6/3, le dernier 6/4, jeu set et match AA.

Le 6 juin 1999, André Agassi devient le premier joueur de l’histoire à remporter les quatre Grands Chelems sur quatre surfaces différentes. C’était avant que les trois meilleurs joueurs de l’histoire s’en mêlent. A la fin du tournoi, André Agassi se plie au protocole et assiste à la soirée de gala. Il n’a pas tellement eu à se faire prier. Tant qu’il y a de l’alcool quelque part, l’Américain est partant, surtout à l’époque. Plus encore, il est sûr d’y retrouver la joueuse qui a remporté le tournoi en même temps que lui et qui avait réussi le Grand Chelem 10 ans avant lui. Pour elle, c’était sur une année, en 1988.

Elle s’appelle Steffi Graff et quelques semaines après, elle officialisera sa relation avec l’impétrant. Well done Dédé.

Pour revoir les meilleurs moments de cette finale, c’est ici.

JMPPMJ


Lire la suite

Histoire

Les matchs de légende de Roland-Garros (2/3) : la finale McEnroe-Lendl

JMPPMJ

Publié

le

Par

AFP

Remis pour le moment au mois de septembre, le tournoi de Roland-Garros est une victime collatérale de la crise du Covid-19. L’occasion de se replonger dans les matchs qui ont enflammé l’ocre parisien. Aujourd’hui, la finale entre John McEnroe et Ivan Lendl en 1984.

Comme toute confrontation en tête-à-tête, le tennis a besoin de se trouver des gendarmes et des voleurs, des cow-boys et des indiens, des gentils et des méchants. C’était particulièrement le cas dans le tennis des années 1980. Pas encore passé au tamis de l’argent de la télévision et des sponsors. Il pouvait s’offrir le luxe de voir s’affronter cet après-midi de juin 1984 de vraies personnalités. Et les deux qui s’affrontent cet après-midi de 1984 n’en manquent pas.

I.Robot

John McEnroe le feu, Ivan Lendl la glace, tout a été dit. Les deux hommes ne font pas l’unanimité ni sur le circuit, ni auprès du public. L’Américain est respecté pour son jeu léché, l’un des plus esthétiques jamais vu à l’époque. Mais il agace proportionnellement pour son comportement, ses colères contre arbitres, spectateurs, joueurs et globalement contre tous ceux qui se mettent en travers de son chemin. Tout le contraire d’Ivan Lendl qui lui ne moufte pas. Mais à force de ne rien exprimer, agace lui aussi, ainsi que son jeu robotisé.

Finalement, la faveur initiale du public serait plutôt du côté du Tchécoslovaque. Le public du Chatrier a toujours eu un faible pour les outsiders et la réputation de looser de Lendl l’émouvrait presque. Et de fait, le début de partie lui donne raison. L’Américain joue son jeu à la perfection et Lendl semble une fois de plus tétanisé par l’enjeu. Il semble bien parti pour une cinquième finale de Grand Chelem sans victoire. Résultat : 6/3-6/2 pour « Big Mac » qui ne transige pas sur le style. Adepte d’une filière courte, l’Américain n’adapte pas ou peu son jeu à la surface parisienne.

Menu « Big » McEnroe et « Chicken » Lendl

Dans la 3e manche, John McEnroe mène 3 jeux à 1. Les spectateurs du Philippe-Chatrier pensent qu’ils seront rentrés pour l’École des Fans. Est-ce l’idée de voir Jacques Martin décerner des notes à des enfants chanteurs sous l’œil bienveillant et amusé de Carlos qui l’a travaillé ? Reste qu’à cet instant précis du match, Ivan Lendl va apprendre à gagner.

Avant, le Tchécoslovaque aurait reculé, cédé. Il aurait mis moins d’intensité et aurait voulu assurer ses coups, cédant du temps et de l’espace à son adversaire. Il aurait perdu. Cette fois-ci, Ivan Lendl met plus de lourdeur dans ses frappes, il accélère. Et ça John McEnroe ne l’attendait pas de « Chicken ». Il s’agace, il flanche. Ça n’était pas son plan. De quoi le déconcentrer, le faire vriller et le sortir de son match.

Le rallye de France

Des occasions de tuer la partie, John McEnroe en a eu. Mais il n’a pas su, il n’a pas pu. A contrario, Ivan Lendl n’en manque aucune ou presque. Il anticipe chaque montée, chaque volée de l’Américain. Il a compris que le New-Yorkais ne varierait pas son jeu. Alors Lendl le fait jouer, lui impose des rallyes qui ne peuvent qu’être défavorables à McEnroe. 2 sets à 1. 2 sets partout. 3 sets à 2. Jeu, set et match, Ivan Lendl. Le public parisien tient sa revanche. Il avait une dent contre le natif du Queens qui n’avait cessé de râler en demi-finale contre Connors.

Le looser du circuit se transforme en machine à gagner qui soulèvera bientôt 7 autres Grands Chelems. McEnroe n’entrera jamais dans le cercle des vainqueurs de tous les GC. Une page d’histoire.

JMPPMJ


Lire la suite

Histoire

Les matchs de légende de Roland-Garros (1/3) : Federer – Djokovic 2011

JMPPMJ

Publié

le

Par

AFP

Remis pour le moment au mois de septembre, le tournoi de Roland-Garros est une victime collatérale de la crise de la Covid-19. L’occasion de se replonger dans les matchs qui ont enflammé l’ocre parisien. Aujourd’hui, la demi-finale de 2011 entre Roger Federer et Novak Djokovic.

On pense souvent que le tennis est une affaire d’œil et de bras. Il arrive aussi pourtant qu’il soit affaire d’oreille. Le 3 juin 2011, sur le court central Philippe-Chatrier, le tennis était alors histoire de bruits et de sons.

Le bruit des hourras

Le bruit du public d’abord qui accueille dans son arène les deux combattants du jour. Une ferveur à tout rompre que vient encourager le goût du sang et le nom des deux concernés.

D’un côté Novak Djokovic, 2e mondial, favori, 42 victoires d’affilée et assuré d’être numéro 1 à l’ATP s’il atteint la finale. Il y rejoindrait Rafael Nadal qui vient de disposer d’Andy Murray sèchement 6/4-7/5-6/4. Il sait que s’il bat sa majesté helvète, enchaînant ainsi une inédite 43ème victoire à la suite, jamais le Majorquin n’aurait jusqu’alors rencontré plus féroce adversité en finale de son tournoi de Roland-Garros. De l’autre, Roger Federer, légende vivante aux 16 tournois du Grand Chelem et 17 Masters-1000 et idole de tout un peuple du tennis. Les hourras iraient plutôt vers le Suisse, pour l’Histoire. Aussi parce que le public français est par tradition acquis aux outsiders et aux esthètes.

La mélodie des balles

Le son ensuite des balles qui sortent des raquettes des deux protagonistes. Un son clair, sibyllin, un son sans équivoque : les points sont parfaits. Pas ou presque pas d’échanges moyens, la balle est frappée avec force et détermination, sans aucune hésitation en plein cœur du tamis. C’est un concerto pour raquettes et balles jaunes joué prestissimo. Les coups droits croisés répondent aux revers long de ligne ; les aces ponctuent la partition. C’est la mélodie du bonheur. Le public est extatique, il en redemande, encourage et bisse.

Harmonie pour les pieds à Roland-Garros

Harmoniquement, ce n’est pas mal non plus. L’intensité des courses fait entendre le pas cadencé et parfaitement en rythme. On entend le moindre pas d’allègement, la plus petite glissade, tous les placements d’ajustement. Il s’agit de n’être jamais en retard, toujours bien placé, le plus solidement ancré possible pour remettre avec la même lourdeur et la même précision les missiles, les notes ou les balles – on ne sait plus, que l’adversaire renvoie inlassablement.

On pourrait être saoulé de tant de notes, de tant de points, de tant de beauté. Tout le monde est ivre de chaque replacement, de la moindre montée au filet, de chaque poing serré. On entendra à peine Roger Federer quand il aura fini de dominer Novak Djokovic en 3 heures et 39 minutes 7/6, 6/3, 3/6, 7/6 tant la ferveur de la foule du Chatrier est grande pour remercier les deux hommes de la symphonie offerte. La joie est contenue, il sait que l’homme qui vient de déposer les armes à ses pieds, comme Jack Butler pose la guitare aux pieds d’Eugène Martone, est un autre immense soliste.

Un mois plus tard, Novak Djokovic deviendra bien numéro 1 mondial à Wimbledon, c’était une question de temps. Roger Federer aura entre temps perdu une nouvelle finale à Roland-Garros contre Rafael Nadal. On pense alors qu’il ne gagnera pas de sitôt de Grand Chelem vu le niveau de ses deux concurrents et son âge. On se trompait. Tant mieux.

Pour revoir les meilleurs moments du match :

JMPPMJ


Lire la suite

Fil Info

SkiIl y a 12 heures

Ski freeride : Hugo Hoff est décédé

CARNET NOIR - Ce dimanche, Le Dauphiné Libéré nous apprend le décès de Hugo Hoff, jeune freerider de 21 ans....

QuizIl y a 14 heures

Quiz : Êtes-vous incollable sur Alexis Pinturault ?

QUIZ – Chaque jour, testez-vous sur un(e) grand(e) sportif(-ve) tricolore. Aujourd’hui, place à Alexis Pinturault, le taulier du ski alpin...

TennisIl y a 14 heures

Marion Bartoli dénonce (encore) les inégalités dans le tennis

TENNIS - Sur les ondes de RMC, Marion Bartoli a de nouveau évoqué le sujet des inégalités dans le tennis....

MultisportsIl y a 15 heures

La semaine de la planète sport vue par les réseaux sociaux #20

Les réseaux sociaux, et notamment Twitter, sont des endroits où les sportifs peuvent s’exprimer librement. Si certains ont des équipes...

Formule 1Il y a 16 heures

Formule 1 : L’évolution du nombre de victoires par constructeur de 1950 à 2019

FORMULE 1 - Grâce à la chaîne Youtube Sport Lab, découvrez l'évolution du nombre de Grand Prix remportés par les...

Rugby à XVIl y a 18 heures

Top 14 – XV type de la saison 2019-2020 : Élisez le meilleur troisième ligne centre

RUGBY - Le 21 mai dernier, Dicodusport lançait sa consultation concernant l'élection du XV type de Top 14 version 2019/2020....

CyclismeIl y a 19 heures

Quiz cyclisme : Retrouvez les 20 premiers au général du Tour de France 2015

QUIZ CYCLISME - Le Tour de France 2014 a vu disparaître rapidement Chris Froome et Alberto Contador, les deux grands...

Formule 1Il y a 20 heures

Lewis Hamilton en colère contre le monde de la F1

FORMULE 1 - Lewis Hamilton (Mercedes) est remonté contre les acteurs de son sport et l'a fait savoir sur son...

MMAIl y a 21 heures

UFC : Jon Jones rend son titre

MMA - Jon Jones et l'UFC, c'est terminé pour le moment. Le champion américain de 32 ans rend sa ceinture...

Rugby à XVIl y a 22 heures

Bernard Laporte, Christophe Dominici et Damien Traille favorables à un calendrier commun

RUGBY - Invités sur RTL ce dimanche soir, Bernard Laporte, Christophe Dominici et Damien Traille ont déclaré être favorables à...

Advertisement

Nous rejoindre

Le Club Dicodusport

Nous suivre sur Facebook

Dicodusport © 2020 - Tous droits réservés