Nous suivre

Histoire

12 février 2002 : Carole Montillet en or sur la descente olympique

Publié le

12 février 2002 - Carole Montillet en or sur la descente olympique
Photo AFP

SKI ALPIN – Après un début de saison prometteur pour Carole Montillet, le tragique accident de son amie Régine Cavagnoud quelques mois plus tôt plonge la délégation tricolore en deuil. Difficile de s’en remettre, mais les Jeux arrivent.

Ça s’est passé le 12 février 2002

Pour cette édition de Salt Lake City, Carole Montillet a été désignée porte-drapeau de la délégation française. De bon augure pour la skieuse tricolore ? Dossard n°11, Carole Montillet s’élance en ce 12 février 2002 pour l’épreuve de la descente. Et la Française ne skie pas, elle s’envole sur la piste de Snowbasin, atteignant des pointes de vitesse allant jusqu’à 130km/h. Petit à petit, elle refait son retard avant de gagner quelques centièmes d’avance sur la tête de la course. Après la ligne d’arrivée, la skieuse de Villard-de-Lans est première, mais de sérieuses concurrentes sont encore au départ. Notamment la favorite du jour l’Autrichienne Renate Goetschl, celle-ci terminera troisième derrière l’Italienne Isolde Kostner. Avec ce titre, Carole Montillet devient la première Française -et toujours la seule à ce jour- à remporter l’or olympique sur l’épreuve reine de ski alpin.

Info : depuis Carole Montillet en 2002, aucun porte-drapeau de la délégation française n’était reparti avec du métal autour du cou. Une « malédiction » brisée par Teddy Riner en 2016, suivi en 2018 par Martin Fourcade.

Sophie Clapier


Journaliste/rédactrice depuis janvier 2016 - Passionnée de sport depuis toujours, j’en ai pratiqué quelques-uns. Judo, football, handball ou encore tennis, je n’ai jamais pu me mettre d’accord sur un en particulier. Mais ça, c’était avant de découvrir le basket, devenu mon sport de prédilection. Les actions NBA, le All-Star Week-end, la fureur des Game 7 pendant les playoffs ou mieux, lors des Finals, this is why we play. Team Spurs T.P, je m’accroche encore à Gregg Popovich (don’t leave !). Team chef Curry, je souhaite qu’il finisse aux Warriors (staaaay !). Non, il n’y a pas qu’eux, des petits nouveaux -et des petites nouvelles évidemment- arrivent chaque jour dans toutes les disciplines et créent de nouveaux exploits. Alors pour les grands événements et compétitions internationales, vive les pulsations 240/minutes et le défibrillateur pas loin, et allez les Bleu(e)s ! C’est sûr, j’aurai plus vu ma vie sur un terrain de sport, mais à défaut d’en faire en haut niveau, partageons-le.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une