Nous suivre

Football

USA et Canada : le football nord-américain s’éveille enfin

Gregory Caffort

Publié

le

USA et Canada : le football nord-américain s'éveille enfin
Photos Getty Images

FOOTBALL – Longtemps annoncé prometteur, le football d’Amérique du nord a dû mal à se mettre au niveau ces dernières années. Hormis le Mexique, les USA et le Canada n’ont que très peu brillé au niveau international. Mais 2026 approche et la donne est, semble-t-il, en train de changer.

En 2018, les USA échouaient à se qualifier pour le Mondial russe, une première depuis 1982. De son côté, le Canada n’a pas connu les joutes d’une Coupe du monde depuis 1986. Mais depuis, une nouvelle génération de joueurs débarque en Europe et s’y impose, ce qui pourrait changer la donne au niveau international. Les deux sélections vont tenter de se qualifier pour le Mondial 2022 au Qatar.

Mais la véritable échéance reste 2026 où les deux nations organiseront un Mondial, conjointement avec le Mexique. Si les USA auront des ambitions, le Canada part de très loin avec comme dernier résultat international intéressant, une demi-finale de Gold Cup en 2007. Mais l’essor de la MLS et des franchises canadiennes fait petit à petit progresser le niveau et l’effectif peut aujourd’hui rivaliser avec les sélections d’Amérique centrale.

Une génération dorée aux USA

Le Mondial qatari va servir de rampe d’essai à la nouvelle génération des États-Unis. Une génération prometteuse dont beaucoup d’éléments épatent en Europe. Le grand objectif du pays est d’être compétitif pour 2026 et pourquoi pas, se battre pour le titre mondial à domicile. Les Yankees, pris en main par Gregg Berhalter après le fiasco de 2018, s’appuient déjà sur des jeunes expérimentés. Christian Pulisic, milieu offensif de Chelsea, est le chef de file de cette génération qui compte également sur Weston McKennie qui vient de s’imposer au sein de la grande Juventus Turin, après de belles saisons à Schalke 04. La Bundesliga attire pas mal de jeunes Américains qui s’épanouissent rapidement en Allemagne.

C’est le cas de Giovanni Reyna, qui joue avec le Borussia Dortmund et de Tyler Adams, qui évolue à Leipzig qui sont des cadres aujourd’hui de la sélection. D’autres joueurs ont convaincu plus au sud, en Espagne. Le Barça compte dans ses rangs  le latéral droit Sergiño Dest et l’ailier très prometteur de 19 ans Konrad de la Fuente alors que Valence compte de plus en plus sur le très jeune joueur de 18 ans, Yunus Musah. D’autres joueurs jouent régulièrement en Europe. C’est aussi le cas de Timothy Weah, fils de Georges, qui est né aux USA et représente sa sélection nationale. Le joueur de Lille fait aussi partie de cette génération qui n’a pas hésité à partir en Europe très jeune. Mais les États-Unis ne comptent pas uniquement sur les joueurs du Vieux-Continent mais également sur les talents les plus prometteurs de MLS. Là aussi, le niveau est monté d’un cran et les plus jeunes disputent aujourd’hui un championnat crédible.

Le Canada à la croisée des chemins

Le Canada a lui, après l’échec pour la qualification en 2018, confié les rênes de sa sélection au sélectionneur de son équipe féminine, en nommant l’Anglais John Herdman. Et depuis 2 ans, le niveau canadien semble s’élever. Comme pour les USA, de jeunes joueurs éclosent en Europe, tandis que les joueurs canadiens sont légion en MLS. Avec 3 franchises dans ce championnat et le premier titre canadien en 2017 avec Toronto, une nouvelle page semble s’écrire. Le quart de finale lors de la Gold Cup 2019 a lui aussi suscité quelques espoirs malgré la défaite face à Haïti.

Côté joueurs, le pays s’appuie désormais sur ses stars, Jonathan David, attaquant recruté à prix d’or par le LOSC et surtout la star montante du Bayern, Alphonso Davies. Avec ce duo, d’autres jeunes se montrent comme Liam Millar qui joue à Liverpool, Cyle Larin qui joue lui en Belgique à Zulte Waregem ou encore Stephen Eustaquio depuis 2020 au Paços de Ferreira et ancien international espoir portugais. D’autres poussent la porte, notamment dans le championnat national canadien, qui lui aussi se développe et forme des joueurs qui atterriront en MLS ou en Europe. Dernier espoir en date, le défenseur de l’Impact Montréal Zachary Brault-Guillard. Passé par Lyon, il a percé au Canada, d’abord dans le championnat national puis en MLS.

La campagne de qualifications du Canada sera intéressante à suivre, il faudra voir s’il est capable de se qualifier pour ce Mondial, ce qui donnerait un coup de fouet énorme à la fédération avant 2026. Cette répétition générale pourrait être conclue par une qualification qui serait un sacré bonus pour préparer la compétition à domicile quatre ans plus tard.

Si les signes encourageants sont perceptibles dans chacune des deux sélections, les USA sont clairement en avance et viseront une performance dès la Coupe du monde 2022, avant d’avoir de vraies ambitions en 2026. Pour le Canada, une qualification serait historique et montrerait les signes prometteurs entrevus ces dernières années. La Gold Cup 2021 sera également à suivre afin de voir évoluer tout ce beau monde. L’essor de la MLS, qui continue de se développer et de former des jeunes toujours plus talentueux, doit permettre à ces deux sélections de voir plus haut. Ajoutez cela aux joueurs qui s’imposent en Europe, ce cocktail détonnant pourrait réserver des surprises dans 5 petites années.


Après une carrière de près de 13 ans dans le secteur bancaire, ma passion pour le sport m'a rattrapé. C'est tout naturellement que j'ai accepté de me joindre à l'aventure Dicodusport avec l'idée de faire grandir ce média consacré aux sports du plus connu au plus confidentiel.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une

Nous suivre sur Facebook

Sondage

Peter Sagan, une bonne pioche pour la Deceuninck-Quick Step ?