Nous suivre

Actualités

Le VCMB, un club bien décidé à s’ancrer dans l’élite du volley féminin

Mathieu Veillon

Publié le

VCMB

Focus aujourd’hui sur un nouveau venu dans l’élite du volley féminin : le Volley Club de Marcq-en-Baroeul (VCMB), un club ambitieux qui compte bien s’installer durablement en Ligue A !

L’euphorie de la montée est encore présente à Marcq-en-Baroeul, une commune située dans la métropole lilloise, suite à la saison exceptionnelle des « Louves » l’an dernier : les joueuses du Volley Club de Marcq-en-Baroeul ont remporté 26 victoires en 28 matchs, playoffs inclus, ce qui leur a permis de monter en Ligue A, la première division féminine française, en compagnie du club de Mougins.

C’est d’ailleurs le seul club, parmi les 14 équipes présentes dans le championnat, à être situé au Nord de Paris, et c’est donc l’occasion de décortiquer cette Ligue A, dominée par le Sud de la France :

  • 7 clubs sont situés dans le plein Sud de la France : Cannes, Beziers, Saint-Raphael, Venelles, Le Cannet, France Avenir 2024 (Toulouse) et donc Mougins.
  • 2 équipes à l’Ouest : Quimper, Nantes
  • 2 équipes à l’Est : Nancy et Mulhouse
  • Chamalières est une équipe située en périphérie de Clermont-Ferrand, en plein centre de la France.
  • Le Saint-Cloud Paris Stade Français représente la capitale, avec une salle voisine du Parc des Princes et de Jean-Bouin.
  • Et donc le VCMB, dont la salle réside à Marcq-en-Baroeul, à quelques kilomètres de Lille.

Le VCMB, un club ambitieux !

VCMB

Vincent Joly, le président du VCMB

« On veut jouer la Coupe d’Europe dans 3-4 ans, et on va s’en donner les moyens » Vincent Joly, président du VCMB

Au sein du club marcquois, le mot « maintien » est à proscrire quand on s’adresse au président ou à l’entraîneur : s’asseoir dans la pérennité en Ligue A, tel est l’objectif premier du VCMB pour les prochaines saisons, et pourquoi pas jouer une Coupe d’Europe dans plusieurs saisons si tout se passe bien.

Pour cela, il faut d’abord selon son président Vincent Joly que le club s’inscrive dans l’apprentissage de la Ligue A, pour apprendre comment se structurer et se professionnaliser davantage. L’équipe administrative du club s’est ainsi renforcée de plusieurs membres lors de l’été, et de nouvelles joueuses ont été recrutées dont certaines venant de championnats étrangers.


Une équipe du VCMB redoutable sur le plan sportif

VCMB

Kim Nowak (France), Zoila La Rosa Cajo (Pérou), Jenna Potts (USA), Clarivett Yllescas (Pérou) et Kristina Yordanska (Bulgarie) : le VCMB, un club international.

Avec 26 victoires en 28 matchs l’an dernier, les joueuses du VCMB ont dominé le championnat Elite féminine. Après deux matchs de Ligue A cette saison, elles ont accroché Nantes et le Stade Français en emmenant ces deux équipes au tie-break, mais ont finalement cédé dans le money-time (défaite 3 sets à 2 sur chacun des deux matchs). Le club marcquois s’appuie néanmoins sur un effectif solide, composé de joueuses déjà au club l’an dernier et de nouvelles recrues :

La brésilienne Alessandra Guerra Franco sera encore une fois la capitaine cette saison, et amènera son expérience au groupe tout comme Laëtitia Moma Bassoko, internationale camerounaise qui a déjà joué deux fois les Mondiaux et une fois les Jeux Olympiques avec sa sélection. La centrale bulgare Kristina Yordanska et la réceptionneuse/attaquante Kim Nowak sont elles aussi au club depuis plusieurs années et ont participé à l’éclosion du club marcquois.

Le VCMB, c’est aussi une belle armada péruvienne : Zoila La Rosa Cajo, la première péruvienne arrivée à Marcq, est une des meilleures passeuses de l’équipe et a été rejointe l’an dernier par Vanessa Palacios, un relais important du coach sur le terrain et leader de la défense, qui entamera donc sa deuxième saison au club. La dernière péruvienne arrivée, c’est tout simplement la capitaine de l’équipe du Pérou Clarivett Yllescas, qui jouera pour la première fois de sa carrière en Europe.

Au rayon des recrues, Jenna Potts, centrale américaine, est arrivée en provenance du club de Stuttgart. Safiatou Zongo, réceptionneuse attaquante qui jouait à Evreux l’an dernier, apportera son expérience de la Ligue A, elle qui entamera sa 6ème saison d’affilée dans l’élite.

Un mot aussi sur les jeunes pousses du club : Maëlle Lefebvre, 18 ans, vivra sa première saison dans le monde professionnel avec le VCMB, et sera accompagnée par Lara Juricic, 17 ans, qui connait bien le groupe puisqu’elle s’entraîne depuis 3 ans maintenant avec les pros.


Le mot du coach pour cette saison

Thibaut Gosselin - VCMB

Thibaut Gosselin entame sa 3ème année en tant que coach du VCMB – Photo : marcqvolley.com

Quel sera le style de jeu du club cette saison ?

Par rapport aux autres équipes de Ligue A, on a pas fait le choix d’avoir 6 joueuses titulaires et des remplaçantes, on veut vraiment un groupe de 11 joueuses polyvalentes. Chaque joueuse doit pouvoir jouer sur un ou deux postes et toujours savoir apporter quelque chose à l’équipe. Notre style sera vraiment axé sur la polyvalence, et on voudra jouer chaque match à fond pour grappiller un maximum de points cette saison et se maintenir facilement.

Comment s’est fait le recrutement des nouvelles joueuses cette saison ?

On a une cellule de recrutement, équilibrée entre l’aspect sportif et financier. En général je propose des joueuses qui m’intéressent et après on voit ce qui est possible de faire, notamment en contactant les joueuses et leurs agents. C’est d’ailleurs aussi ces derniers qui proposent leurs joueuses en fonction des profils que l’on recherche, et c’est comme cela notamment que l’on a recruté Jenna (Potts n.d.l.r)

Qu’est ce qui ferait vraiment passer un nouveau palier au club ?

Pour l’instant, ça serait de s’inscrire dans la durée en Ligue A : quand on démarre la saison, on est dans l’optique de savoir si on va se maintenir. Une équipe qu’on a joué comme Paris, elle ne pose pas cette question mais plutôt va se demander comment être dans les 5 premières équipes en fin de saison.

D’ailleurs, on perd 3-2 contre cette équipe en ayant eu l’opportunité de gagner 3-0 ou 3-1, et il y a deux manières de voir les choses : soit du point de vue du promu, en se disant qu’un point contre une équipe du haut de tableau c’est bien, soit on se dit qu’on a perdu deux points. Le prochain cap à passer il est donc mental, en se disant justement que cette défaite c’est deux points de perdus et pas un point de pris.

Quel impact la montée du club en Ligue A peut-il avoir sur le volley de haut niveau dans la Région ?

Dans tous les Hauts-de-France il y a seulement un club de haut niveau féminin, le VCMB, et un club de haut niveau masculin, Tourcoing. On est séparés de 20 minutes seulement mais on travaille ensemble en partageant les infrastructures : on va par exemple faire notre travail de musculation chez eux, et ils peuvent venir s’entraîner chez nous en cas de problème. Ce qu’on veut maintenant, c’est qu’on soit un peu une locomotive pour les autres clubs de la Région pour que ce sport se développe ici.


On suivra donc avec attention la saison du VCMB, en souhaitant aux Louves Marcquoises de sortir les crocs à chaque match pour emporter un maximum de rencontres.

Mathieu Veillon


Journaliste/rédacteur depuis septembre 2015 - Ma définition du bonheur ? Une galette-saucisse au Roazhon Park ou un café devant un Lakers/Celtics au petit matin. Fidèle membre de la team insomniaque de la rédac, j’ai le pouvoir de rester éveillé jusqu’à l’aube pour faire vivre aux lecteurs ma passion du sport. Ainsi, j’écris principalement sur la NBA, le biathlon, le cyclisme ou encore la F1. Comptez dans mes exploits sportifs le fait d’avoir fait gagner le Tour de France 2018 à Tony Gallopin sur Pro Cycling Manager, ou encore d’avoir mené l’équipe nationale de Bretagne en finale de Coupe du monde sur Football Manager.

Clique pour commenter
S'abonner
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Fil Info

Actus à la une