Nous suivre

Tennis

US Open 2020 femmes : les affiches des quarts de finale

Publié le

Pete Staples/USTA

Deuxième semaine et dernière ligne droite à New York. On connait désormais les huit joueuses qui disputeront les quarts de finale de l’US Open 2020.

Pironkova vs S.Williams : Mercredi 9 septembre à 18h

Face à face : 0-4

Surprenante Pironkova ! On attendait Madison Keys, mais ça sera Tsvetana Pironkova ! La belle histoire continue pour la Bulgare de 32 ans. Il faut savoir qu’avant cet US Open, Pironkova n’avait plus joué sur le circuit depuis plus de trois ans et son deuxième tour à Wimbledon 2017. Durant ce temps, elle a donné naissance à son fils et fondé une marque de vêtements. Et depuis, elle s’éclate ! Victoires face à Samsonova, Muguruza (tête de série n°10) et Vekic (tête de série n°18) et tout cela sans perdre de set ! Elle surprend tout le monde, à commencer par elle-même : “Je ne vais pas le cacher, je ne m’attendais pas à ce que mon premier tournoi soit aussi bon et à jouer si bien. Je prends ! C’est pour ça que je suis revenue, pour ces matches, pour ces grandes scènes”. La compétition lui manquait et comme elle peut jouer 12 tournois avec son ancien classement (123e) dont deux tournois du Grand Chelem, elle a sauté sur l’occasion.

Elle « profite » également de la crise du coronavirus qui lui a permis d’entrer directement dans le tableau. Alizé Cornet sera finalement celle qui lui aura donné le plus de fil à retordre. La Française a en effet fait preuve d’une combativité exceptionnelle ne lâchant rien même au pied du mur et renvoyant toutes les balles mais elle a commis trop d’erreurs en fin de match. Huitième de finale haut en couleurs avec 8 breaks dans la deuxième manche qui aurait pu basculer du côté de la Bulgare à de nombreuses reprises. Et même si elle a fait face à une Alizé Cornet coriace, Pironkova a su accélérer dans les moments importants et a très bien distribué en fond de court. À l’US Open son meilleur résultat est un huitième de finale mais elle a déjà joué une demie à Wimbledon en 2010.

Serena Williams va jouer le 53e quart de finale de sa carrière en Grand Chelem, égalant la grande Navratilova. Mais ça n’a pas été un long fleuve tranquille. Après s’être imposée face à Ahn et Gasparyan, elle a eu deux matchs en trois sets face à Sloane Stephens et Maria Sakkari. Si face à Stephens après la perte du premier set, elle a dominé les débats, face à Sakkari, l’issue aurait pu être toute autre. On a failli avoir un remake de leur huitième à Cincinnati lors duquel elle était en bonne posture pour remporter le match avant de perdre la deuxième manche au tie-break et d’exploser (7-5 6-7[5] 6-1). À New York, elle a remporté la première manche 6-3. Les deux joueuses tenant bien leur service, la deuxième manche était indécise. L’Américaine a sauvé 4 balles de set dont 2 dans le tie-break mais elle a tout de même perdu la manche. Sakkari regonflée à bloc, a réalisé le break d’entrée dans le dernier set et on la pensait partie pour ne rien lâcher. Mais Williams a réussi à effacer ce break. Elle a réalisé le break au meilleur moment pour mener 5-3 et finalement remporter la manche 6-3. Sakkari a bien sauvé une balle de match avec un retour agressif mais elle aura manqué trop d’occasions dans les moments-clés pour s’imposer cette fois. Serena Williams a dû puiser dans ses ressources pour l’emporter. Si elle aura bien besoin de repos pour être d’attaque en quart, cette victoire difficile, face à une adversaire qui l’avait battue récemment, peut lui faire du bien mentalement.

Pironkova joue totalement libérée et cela lui réussit bien jusqu’à présent ! Les victoires de Williams face à Pironkova datent de 2007, 2011, 2014 et 2015. Une éternité pour ces joueuses qui ont connu bien des changements depuis. Elles ont laissé des forces en huitièmes et celle qui sera mieux remise pourrait l’emporter.

Azarenka vs Mertens : Jeudi 10 septembre à 1h

Victoria Azarenka (n°27) est de retour en quart de finale de Grand Chelem après celui disputé en 2016 en Australie. La double lauréate de l’Open d’Australie était allée en finale de l’US Open les mêmes années (2012 et 2013), à chaque fois battue par Serena Williams. Cette année, elle n’a pas perdu un set face à Haas, la tête de série n°5 Sabalenka et Swiatek. Son huitième face à Muchova (n°26) était son premier gros test. Elle a remporté le match 5-7 6-1 6-4, non sans mal. Car Muchova s’est montrée très dangereuse et a rapidement pris les devants. Mais la Biélorusse a sorti les coups gagnants qu’il fallait et fait moins de fautes directes pour remporter le deuxième set. Muchova a reçu un traitement médical pour sa jambe gauche et même s’il était évident qu’elle souffrait et qu’elle était amoindrie, elle n’a pas voulu abandonner. C’est elle qui s’est d’abord montrée la plus agressive. Forcément elle frappait fort pour abréger les efforts et elle a obligé Azarenka à trouver les angles et taper encore plus fort. Vainqueur à Cincinnati, c’est une 9e victoire d’affilée pour la Biélorusse.

En face, c’est un sacré morceau qui se présente. La jeune Belge de 24 ans confirme années après années et est de plus en plus régulière. Elise Mertens arrivait confiante à New York après une finale à Prague face à Halep et une demi-finale face à Osaka à Cincinnati. Elle a profité du confinement pour progresser notamment au niveau de la vitesse et de la puissance. Elle n’a pas perdu un set depuis le début du tournoi face à Siegemund, Sorribes Tormo, McNally et Kenin. Elle a créé la surprise en éliminant la lauréate de l’Open d’Australie en deux petits sets 6-3 6-3. Elle a appris de ses défaites précédentes face à l’Américaine et s’est montrée solide au service, en retour, dans l’échange… bref, elle a été supérieure à Kenin dans tous les compartiments du jeu. Comme l’année dernière, elle jouera donc un quart de finale à Flushing Meadows. Avec une issue différente ?

Premier face à face entre ces deux joueuses. Elise Mertens semble sur un nuage et a montré un jeu impressionnant depuis plusieurs semaines. Tout comme « Vika » qui semble avoir retrouvé son niveau d’antan et capable de battre les meilleures.

Brady vs Putintseva : Mardi 8 septembre à 18h

Face à face : 0-2

On attendait Karolina Pliskova, c’est finalement Jennifer Brady qui se retrouve en quarts de finale. Pour la première fois en Grand Chelem. Son meilleur résultat à New York était un huitième perdu face à Karolina Pliskova en 2017. En début d’année elle a eu des bons résultats avec un quart de finale à Brisbane et une demie à Dubai, à chaque fois en jouant les qualifications et en ayant battu au passage Barty, Svitolina et Muguruza. Elle est en confiance puisqu’elle s’est imposée à Lexington sans perdre le moindre set début août, même si elle n’a pas réussi à enchaîner à Cincinnati. À New York non plus la joueuse de 25 ans n’a pas perdu de set face à Blinkova, Bellis, Garcia et Kerber. 25 coups gagnants face à 17 pour Kerber, Brady a déroulé dans le premier set, remporté 6-1. Une douleur à l’adducteur gauche a quelque peu déréglé la machine mais l’Américaine s’est tout de même imposée 6-1 6-4.

De son côté, Yulia Putintseva s’est imposée face à Montgomery, Lapko, Sasnovich et Martic. Après un premier set maîtrisé (6-3) face à la tête de série n°8, elle a baissé de régime et laissé échapper la deuxième manche 2-6. À l’issue de celle-ci, elle a fait appel au médecin pour son dos. La Kazakh a ensuite largement mené 5-1 dans la dernière manche mais n’a pas pu conclure. Elle a perdu son service une fois mais n’a pas tremblé sur son jeu de service suivant pour finalement s’imposer 6-3 2-6 6-4. C’est son premier quart de finale à New York, son meilleur résultat étant un 3e tour l’année dernière face à Vekic. Mais elle a déjà disputé deux quarts à Roland-Garros en 2016 et 2018 face à Serena Williams et Madison Keys. Vaincra-t-elle le signe indien face à une autre Américaine ?

Bien que Putintseva soit mieux classée et qu’elle ait remporté leurs deux confrontations précédentes (Roland-Garros et Washington 2018), sur cette semaine, Brady semble au-dessus, si sa cuisse tient.

Osaka vs Rogers : Mercredi 9 septembre à 1h

Face à face : 0-3

Naomi Osaka fait partie des favorites à la victoire finale et jusqu’à présent, elle a tenu son rang. Doi, Giorgi, Kostyuk puis Kontaveit, aucune joueuse n’est parvenue à faire tomber la double lauréate de Grand Chelem. Si Kostyuk lui a donné du fil à retordre au troisième tour, la Japonaise a fait respecter le classement. Elle n’a pas eu trop de mal pour se défaire de Kontaveit et retrouver les quarts de finale. Après sa victoire en 2018, elle avait été éliminée l’année dernière par Bencic en huitièmes.

Shelby Rogers a déjoué les pronostics en sortant Kvitova en huitièmes de finale. Avant son huitième, elle n’avait pas perdu un set et avait battu la tête de série n°11 Rybakina au deuxième tour. Ses autres victimes sont Khromacheva et sa compatriote Brengle. Pour son retour après la pause forcée, elle a été éliminée en demi-finale à Lexington et dès le deuxième tour des qualifications de Cincinnati, à chaque fois par la Suissesse Jil Teichmann. Jusqu’à présent, son meilleur résultat à l’US Open était un troisième tour en 2017 face à Svitolina. Elle a déjà atteint les quarts à Roland-Garros en 2016, battue par Muguruza. À la même époque l’année dernière, elle pointait pas loin de la 300e place. Les choses ont bien changé puisqu’en août elle a fait son retour dans le top 100 (93e) et qu’elle est pour l’instant assurée de gagner au moins 48 places. À Lexington elle a battu Serena Williams et a réalisé une semaine convaincante à New York. Son match face à Kvitova s’est joué sur des détails mais elle a su se montrer agressive quand il fallait. Malgré la perte de la deuxième manche et alors que la Tchèque était sur une bonne dynamique, elle a réalisé le break dès le début du dernier set. Et même si Kvitova est parvenue à débreaker, elle n’a rien lâché. La Tchèque a eu 4 balles de matchs dont 1 sur son service mais l’Américaine s’est accrochée. Et elle ne s’est pas fait prier sur sa première balle de match.

Rogers a montré un jeu très intéressant et peut embêter Osaka. La Japonaise devra faire attention et ne pas donner l’occasion à son adversaire de prendre confiance. Les trois victoires de Rogers face à Osaka datent de 2013 (Lexington), 2016 (Osprey) et 2017 (Charleston), Osaka a changé de dimension depuis.

Arlette


Journaliste/rédactrice depuis septembre 2015 - Supportrice de Chelsea, mes sports de prédilection sont le handball, l'athlétisme et le tennis. Si je tweete plus vite que mon ombre, vous pouvez aussi me retrouver les week-ends sur les playgrounds de Bruxelles pour un petit foot ou basket entre potes. Parcourir la France, l'Europe et plus si affinités pour suivre mes sportifs préférés ? Mon kif ! Et c'est avec plaisir que je partage les résultats des sports populaires mais également plus confidentiels pour Dicodusport.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une