Nous suivre

Cyclisme

Vitesse, poursuite, Keirin : quelles sont les règles des différentes épreuves de cyclisme sur piste ?

Nicolas Jacquemard

Publié

le

© bikeradar.com

La France a toujours été une place forte du cyclisme sur piste. Avec près de 140 médailles d’or, elle est tout simplement la nation la plus titrée de l’histoire des Championnats du monde.

François Pervis, Grégory Baugé, mais aussi Florian Rousseau ou Arnaud Tournant : tous ces champions ont laissé une trace dans l’imaginaire des passionnés de vitesse. Mais qui connaît réellement les spécificités des épreuves qu’ils ont remportées ?

La plupart des grands championnats sont ouverts au pari chez les bookmakers. Si vous êtes incollable sur le cyclisme sur piste et que vous avez l’âme d’un pronostiqueur, pourquoi ne pas ouvrir un compte sur Betclic ? Les joueurs qui s’inscrivent ont le droit à un bonus de bienvenue allant jusqu’à 100€ sur le premier pari (suivez ce lien pour en savoir plus). Si ce dernier est perdant, on vous le rembourse.

Les épreuves de cyclisme sur piste se divisent en deux grandes catégories : les courses de sprint et celles d’endurance. Ces dernières se disputent soit par équipe, soit en individuel, sur un vélodrome dont les virages sont relevés à 40°. La circonférence de la piste, elle, varie entre 200m et 333,33m. La liste des épreuves n’est pas fixe. En fonction des époques ou des compétitions, elle est amenée à évoluer. Voici les disciplines incontournables du cyclisme sur piste.

Epreuves de sprint en cyclisme sur piste : comment fonctionnent-elles ?

Les courses de sprint regroupent à la fois la vitesse individuelle et par équipes, mais aussi des épreuves spectaculaires comme le Keirin. Elles font la part belle à la puissance et aux capacités aérodynamiques des coureurs.

Vitesse individuelle et par équipes : épreuve reine du sprint

La vitesse individuelle met aux prises deux coureurs (parfois trois au quatre lors des repêchages) qui effectuent 2 ou 3 tours en fonction de la longueur de la piste. Les deux coureurs débutent côte à côte, mais leur placement sur la piste se fait au tirage au sort. Celui qui passe la ligne en premier a gagné.

La vitesse par équipes met aux prises deux équipes composées de 2 à 3 coureurs. L’épreuve se dispute sur 3 tours de pistes avec un départ arrêté. Les relayeurs font chacun leur tour la course en tête puis s’écartent pour laisser passer le coureur suivant. Lors du dernier tour de piste, seuls les derniers relayeurs de chaque équipe sont présents sur la piste. Leur ordre de passage sur la ligne d’arrivée déterminera le classement général de l’équipe.

Le 200m : place à la vitesse pure

C’est une épreuve individuelle dont le but est de parcourir 200m (soit en général un tour de piste) le plus rapidement possible. À la différence de la vitesse, le départ est lancé. Le coureur dispose d’un tour et demi pour atteindre sa vitesse de pointe. Une fois la prise d’élan effectuée, il doit couvrir le tour de piste aussi vite qu’il le peut. Le record du monde est détenu par François Pervis. Il a réalisé le temps canon de 9,347s sur la piste d’Aguascalientes au Mexique lors de la Coupe du monde 2013.

Keirin : une discipline rugueuse venue du Japon

C’est sans doute l’épreuve de sprint la plus spectaculaire. Le Keirin vient du Japon et se dispute de 6 à 8 coureurs sur une distance de 2 km. Lors des 1 400 premiers mètres, les pistards sont en ordre groupé (déterminé par tirage au sort) derrière une moto faisant office de lièvre. Cette dernière avance à une allure constante de 35km/h puis accélère progressivement jusqu’à 45km/h.

À l’entame des 600 derniers mètres, elle s’écarte et lance ainsi le sprint final. Le Keirin occasionne de nombreuses chutes, qui sont liées à la densité du peloton et aux vitesses très élevées atteintes par les coureurs.

(Source : www.cyclingweekly.com)

Cyclisme sur piste : les courses de fond proposées dans les grandes compétitions

Les courses de fond se disputent sur des distances en général supérieures à 3km. Elles mettent en avant les qualités d’endurance des coureurs, plus que leur explosivité. L’épreuve reine est la poursuite.

Poursuite individuelle et par équipes : la plus connue des épreuves de fond

Le principe de la poursuite est de rattraper son adversaire. En format individuel, deux coureurs s’affrontent sur une distance de 4km (3km pour les femmes). Le départ se fait arrêté, chaque pistard étant placé au milieu de chaque ligne droite que comporte la piste. Ils commencent donc la course dans une position diamétralement opposée. Le premier qui arrive à dépasser l’autre remporte la course. Le cas échéant, le coureur ayant été le plus rapide sur les 4km est déclaré gagnant.

La poursuite par équipes suit le même principe que celle disputée en individuel. Deux équipes de 4 coureurs prennent le départ sur les lignes opposées de la piste et se relayent durant 4 kilomètres. La spécificité de cette épreuve est que le temps final de chaque équipe est pris sur le 3e coureur et non le premier. Comme pour la poursuite individuelle, si une équipe dépasse l’autre avant la fin des 4 kilomètres, elle a automatiquement gagné.

Scratch : un course en ligne conventionnelle

Le Scratch est une course en peloton de 15km (10km pour les femmes). Celui qui arrive premier est déclaré gagnant. Il n’y a aucune bonification. Par contre, tout coureur ayant un tour de retard sur le peloton principal est éliminé.

Si un groupe de coureur arrive à prendre un tour sur le peloton, la course se termine. Dès lors, les coureurs ayant parcouru la plus grande distance seront déclarés gagnants. Leur classement sera ensuite déterminé en fonction de l’ordre de passage sur la ligne.

Course au point : une épreuve très tactique

La course aux points rassemble une trentaine de coureurs sur une distance pouvant atteindre 50 kilomètres. Tous les 2km, des sprints intermédiaires sont organisés, lesquels font gagner des points aux quatre premiers coureurs : 5, 3, 2, 1 en fonction de leur classement. Le sprint final permet aussi de gagner des points.

Un bonus de 20 points est octroyé au coureur arrivant à prendre un tour d’avance sur le peloton. À l’inverse, si un coureur a un tour de retard sur le reste de la course, on lui enlèvera 20 points. Une fois la ligne d’arrivée passée, celui qui aura gagné le plus de points sera déclaré vainqueur.

Dicodusport


Passionné de sport et entrepreneur depuis mes 18 ans, la création de Dicodusport m'a semblé évidente pour participer à la médiatisation d'un plus grand nombre de sports. Le chemin est long mais avec une équipe des plus motivées et les Jeux Olympiques de Paris 2024 en point de mire, nous y arriverons ! Journaliste dans le monde du sport depuis plus de 5 ans, je traite aussi bien de football, de rugby, de biathlon et de cyclisme.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une