Nous suivre

Athlétisme

10 août 2012 : Renaud Lavillenie s’offre le titre olympique

Sophie Clapier

Publié le

10 août 2012 Renaud Lavillenie s’offre le titre olympique
Photo Icon Sport

SAUT A LA PERCHE – Tout juste champion d’Europe un mois plus tôt, Renaud Lavillenie a un nouveau rendez-vous à ne pas manquer, les Jeux Olympiques de Londres. Au terme d’une finale haletante, le Français s’élève plus haut que ses adversaires.

Ça s’est passé le 10 août 2012

Pas de problème pour se qualifier en finale, pour Renaud Lavillenie qui passe 5, 65 m. Il est le seul avec l’Allemand Raphael Holzdeppe à franchir cette hauteur, et c’est justement contre lui que le Français bataille pour le titre. Pour l’ultime manche, le tri se fait à 5, 85 m. Seuls trois perchistes restent en compétition à ce stade : Lavillenie, Holzdeppe et un second Allemand Björn Otto. On monte un peu la barre, nous voilà à 5, 91 m. Malheureusement, c’est un échec au premier essai pour le Charentais, une réussite totale pour ses concurrents.

Le Tricolore décide alors de tenter le tout pour le tout et de faire l’impasse pour tester directement les 5, 97 m. Tout se joue ici. Alors que les Allemands essuient les échecs, Renaud Lavillenie manque son premier saut. Pas le choix, il ne lui reste qu’une chance de monter sur la plus haute marche du podium. Concentration, course, impulsion, saut … et ça passe. 5, 97 m, c’est même un nouveau record olympique à ajouter dans son CV.

Info : Avant ce titre olympique de Renaud Lavillenie, l’athlétisme français n’avait pas décrocher l’or aux Jeux depuis celui de Jean Galfione en 1996. Tiens, un perchiste déjà …


Journaliste/rédactrice depuis janvier 2016 - Passionnée de sport depuis toujours, j’en ai pratiqué quelques-uns. Judo, football, handball ou encore tennis, je n’ai jamais pu me mettre d’accord sur un en particulier. Mais ça, c’était avant de découvrir le basket, devenu mon sport de prédilection. Les actions NBA, le All-Star Week-end, la fureur des Game 7 pendant les playoffs ou mieux, lors des Finals, this is why we play. Team Spurs T.P, je m’accroche encore à Gregg Popovich (don’t leave !). Team chef Curry, je souhaite qu’il finisse aux Warriors (staaaay !). Non, il n’y a pas qu’eux, des petits nouveaux -et des petites nouvelles évidemment- arrivent chaque jour dans toutes les disciplines et créent de nouveaux exploits. Alors pour les grands événements et compétitions internationales, vive les pulsations 240/minutes et le défibrillateur pas loin, et allez les Bleu(e)s ! C’est sûr, j’aurai plus vu ma vie sur un terrain de sport, mais à défaut d’en faire en haut niveau, partageons-le.

Clique pour commenter
S'abonner
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Fil Info

Actus à la une